Emmanuel Macron s’est engagé à mettre fin à l’itinérance – mais ses politiques l’ont aggravé

0
153

La place de la Bastille est surtout connue pour son ancienne prison — et la libération de ses détenus le 14 juillet 1789. Mais un mardi soir de la fin du mois dernier, cette place parisienne abritait un nouveau lot de locataires : environ quarante-cinq mineurs non accompagnés provenant principalement de pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Depuis une semaine, ils y dormaient dans de petites tentes, disposées en forme de U près du bord du monument de l’ancienne prison.

Le camp temporaire a été organisé par Utopia 56, une association française de logement à but non lucratif, pour attirer l’attention sur le catch-22 vécu par les mineurs non accompagnés en France qui ne sont pas reconnus comme tels, et sont ainsi exclus des programmes d’aide au logement gérés par l’État.

« La plupart des jeunes ici se retrouvent dans la rue, vivant dans des abris de fortune, chassés de beaucoup de parcs, par la police, [being pushed] de plus en plus loin, hors de Paris. Donc, ils sont invisibles pour les gens », a déclaré Flore Judet, porte-parole de l’association. jacobin.

Alors que beaucoup de ces mineurs ne parlaient ni français ni anglais, ou préféraient ne pas être interviewés pour cette histoire, j’ai parlé à X, de Côte d’Ivoire. Arrivé par l’Espagne, le Maroc, le Mali et la Mauritanie, X a été choqué par le niveau de sans-abrisme qu’il a constaté à son arrivée dans la capitale française.

“A Paris, c’était très surprenant pour moi”, de voir autant de gens dormir dans la rue, dit-il.

X a passé environ un mois et demi à dormir sous un pont à Clignancourt, un quartier proche du périphérique parisien, appelé le périphérique, dans un camp de cent personnes. Lorsque ce camp – comme cela arrive souvent – a été démantelé par la police, il a déménagé dans un autre endroit, où il a été mis au courant du travail d’Utopia 56.

“Lorsque vous venez dans un pays où vous ne connaissez personne, vous vous rendez compte que vous êtes seul”, a-t-il déclaré. « Ici, si vous n’avez pas la chance de tomber sur la bonne personne, ça peut être encore pire. Nous avons connu des gens qui sont tombés dans une dépression qui les a conduits à beaucoup de [bad] choses et quand tu vois ça, ça fait mal.

Comme X, de nombreux migrants et réfugiés ont rejoint les rangs des personnes en situation d’itinérance à travers la France. En effet, depuis 2014, la population des sans-abri en France a doublé. La Fondation Abbé Pierre, l’une des plus anciennes organisations caritatives de France, estime que quatre millions de Français supplémentaires, soit plus de 5 % de la population, vivent dans des logements précaires.

Les chiffres sont bien loin des promesses d’Emmanuel Macron lorsque le nouveau venu libéral a été élu pour la première fois président il y a cinq ans. En juillet 2017, Macron semblait affirmer qu’à la fin de cette année, plus personne ne dormirait dans la rue en France.

“La première bataille est de loger tout le monde dignement”, a déclaré Macron lors d’une cérémonie de naturalisation à Orléans. “D’ici la fin de l’année, je ne veux plus voir de femmes et d’hommes dans les rues, dans les bois ou perdus.” (Il reviendrait plus tard sur la déclaration, disant qu’il ne parlait que des demandeurs d’asile et non de toutes les personnes sans abri.)

Les militants du logement et les universitaires affirment que Macron n’a pas seulement manqué à ses multiples promesses de faire face à la crise croissante du logement en France, mais que ses politiques au pouvoir ont aggravé les choses.

“Les réformes néolibérales qui ont été mises en place non seulement depuis Macron, mais qui se sont accentuées avec le gouvernement Macron, ne sont pas des réformes qui favorisent les plus précaires, c’est clair”, Marie Loison-Leruste, professeur de sociologie à la Sorbonne de Paris Université qui étudie l’itinérance, a dit jacobin.

Alors que Macron faisait campagne en promettant une augmentation soudaine de l’offre de logements du secteur privé, ce qui ferait globalement baisser les prix des logements, “ce choc d’offre ne s’est jamais produit et la production de logements a approché les niveaux les plus bas jamais observés”, selon Pierre Concialdi, chercheur en économie. à l’Institut de recherches sociales et économiques (IRES).

Alors, comment les réformes néolibérales ont-elles touché les locataires ? Fanny Dulin, membre du collectif logement Droit Au Logement (DAL), a expliqué que sous Macron, les aides au logement comme les aides personnalisées au logement (APL) ont été sabrées à plusieurs reprises et des lois telles que les « 3DS » (décentralisation et déconcentration des autorités locales), visant ostensiblement à encourager le logement à usage mixte, ont créé des échappatoires utilisées par les municipalités pour sous-traiter la construction de logements sociaux ou payer une petite amende au lieu de construire de nouveaux logements sociaux.

Pendant la pandémie, Macron a cherché de manière agressive à réprimer le squat, a ajouté Dulin. La désormais tristement célèbre «loi sur la sécurité mondiale» du président, qui a considérablement élargi les pouvoirs de la police, comprenait un article permettant aux propriétaires d’engager des agents de sécurité privés pour protéger les bâtiments inoccupés.

“Même si le logement est un droit fondamental, nous voyons de plus en plus de gens dehors”, a déclaré Dulin. “Quand on sait qu’il y a 75 000 demandeurs de logement social, c’est une aberration qu’en France il y ait plus de 320 000 logements vides.”

Macron est loin d’être le premier homme politique français à promettre de mettre fin au sans-abrisme. En 2002, le Premier ministre Lionel Jospin, du Parti socialiste, a inventé le slogan “pas de sans-abri d’ici 2007”, ce qui en a fait un élément clé de sa plate-forme.

En 2006, alors qu’il faisait campagne pour le président sur une plate-forme de droite, Nicolas Sarkozy a déclaré que s’il était élu, il mettrait fin au sans-abrisme d’ici deux ans.

La promesse de Macron en 2017, selon les militants, était tout aussi fanfaronnade.

“Le président Macron est connu pour” en même temps “, c’est-à-dire qu’il dit des choses complètement contradictoires”, a déclaré Nicolas Laureau, membre d’un collectif de solidarité à Pantin, dans la banlieue nord de Paris. “Il a peut-être de bonnes intentions, mais c’est clairement un calcul politique.”

Le président a été critiqué pour ce double standard. En février 2019, Macron a été photographié en train de participer à un maraude (TLDR, un service de suivi social pour les sans-abri) – peu de temps après que son budget 2019 ait inclus une réduction de 57 millions d’euros dans les centres d’hébergement temporaires pour les sans-abri.

Sous Macron – qui est arrivé au pouvoir en promettant de « moderniser » le marché du travail et les systèmes sociaux français – les inégalités ont augmenté, ce qui a conduit aux manifestations des gilets jaunes de 2018. Au cours de ses cinq premières années au pouvoir, le pouvoir d’achat a augmenté pour les Français des classes moyennes et supérieures, mais a baissé de 0,5% pour les 5% les plus pauvres du pays, selon France 24.

D’autres politiques – telles que la suppression de l’ISF, un impôt sur la fortune et ses tentatives de réformer le système de retraite généreux de la France – ont conduit au surnom de “président des riches”.

« Les services publics, les hôpitaux, les écoles, le logement, l’écologie, tout cela va ensemble », a déclaré Loison-LeRuste. “Et je pense que ce gouvernement n’a pas compris que la destruction de notre système de protection sociale n’est pas du tout la solution et qu’elle aggraverait très sévèrement les inégalités sociales.”

Selon Concialdi, à l’IRES, la pauvreté a augmenté de façon spectaculaire au cours de la première année de mandat de Macron, passant de 14,1 à 14,8 %, le taux le plus élevé en vingt ans – en grande partie à cause des coupes dans l’aide au logement APL. L’État français, a-t-il ajouté, a profité des taxes foncières et de la spéculation immobilière, tout en réduisant les sommes qu’il dépense pour le logement.

“En d’autres termes, l’État profite du logement cher et réduit de plus en plus ses efforts pour loger la population”, a-t-il déclaré. “Cette spirale régressive aurait dû être inversée.”

Alors que Macron a été réélu avec une large marge, bien que réduite, en avril face à la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, il fait désormais face à un nouveau défi de la part d’une coalition de gauche Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) les 12 et 19 juin. élections législatives.

En février, le leader de ce mouvement, Jean-Luc Mélenchon, a publié son propre “plan zéro sans-abrisme”, qui comprend des mesures telles que rendre les expulsions illégales sans reloger les squatters au préalable ; la construction de nouveaux logements de deux cent mille unités par an ; et taxer les logements vacants, entre autres propositions.

Les militants du logement ont profité de l’espace entre les élections présidentielles et législatives pour tenter de remettre le logement sur le devant de la scène. Avant Utopia 56, DAL a occupé une partie du monument de la Bastille pendant plusieurs semaines. Et le 2 juin, des membres du DAL ont défilé à la primature à Matignon pour exiger qu’elle nomme un ministre du logement, ce qu’elle n’a pas encore fait.

Mais les militants du logement et les universitaires qui ont parlé avec jacobin n’espéraient pas que grand-chose changerait pendant le deuxième mandat de Macron, même si la gauche empêchait le président de remporter une majorité parlementaire le 19 juin.

“C’est une chose d’être dans l’opposition et c’en est une autre d’être dans la majorité”, a déclaré Romain Prunier, un représentant de United Migrants, une organisation qui aide les squatters avec les formalités administratives et les demandes de logement. “Oui bien sûr, [NUPES] va peser sur le gouvernement, mais [their platform is] ne sera vraiment imposé que s’ils ont une majorité à l’Assemblée pour commencer.

De plus, d’autres ont noté que la rhétorique de Macron sur le logement et le sans-abrisme a semblé se tarir.

Pour Concialdi, il était révélateur que lors de la campagne de 2022, Macron n’ait fait aucune mention du logement ou de l’itinérance, et n’ait pas nommé de ministre du logement : « Dans ces conditions, nous ne pouvons rien attendre de plus du président que la poursuite et l’approfondissement de la politiques qui ont conduit, au cours de ses cinq premières années, à aggraver la crise du logement.

Avec une inflation record de plus de 5 % au cours de l’année écoulée et qui ne devrait pas culminer avant la fin de 2023 – une poussée observée dans toute l’Europe – la crise des sans-abrisme en France n’a peut-être pas encore atteint son point le plus bas.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire