Employé de Starbucks : toute l’industrie alimentaire devrait se syndiquer

0
106

Starbucks a été accusé par le National Labor Relations Board de représailles contre deux partisans d’une campagne de syndicalisation à Phoenix. Nous avons parlé avec l’une d’entre elles de son expérience chez Starbucks et de sa mission d’aider tous les travailleurs de l’industrie alimentaire à se syndiquer.


Barista Starbucks prépare une boisson dans un magasin à New York. (Victor J. Blue / Bloomberg via Getty Images)

La campagne de syndicalisation dans trois établissements Starbucks à Buffalo, dans l’État de New York, a rapidement inspiré les baristas d’autres endroits du pays à organiser leurs magasins : environ cent cinquante établissements Starbucks dans tout le pays ont déposé leur candidature aux élections du National Labor Relations Board (NLRB) et trois ont voté. se syndiquer.

Laila Dalton était l’une de ces travailleuses inspirées par ce qu’elle a vu à Buffalo. Dalton, qui a dix-neuf ans, travaille dans les établissements Starbucks de Phoenix depuis l’âge de seize ans. Elle et ses collègues ont commencé à organiser un syndicat peu de temps après la publication de la campagne de Buffalo. La veille de leur intention d’annoncer leur campagne syndicale, Dalton a été appelée à une conversation avec la direction, qu’elle a enregistrée. La vidéo montre un superviseur répertoriant une foule d’infractions supposées de la part de Dalton, mais elle et ses collègues attestent qu’elle n’avait jamais commis d’infraction auparavant et est connue pour faire des heures supplémentaires pour maintenir le magasin à flot en tant que superviseur de quart.

Les travailleurs pensent que l’incident, ainsi que celui contre sa collègue Alyssa Sanchez, étaient des représailles pour une activité concertée légalement protégée, ils ont donc déposé une plainte pour pratique de travail déloyale (ULP) contre Starbucks pour ses actions. Le 15 mars, le NLRB a porté plainte contre Starbucks pour représailles. Le Conseil a déjà accusé Starbucks de représailles contre les travailleurs de Philadelphie, mais il s’agit de la première plainte de ce type dans la campagne actuelle de Starbucks.

Dalton dit que la direction continue d’intimider les travailleurs de son magasin à l’approche de la date de leur élection au NLRB, prévue pour avril. Une autre vidéocelui-ci du 12 mars, montre un superviseur parlant à Dalton d’une nouvelle infraction présumée, ainsi que la réception d’un appel de l’un des responsables de l’éthique et de la conformité de l’entreprise, qui lui dit qu’il enquête sur sa conduite au travail.

jacobinAlex N. Press de , a parlé à Dalton de ses années chez Starbucks, de ce qu’elle pense du fait que le NLRB trouve du fond à sa plainte et de son désir de syndiquer l’industrie alimentaire. La transcription a été modifiée pour plus de longueur et de clarté.


Alex N. Presse

Vous avez travaillé chez Starbucks pendant environ trois ans, bien avant le début de cette campagne de syndicalisation. Que pensiez-vous de l’entreprise avant les derniers mois ?

Laila Dalton

Starbucks est le premier emploi que j’ai jamais eu. Je suis arrivé en tant que mineur – mon demi-frère travaille chez Starbucks depuis cinq ans et il m’a aidé à trouver un emploi. Quand j’ai commencé, Starbucks ne prenait pas la formation au sérieux et donc je ne prenais pas non plus le travail très au sérieux. Mon premier jour, au lieu de faire une formation en informatique comme tout le monde le fait. J’ai regardé une personne au service au volant prendre une commande, puis elle a dit: “D’accord, maintenant c’est à ton tour.” Je suis mineur et je n’ai pas d’antécédents de café. Je ne savais pas ce qu’étaient un cappuccino ou un latte, je savais juste que ma mère en avait tous les jours. Donc, personne n’était correctement formé et cela créait un environnement toxique où, même s’il y avait de bonnes personnes, certaines personnes ne savaient pas ce qu’elles faisaient.

Personne ne se soutenait et vous vous sentiez juste mal dans votre peau parce que vous n’arrêtiez pas de vous tromper. Pendant peut-être mes trois premiers mois, je ne l’ai pas pris au sérieux, et j’étais aussi un mineur travaillant parfois des quarts de près de dix heures. Maintenant, en tant que superviseur, on me donne toutes ces directives pour les mineurs qui ne m’avaient jamais été données auparavant. Je me suis essentiellement formé au fur et à mesure, et j’ai fini par devenir formateur de barista puis superviseur. Ma propre expérience signifie que mon objectif a toujours été de faire en sorte que les gens se sentent soutenus.

Au fur et à mesure que je grandissais, j’ai réalisé que l’on profitait de moi, que je travaillais beaucoup plus dur pour améliorer mon jeu, pour être reconnu et pour aider les autres, et cela a commencé à être attendu de moi. Finalement, je suis allé dans un nouveau magasin qui a ouvert fin 2020, et nous y avions un super manager. Mais elle a fini par déménager et nous avons eu un recrutement externe, un manager accéléré, et c’est là que les choses se sont détériorées.

Alex N. Presse

Ainsi, la campagne syndicale prend son envol à Buffalo. Comment décidez-vous que vous devriez aussi vous organiser ?

Laila Dalton

Nous avons fait venir ce mauvais gestionnaire et nous avons réalisé que même si les choses vont bien dans un magasin, nous avons besoin d’un syndicat parce que les choses peuvent changer. Dans notre magasin, je savais que les choses empiraient et j’ai essayé de contacter notre directeur de district. J’ai continué à parler et rien n’a changé. J’étais debout seul et ça ne marcherait pas, alors j’étais sur le point d’arrêter. Finalement, mon co-responsable, qui est aussi maintenant un superviseur, m’a parlé et m’a dit : « Il y a une façon de faire un changement, mais cela va demander de l’engagement et beaucoup de travail. Il m’a demandé si j’avais entendu parler de Buffalo, et j’ai dit que j’en avais entendu parler, et ce soir-là, il m’a tout expliqué. J’en apprends encore sur les syndicats, mais c’est là que ça a commencé.

Alex N. Presse

Dans la vidéo de janvier dans laquelle un superviseur vous réprimande pour diverses infractions supposées, vous devenez très contrarié parce que vous avez l’impression d’être injustement ciblé pour avoir organisé. Maintenant, le NLRB a déposé une plainte contre Starbucks pour ses actions contre vous. Qu’est-ce que ça fait?

Laila Dalton

Tant de collègues, passés et présents parce que ce travail a un taux de roulement si élevé, m’envoient des SMS en disant: «Je n’ai jamais pensé que Starbucks serait tenu responsable. Je n’ai jamais vu cela venir.” Faire partie de ce mouvement et être en fait la première plainte contre l’entreprise me semble irréel parce que je m’occupe de cela depuis trois ans. J’ai constamment essayé de parler, j’ai été constamment exploité et surmené en tant que mineur. J’ai été obligé de me mettre dans de mauvaises positions, mentalement et physiquement. Je suis donc heureux d’être l’un des visages de la plainte. J’ai tellement de motivation et je suis vraiment motivé quand il s’agit de cela.

Je vais tout donner, peu importe ce qui se passera parce que mon objectif n’est pas seulement Starbucks, mais que les gens arrêtent de dire que nous ne pouvons pas attendre plus de l’industrie alimentaire. J’en ai marre d’entendre ça parce que tout le monde mérite d’être traité de la même manière. Tout le monde mérite d’être traité comme une personne. Nous sommes tous égaux. Cela me fait mal parce qu’il y a tellement de gens gentils et gentils dans ce monde. Je peux dire une petite chose au service au volant et ça peut faire la journée de quelqu’un. Ainsi, lorsque les employés du service client ne sont pas satisfaits de leur environnement de travail, de leur rémunération, il est très difficile de leur offrir l’expérience appropriée. Sûr. Donc, gagner cette plainte en vaut la peine. Je suis si heureux que je n’ai jamais abandonné.

Alex N. Presse

J’ai vu une vidéo plus récente de vous être à nouveau réprimandé, cette fois pour avoir porté des écouteurs dans le magasin. À quoi ressemble l’environnement là-bas maintenant, à l’approche de votre élection au NLRB?

Laila Dalton

Un responsable d’un autre magasin est régulièrement présent dans le nôtre, et notre responsable de district est également venu beaucoup ces derniers temps. Il y a certainement de l’intimidation. Ils essaient de nous mettre mal à l’aise et avec les superviseurs, ils nous surchargent de personnel, ce qui rend les choses difficiles, tout comme le manque de personnel. Notre environnement ne se sent pas à l’aise ou heureux. Nous devons surveiller chaque petite chose que nous disons. Nous devons surveiller chaque petite chose que nous faisons.

Par exemple, un de mes collègues préparait un thé, et vous êtes censé secouer le thé dix fois, mais une fois que vous en avez fait beaucoup, vous ne comptez plus. Donc, mon collègue fait du thé et mon manager s’en prend au nombre de shakes pour un thé. Ensuite, ils ont terminé la journée en disant des choses comme: “Tu ferais mieux de ne plus refaire ça.” C’est dit d’une manière quelque peu plaisante, mais la vérité est que vous ne pouvez pas vraiment le dire. Et pendant ce temps, notre directeur de district est là de 8 h à 16 h, prenant les baristas à part pour avoir des entretiens en tête-à-tête, les interrogeant sur leur expérience et si quelqu’un les harcèle.

Alex N. Presse

Vous votez sur la syndicalisation en avril. Etant donné la situation dans votre magasin, que pensez-vous du vote ?

Laila Dalton

Je suis surexcité. La route a été très longue et Starbucks a jeté beaucoup d’obstacles sur notre chemin – mais ils ne nous ont jamais complètement gênés parce que notre équipe est trop forte. Nous avons trop de motivation et de passion pour ce que nous faisons, et nous nous aimons en tant que personnes. Nous sommes peut-être un peu épuisés et prêts à ce que cela se termine, mais nous sommes également prêts à continuer à nous battre. Mon comité est si fort et chaque jour, j’ai l’impression qu’il devient un peu plus fort.

Alex N. Presse

Y a-t-il autre chose que vous voudriez que les gens sachent, que ce soit à propos de vous, de votre magasin ou de ce que vous et vos collègues essayez de faire en syndiquant Starbucks ?

Laila Dalton

Eh bien, mon objectif est de syndiquer toute l’industrie alimentaire. Starbucks est une grande entreprise, mais il y a tellement d’autres lieux de restauration rapide. Il y a tellement de risques pour la santé qui se produisent au jour le jour en raison d’un manque de personnel ou de mauvaises conditions de travail – vous servez des clients, nettoyez et obtenez un désinfectant et lavez-vous les mains et c’est juste très difficile, et je pense que c’est quelque chose que les gens traiter non seulement chez Starbucks mais, disons, McDonald’s et Wendy’s aussi. Je veux donc que toute l’industrie alimentaire sache qu’il est possible de se syndiquer.

Je veux que les gens sachent ce qu’est un syndicat et sachent qu’ils ont du soutien s’ils en veulent un. Beaucoup de gens doivent vivre d’un chèque de paie à l’autre. J’ai de la chance en ce moment parce que je vis avec mes parents, mais 15 $ de l’heure, ce n’est pas assez. Les gens sont fondamentalement esclaves de leur travail et ils ne peuvent même pas s’occuper de leur famille parce qu’ils doivent travailler 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. La syndicalisation est le seul moyen pour les gens de pouvoir subvenir aux besoins de leur famille et d’eux-mêmes. Donc je veux vraiment que le monde entier soit éduqué sur les syndicats, parce que je ne l’étais pas.




La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire