Entendre des voix – CounterPunch.org

0
320

J’ai eu un certain nombre d’expériences où les mots émanaient de sources invisibles et improbables. Deux de ces expériences me paraissent maintenant comme apparemment significatives en raison de la façon dont elles reflètent des agents manipulateurs auxquels nous apprenons à croire.

Dans les années 1960, mon frère et moi faisions de temps en temps de longues promenades à la maison après l’école primaire parce qu’il y avait une animalerie/centre de jardinage que nous aimions visiter. Cela n’avait pas d’importance pour nous que la promenade soit longue d’environ 70 pâtés de maisons. Je ne sais pas si mes parents (qui travaillaient tous les deux à Rock Island Arsenal) étaient vraiment au courant de nos errances sans surveillance. Pendant que mes parents renforçaient avec diligence la guerre au Vietnam, nous, les enfants, embrassions notre liberté et aimions échapper à la paranoïa apparemment implacable de l’État de sécurité tel qu’il était à l’époque. L’un des délices que nous avons vécus était un corbeau «parlant» qui était gardé dans une cage au magasin. Il (? – “Buddy”) avait un bref paragraphe de phrases qu’il était entraîné à répéter. La performance s’est terminée par l’audition des mots “Les oiseaux ne peuvent pas parler”. La performance nous a donné l’impression que l’oiseau en savait autant sur les mots que n’importe quel humain.

La deuxième expérience que je raconte ici a eu lieu des années plus tard dans les années 1990. C’était au milieu de l’hiver. Je rencontrais quelqu’un à l’Université de Chicago et j’avais du temps à tuer pendant qu’ils étaient en conférence. Il y a une sculpture en béton monumentale assez célèbre au bord du campus à Washington Park que je voulais voir depuis longtemps. La sculpture a été créée par l’ancien professeur d’art de l’université nommé Lorado Taft et la sculpture est connue sous le nom de “La fontaine du temps”.

La sculpture, datant d’environ 1920, présente une masse gonflée de 100 figures humaines se levant puis tombant sur sa longueur de plus de 100 pieds tandis qu’une figure patriarcale plus grande, enveloppée, du «père du temps» se tient sur le côté, tenant solennellement une faux, apparemment au jugement du trésor qui passe. L’effet global semble que l’image imaginée capture ce qui aurait pu être si Loie Fuller avait joué un chant funèbre. Le message contenu dans la sculpture est tiré d’un poème de Henry Austin Dobson, “Le paradoxe du temps”, qui souligne à plusieurs reprises que le temps ne passe pas, nous le faisons.

Alors que je me promenais autour de la sculpture en essayant d’apprécier les efforts de sa création et comment le temps gris de l’hiver convenait aux représentations de la sculpture d’héroïsmes sombres, d’angoisse et de lamentations, j’ai été soudainement choqué par une voix masculine en plein essor qui est sortie du ciel et a commandé, « Restez hors de la glace. La glace n’est pas sûre ! Le temps s’est peut-être arrêté, mais je ne l’ai certainement pas fait. Je me suis vite rendu compte que le Chicago Park Department avait installé un enregistrement activé par le mouvement sur des haut-parleurs à cause du danger du lac gelé derrière la sculpture.

Tout semblait si approprié – le temps froid et gris, se sentir seul devant le froid, les chiffres durs, la voix artificiellement divine et sa proximité avec l’Université de Chicago, le désir de moins de morts à proximité de Washington Park (qui était comme un tampon entre la richesse de l’université et la pauvreté et l’insécurité de certains de ses voisins adjacents. Après un bref instant, j’ai été à la fois secoué et j’ai dû rire, légèrement. Mon sentiment accru d’insécurité était comme si j’étais debout devant un glacier sociétal grondant et la sculpture était le résultat d’une faille de vêlage récente.

Ces souvenirs ont surgi avec moi un matin après une nuit de cauchemars troublants qui étaient pleins d’imitations et de transformations humaines répétées impliquant des espions et des agents de terreur qui n’étaient jamais ceux qu’ils prétendaient être. Une nuit d’incertitude et de méfiance terrifiantes a conduit à un réveil lent où les mots étaient en grande partie des instruments de mauvaises interprétations institutionnalisées délibérées, principalement au service du subterfuge et de la domination. Le caractère trompeur de leur utilisation semblait être le mortier unificateur des constructions de tout le spectre politique supposé.

J’aime consulter de bons dictionnaires complets. Je ne suis certainement pas un spécialiste de la linguistique, mais ce sont les transformations des mots au fil du temps qui peuvent me fasciner. C’est comme regarder dans un étang et voir de nombreuses espèces de poissons et se rendre compte que beaucoup de ces “poissons” peuvent simplement provenir d’un effet ou d’une caractéristique environnementale associée qui leur était (souvent très vaguement) associée avant la culture humaine et le temps. transformé ces aspects en créatures imaginaires égoïstes. L’un des aspects fascinants (et souvent simultanément décevants) est qu’il ne rend aucun des “poissons” dans leurs inférences modifiées moins réel pour l’humanité.

Si je semble faire une digression, c’est peut-être parce que la digression est une méthode très courante derrière la plupart de ce que nous avons appris à savoir et à croire. Digresser, c’est nous “diriger” vers des associations à relations variables qui sont alors souvent adoptées comme les significations principales. Les significations des mots se réduisent souvent à des signaux forts qui n’ont qu’un rapport lointain avec leur porteur.

Ainsi, le corbeau entraîné de manière comique et le résidu de béton monumental en mouvement qui semblait être au service et pour la domination de l’inéluctabilité patriarcale sont associés à mon expérience des mots et ils jouent un rôle dans ma connaissance que parfois les sons des mots sont utilisés délibérément et parfois nous faisons des associations inattendues basées sur des particularités situationnelles. Nous, en tant que société, semblons continuellement digresser sous la propagation d’associations de plus en plus situationnelles qui sont en grande partie des représentations erronées et que nous saisissons comme si elles étaient des bouées de sauvetage.

La signification de ces pensées pour moi est la façon dont nous sommes inondés de messages chaque jour dans la société contemporaine et nous avons peu de pouvoir lorsqu’il s’agit de déchiffrer éventuellement, concrètement et clairement l’un d’entre eux. Certains (ou tous ?) des mots diffusés autour de nous peuvent nous induire délibérément en erreur ou les mots que nous entendons peuvent être un peu plus que de faux échos de leurs significations supposées qui ne font que rebondir sur notre continuum de désespoir créé par l’homme et en constante évolution. qui se gonfle et s’effondre autour de nous sous l’illusion apparente de notre mouvement dans le temps.

Il est essentiel pour moi de garder en mémoire ces incertitudes face à tout ce que disent ceux qui aspirent au pouvoir politique. Très souvent, ils imitent clairement des sons pour un programme égoïste (inconnu pour moi) et, apparemment au moins aussi souvent, ils ont clairement l’intention de créer un visuel monumental qui, bien que conçu pour faire une déclaration personnelle de/pour n’importe quel moment de recherche d’attention, peut concerner et affecter toute situation actuelle ayant une signification imprévue.

J’ai perdu la capacité de croire que tous les mots sont au-delà de la fausse déclaration, de l’appropriation illicite et/ou de la mauvaise interprétation, en particulier les mots de n’importe quel politicien. Je ne peux plus échapper à la réalité que le spectre supposé du positionnement politique de tant de gouvernements autour de la planète est en grande partie une question de teinte et d’ombrage dans une teinte très limitée et sanglante qu’ils appliquent à la chute multinationale dominante de la privatisation de la finance. On insiste sur le fait que nous devons prendre parti dans une étroite uniformité comme s’il y avait une différence énorme d’un côté à l’autre d’une goulotte. Nulle part cette croyance délirante débilitante dans les différences partisanes n’est plus grande que dans l’auto-tromperie hubriste connue sous le nom de USA. En comparaison, les mots prononcés par le corbeau capturé de ma jeunesse étaient vraiment convaincants.

J’ai atteint le point où il n’y a aucun candidat dans le contrefort démocrate-républicain de la goulotte de la débauche corporatisée à qui on puisse faire confiance. Leurs messages sont enregistrés et diffusés à travers leur servitude à privatiser la vénalité des entreprises. Le sens de leurs mots a le caractère et l’effet d’une chimère mythologique et mérite d’être considéré comme encore moins fiable en raison de leur posture prétentieuse comme s’ils étaient intègres. Ils ne.

L’intégrité exige et présente une solidité constitutionnelle, environnementale et sociétale qui est un anathème pour les manipulateurs démocrates-républicains qui font partie intégrante de l’église de la déréglementation de l’opportunisme financier qui, selon les démocrates-républicains, doit être la religion mondiale. Pour entendre leurs déclarations comme une véritable voix d’en haut, vous devez embrasser l’ignorance volontaire et demander une plus grande servitude.

Si vous préférez l’intégrité, vous devez vous éloigner de leurs manipulations. C’est aussi le seul moyen d’ouvrir éventuellement leurs yeux et de les réveiller de leur état d’ébriété. Ils se défoncent sur les vapeurs de la décadence qui découlent de la soumission de leurs partisans.

Au fil des ans, on m’a dit à plusieurs reprises que «le temps nous le dira» en ce qui concerne de nombreux candidats politiques et le fait le plus révélateur que j’ai rencontré au fil des ans est jusqu’où les démocrates et les républicains iront pour prétendre qu’ils sont des partis d’opposition tout en ils surgissent régulièrement en nombre écrasant «exceptionnel» pour soutenir fièrement les aspects les plus flagrants de l’injustice impérialiste violente tout en sapant les droits de l’homme et la qualité de l’environnement au nom des profits privés et du secret d’État des entreprises.

Est-il possible que l’humanité soit autrement ? Je ne sais pas, mais, en même temps, on ne le saura jamais tant qu’on soutiendra une fraude illusoire et qu’on se permettra de rejeter l’intégrité parce qu’on a peur de perdre le pouvoir qu’on a déjà cédé.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/01/06/hearing-voices/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire