Épisode V : Le gardien d’Israël

0
152

Le 13 juillet, le président américain Joe Biden doit atterrir à l’aéroport Ben Gourion près de Tel-Aviv. Dans un changement de plan, il ne trouvera pas Naftali Bennett le recevant sur le tarmac, mais un nouveau premier ministre israélien, Yair Lapid. Le centriste Lapid, ministre des Affaires étrangères depuis un an, assume le rôle de quatorzième Premier ministre d’Israël. La Knesset s’étant dissoute, Lapid jouera un rôle intérimaire jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement permanent puisse prêter serment après les élections du 1er novembre. Les cinquièmes élections législatives d’Israël en moins de quatre ans opposeront Lapid, quatre mois après le début de son mandat, au prédécesseur de Bennett et le plus ancien premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahu.

L’agitation politique en Israël est devenue si banale qu’on serait pardonné de s’en apercevoir à peine. En effet, la continuité sera la règle dans certains aspects centraux de la politique israélienne, ce qui signifie que l’agenda de Biden peut continuer sans trop de changement. Cette continuité peut cependant masquer les dommages plus profonds de cette agitation politique en cours pour le pays. Israël a vu son peuple se retourner contre lui-même, sa politique centrée autour de la personnalité d’un seul homme – Netanyahu, et une tentative de mettre de côté la question fondamentale des relations israélo-palestiniennes.

Qu’est-il arrivé?

Que le gouvernement Bennett-Lapid ait survécu ne serait-ce qu’un an était une sorte d’exploit. Il reposait sur une coalition qui s’étendait de l’extrême droite, au centre, à la gauche, et comprenait Ra’am, un parti arabe affilié à une partie du Mouvement islamique en Israël. La coalition s’est mise d’accord sur très peu de choses, et encore moins sur les relations israélo-palestiniennes, mais s’est fixé deux objectifs principaux : remplacer Netanyahu, qui avait dirigé le pays au milieu des années 1990 et à nouveau depuis 2009, et ramener Israël à une gouvernance normale, y compris la l’adoption d’un budget de l’État pour la première fois depuis 2019. Il a atteint les deux objectifs et s’est lancé dans un programme national solide, mais seulement pour un an. Sa majorité parlementaire était trop mince pour résister aux défections, qui provenaient principalement de son flanc droit, parmi les membres du propre parti de Bennett, qui étaient toujours ambivalents quant à la formation d’un gouvernement anti-Netanyahu avec le centre et la gauche.

Bien qu’elle ait été établie avec l’intention explicite de mettre de côté la question palestinienne, le déclencheur immédiat de l’effondrement de la coalition était directement lié à la Cisjordanie : l’expiration imminente des réglementations d’urgence – en place depuis de nombreuses décennies – qui étendent la loi israélienne aux citoyens israéliens en la Cisjordanie. Ces réglementations permettent aux colons israéliens de vivre sous la domination israélienne, même si Israël n’a pas officiellement annexé le territoire ou étendu le régime civil aux Palestiniens dans les zones sous contrôle israélien direct. En temps normal, la Knesset étendrait facilement ces réglementations, mais l’opposition n’étant pas disposée à soutenir une quelconque législation, le statut juridique des colons israéliens était sur le point d’être bouleversé. Bennett a anticipé l’effondrement de sa coalition et la caducité des règlements en lançant de nouvelles élections, étendant automatiquement les règlements au nouveau mandat de la Knesset.

Bennett a annoncé qu’il prenait une pause dans la vie politique. Marqué par la colère de la droite, qui l’a qualifié de renégat et l’a attaqué sans relâche, il a fait face à la perspective d’un rôle politique considérablement diminué. Il quittera bientôt la scène pour le moment – ​​la porte n’est jamais complètement fermée dans la politique israélienne – en tant que quinquagénaire avec une ligne dans son CV partagée par seulement 11 hommes et une femme avant lui. En attendant, il continuera à gérer le dossier iranien dans le cabinet intérimaire de Lapid.

Plus c’est la même chose, plus ça change

Lorsque le président Biden se rendra en Israël, en Cisjordanie et en Arabie saoudite en juillet, il trouvera une région en pleine mutation, avec Israël, une puissance régionale majeure, de plus en plus intégrée à la dynamique diplomatique régionale. Les relations d’Israël avec les principaux États du Golfe, notamment les Émirats arabes unis et Bahreïn, avec l’Arabie saoudite en arrière-plan, ainsi que l’Égypte, la Jordanie et le Maroc, ont pris de l’ampleur au cours de l’année écoulée. Ces dynamiques, qui ont commencé en arrière-plan pendant les années Obama et sont apparues au premier plan avec les accords d’Abraham sous l’administration Trump, seront désormais adoptées par Biden. L’alignement comprend une coopération pratique et déjà opérationnelle sur la défense antimissile entre Israël et les États arabes, ce qui aurait semblé fantastique dans le passé.

Biden trouvera un Israël désireux de faire avancer ses relations approfondies avec le monde arabe. Alors que c’est Netanyahu qui a signé les accords d’Abraham et utilisé sa relation intime avec l’administration Trump pour les promouvoir, l’opposition de l’époque les a largement adoptés sans réserve. En effet, c’est en fait un membre du propre parti de Lapid, Ram Ben Barak, qui a initié la dernière normalisation israélo-marocaine de l’opposition, avant que le processus ne soit remis aux représentants officiels de Netanyahu. En tant que ministre des Affaires étrangères sous Bennett, Lapid a convoqué le Sommet du Néguev, avec les ministres des Affaires étrangères des pays de l’Accord d’Abraham, Bahreïn, le Maroc et les Émirats arabes unis plus l’Égypte, et le secrétaire d’État américain Antony Blinken. Lapid s’est concentré sur l’ouverture de nouvelles voies de coopération, y compris un nouveau « quad » d’Israël, des Émirats arabes unis, de l’Inde et des États-Unis, qui sera convoqué virtuellement lors de la visite de Biden.

Lapid diffère de Netanyahu, et plus encore de son partenaire Bennett, dans son adhésion vocale à une solution à deux États avec les Palestiniens et son désir de tirer parti du réchauffement des relations avec le monde arabe pour faire progresser les relations israélo-palestiniennes. Il n’est cependant pas une colombe de gauche. Il est profondément sceptique quant à la capacité des dirigeants palestiniens à parvenir à un accord, ou à sa propre capacité à diriger tout changement profond de la politique israélienne dans l’environnement politique actuel. Avec le ministre de la Défense Benny Gantz, Lapid est susceptible de continuer à apporter des améliorations progressives aux moyens de subsistance des Palestiniens, mais pas d’essayer de changer unilatéralement la réalité en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza de manière fondamentale.

Sur l’Iran aussi, Biden trouvera surtout de la continuité. Lapid, Bennett et Gantz partagent tous l’inquiétude généralisée d’Israël concernant le programme nucléaire iranien, même si leur rhétorique est parfois différente de celle de Netanyahu. Là où ils diffèrent radicalement de Netanyahu, c’est dans leur conviction qu’Israël doit travailler en étroite collaboration avec les États-Unis – peu importe qui est à la Maison Blanche – pour contrer l’Iran. Et en effet, Lapid se distingue par son approche des relations avec l’Amérique, et en particulier le Parti démocrate. Idéologiquement et par tempérament plus proche du centre de la politique américaine, plutôt que de son flanc droit, il diffère considérablement de Netanyahu à cet égard.

Lapid est le fils d’un journaliste survivant de l’Holocauste devenu homme politique et d’une mère romancière. Enfant de la classe moyenne supérieure et incontournable de la vie nocturne de Tel-Aviv, il est devenu un chroniqueur, un auteur-compositeur, un acteur et un présentateur de télévision bien connu. Après être entré en politique et avoir mené son parti nouvellement formé à la deuxième place en 2013, il a été nommé ministre des Finances sous Netanyahu, formant une alliance surprenante avec le parti de droite Naftali Bennett. Au début politicien inexpérimenté, Lapid a gagné ses galons et au cours des trois dernières années, il est devenu un politicien chevronné et très compétent, et maintenant le chef incontesté du camp anti-Netanyahu.

Bibi est-il de retour ?

Bennett a servi le mandat le plus court en tant que Premier ministre d’Israël, plus court même que celui d’Ehud Barak en 1999-2001. Lapid pourrait bientôt battre ce record si Netanyahu gagne en novembre. Une victoire de Netanyahu est une possibilité distincte. Il a raté une victoire pure et simple par de minces marges plus d’une fois au cours des quatre dernières années. Il a cependant perdu un avantage sur Lapid. Dans le passé, Netanyahu pouvait toujours se tourner vers un autre tour d’élections pour rester au pouvoir en tant que Premier ministre par intérim. Si les élections de novembre s’avèrent une fois de plus bloquées, Lapid restera Premier ministre jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit formé avec succès. En attendant, le procès de Netanyahu pour corruption se poursuit. Bien que le système judiciaire israélien soit notoirement lent, il reste la possibilité que Netanyahu soit exclu de la politique s’il est reconnu coupable dans les années à venir.

Netanyahu savoure ouvertement la campagne en tête-à-tête contre Lapid. Alors qu’il est un excellent communicateur et un militant discipliné et talentueux, Lapid fait face au maître de la politique israélienne. Pourtant, en tant que premier ministre par intérim, Lapid aura la chance de répondre à la seule question qui l’a toujours tourmenté en politique : a-t-il la gravité et la stature nécessaires pour être le chef de file ? Le moment le plus important de sa campagne pourrait arriver très bientôt : quand, en tant que Premier ministre, il recevra le président Biden à l’aéroport Ben Gourion.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire