En Malaisie, les réfugiés découvrent que « le théâtre peut être leur voix » | Nouvelles des réfugiés

0
101

Kuala Lumpur, Malaisie – Alors que les lumières s’éteignent et que l’obscurité enveloppe la salle, trois jeunes filles montent sur scène sous trois lumières vives pour parler au public et raconter les histoires de trois filles réfugiées de pays éloignés, mais similaires.

Cette scène fait partie d’une pièce de la troupe de théâtre dirigée par des réfugiés Parastoo, qui se produit depuis cinq ans dans la capitale malaisienne Kuala Lumpur. Le toit qui s’est effondré est la dernière des nombreuses pièces écrites et mises en scène par le fondateur de Parastoo, l’écrivain et metteur en scène afghan Saleh Sepas, qui est également un réfugié.

Pour deux des trois filles, la pièce marque la première fois qu’elles se produisent sur scène, mais trouver des lieux de répétition pour le groupe amateur était un défi.

« J’avais l’habitude de les conduire dans des parcs publics pour faire nos répétitions. Nous voulions juste réaliser quelque chose avec ce spectacle malgré les difficultés, et nous l’avons fait », a déclaré Sepas à Al Jazeera.

Sepas a fondé le groupe de théâtre de réfugiés en 2017, en partie parce qu’il voulait s’aider en tant qu’écrivain, mais aussi pour aider les réfugiés eux-mêmes.

L’écrivain et réalisateur afghan Saleh Sepas a fondé Parastoo en 2017, inspiré par les formes d’art et les idées du Théâtre de l’Opprimé [Wael Qarssifi/ Al Jazeera]

Parastoo est basé sur les idées du théâtre des opprimés – une forme théâtrale élaborée pour la première fois dans les années 1970 par le praticien de théâtre brésilien Augusto Boal – qui utilise le théâtre comme un moyen de promouvoir le changement social et politique et engage le public dans la pièce en l’invitant. pour analyser et discuter de ce qu’ils voient.

“Le théâtre en tant qu’art a le pouvoir d’apporter des changements, de responsabiliser et de sortir les réfugiés de l’isolement”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

“J’ai réalisé que les réfugiés en Malaisie n’avaient pas de voix et que le théâtre pouvait être leur voix, je voulais que nous aidions nos communautés.”

Défier les stéréotypes

La dernière pièce de Parastoo raconte l’histoire de trois jeunes filles d’Afghanistan, du Myanmar et du Yémen, alors qu’elles racontent au public comment elles sont devenues réfugiées en Malaisie. Les filles partagent des histoires de guerre, de mort, de perte et de traumatisme, avec des mots puissants sur les enfances perdues à cause de la guerre.

La pièce fait partie de l’émission Converging Paths de Parastoo, qui comprend également la projection d’un film sur les réfugiés par le producteur et conseiller en communication de Parastoo, le cinéaste iranien Amin Kamrani.

Sepas a déclaré à Al Jazeera qu’il souhaitait que ceux qui regardent le spectacle connaissent et comprennent les raisons qui amènent les réfugiés en Malaisie, car de nombreux Malaisiens ne comprennent pas le manque de choix qu’ils ont lorsqu’ils fuient la guerre.

“Certaines personnes pensent que nous venons ici pour l’argent et les opportunités, et je voulais contester cette désinformation sur les réfugiés”, a-t-il déclaré.

Le film de Kamrani La personne dans les cadres présente également les histoires de trois réfugiés en Malaisie – un boxeur d’Afghanistan, un peintre d’Iran et un poète et écrivain queer de Syrie – et offre au public un regard sur leurs vies et leurs luttes individuelles.

Le public regarde la dernière performance de Parastoo à Kuala Lumpur
Le dernier spectacle de Parastoo comprenait également la projection d’un film sur les réfugiés en Malaisie du cinéaste iranien Amin Kamrani. L’idée est de changer la perception des réfugiés parmi les Malaisiens [Supplied/Al Jazeera]

Kamrani dit qu’il voulait briser les stéréotypes avec son film. Il explique que la discussion sur les réfugiés en Malaisie est souvent déshumanisante pour les réfugiés car ils sont dépeints comme une masse d’humains avec des idées similaires, ou réduits à des chiffres et des chiffres.

“Je voulais raconter des histoires humaines parce qu’en tant qu’humains, nous nous connectons à l’art, et nous voyons toujours une partie de nous-mêmes chez les autres humains, quelles que soient les différences”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

“L’art peut nous rappeler nos valeurs et nos expériences partagées en tant qu’humains en période d’incertitude, et je crois qu’être humain en période d’atrocité est un acte d’activisme.”

Sepas est l’un des 3 000 réfugiés et demandeurs d’asile afghans actuellement en Malaisie. Les Afghans sont l’une des plus petites communautés de réfugiés du pays, qui comptait près de 183 000 réfugiés et demandeurs d’asile en mai 2022, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Les réfugiés en Malaisie sont aux prises avec un manque de possibilités de travail et d’éducation parce que les lois locales ne reconnaissent pas leur existence et que la Malaisie n’est pas signataire de la convention des Nations Unies. En conséquence, les réfugiés sont considérés comme des migrants sans papiers et sont privés du droit de travailler ou d’accéder à l’éducation formelle.

En plus de leurs luttes, les réfugiés en Malaisie doivent passer des années à attendre une éventuelle réinstallation dans un pays tiers. Une telle réinstallation n’est pas garantie et beaucoup se retrouvent dans les limbes sans aucune vision de leur avenir et sans incertitude quant à leur prochaine destination.

Sepas décrit la situation comme “torturante” – notant que certaines personnes attendent depuis plus de 12 ans – mais il croit au pouvoir de l’art pour aider les réfugiés à faire face à l’incertitude prolongée de leur vie.

« Imaginez un bateau flottant au milieu de la mer et qui se brise soudainement. Les gens dans l’eau vont lutter et nager dans l’espoir de survivre, et c’est ce que nous essayons de faire », a-t-il déclaré à Al Jazeera.

“Avec l’art, nous essayons de rester en vie dans cette mer d’incertitude.”

Une étape pour l’espoir

De nombreux réfugiés vivent avec une variété de problèmes de santé mentale en raison non seulement des horreurs qui les ont forcés à fuir leur pays d’origine, mais aussi de la réalité de la vie dans des pays d’accueil comme la Malaisie.

Une étude de 2021 publiée dans la revue médicale The Lancet sur les services de santé mentale pour les réfugiés en Malaisie pendant la pandémie de COVID-19 a révélé que la prévalence des troubles mentaux était extrêmement élevée.

“Jusqu’à 43 % [of refugees] répondant aux critères d’au moins un des troubles mentaux courants, notamment la dépression, l’anxiété généralisée, le trouble de stress post-traumatique et le deuil compliqué », a-t-il déclaré.

Mais face à tous ces défis, Parastoo continue de faire plus d’émissions qui racontent les histoires de réfugiés et offrent une plate-forme aux acteurs réfugiés pour se présenter à divers publics en Malaisie.

Le film de Kamrani présente les histoires de réfugiés d'Afghanistan, d'Iran et de Syrie et leur vie en Malaisie
Le film d’Amin Kamrani présente les histoires de réfugiés, dont un artiste iranien, et leur vie en Malaisie [Wael Qarssifi/ Al Jazeera]

Avec de nombreux spectacles au fil des ans, et d’autres à venir, Sepas pense que le théâtre peut donner de l’espoir aux réfugiés de toutes les communautés alors qu’ils voient leurs histoires racontées au monde sur scène.

De plus, Parastoo est sur le point de réaliser un rêve tant attendu d’avoir son propre espace à Kuala Lumpur, avec le lancement de son nouveau centre d’art plus tard cette année.

Selon Sepas, le centre permettra à Parastoo de produire davantage de spectacles de meilleure qualité et fournira un espace indispensable pour que les jeunes réfugiés puissent se rassembler.

Il prévoit d’utiliser le centre pour organiser des cours d’art, de musique et d’écriture et un club de lecture pour les réfugiés.

“Nous voulons que les réfugiés lisent à nouveau et renouent avec l’éducation dont ils sont privés à cause de problèmes juridiques”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

« Les jeunes réfugiés ont besoin d’un espace, et ils peuvent produire de grandes choses. Tout ce dont ils ont besoin, c’est quelqu’un qui voit le grand potentiel en eux.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/19/giving-a-stage-for-refugees-in-malaysia-to-tell-their-stories

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire