Erdogan accuse West de “provocations” sur l’Ukraine — RT World News

0
81

Le dirigeant turc a affirmé que seul Ankara tentait de servir de médiateur entre Moscou et Kiev

Le président Recep Tayyip Erdogan a salué le rôle de la Turquie dans la conclusion d’un accord sur les céréales entre la Russie et l’Ukraine, affirmant dans un discours dimanche que contrairement à Ankara, les pays occidentaux n’ont fait aucun effort diplomatique tangible pour résoudre le conflit.

“Malheureusement, l’Occident n’a fait que des provocations et n’a pas fait d’efforts pour être un médiateur dans la guerre Ukraine-Russie”, Erdogan a déclaré dimanche lors d’un événement pour les jeunes dans la province d’Erzurum, dans l’est de la Turquie.

La Turquie a ainsi « a assumé ce rôle de médiateur en 2022 » et devrait poursuivre ses efforts diplomatiques l’année prochaine, en s’appuyant sur le succès du corridor de la mer Noire créé dans le cadre d’un accord sur les céréales à Istanbul en juillet, a déclaré Erdogan.

Le corridor céréalier a été présenté comme un moyen de sécuriser en priorité l’approvisionnement alimentaire des pays les plus nécessiteux, mais Erdogan a confirmé les inquiétudes de longue date de la Russie, affirmant dimanche qu’environ 44% des céréales exportées d’Ukraine étaient plutôt destinées à l’Europe. Entre-temps, Moscou s’est dit prêt à fournir aux nations africaines des “gros volumes” gratuitement de céréales et d’engrais prélevés sur ses propres stocks.


L'accord sur les céréales ne fonctionne que pour l'UE et le vice-Premier ministre russe

Ankara a adopté une position neutre au début du conflit entre la Russie et l’Ukraine, refusant de participer aux sanctions occidentales contre Moscou, tout en poursuivant sa coopération militaire avec Kiev – notamment en vendant un certain nombre de drones d’attaque Bayraktar. Un accord de paix préliminaire aurait été conclu à Istanbul dès le mois de mars, mais a ensuite été rejeté par l’Ukraine sous la pression présumée de l’Occident.

L’accord sur les céréales, présenté comme une rare victoire diplomatique, a été signé en juillet par des représentants de la Russie, de l’Ukraine, de la Turquie et de l’ONU, avec un centre de coordination conjoint mis en place à Istanbul pour superviser les expéditions. Fin octobre, la Russie a brièvement suspendu sa participation à l’accord, après avoir accusé Kiev d’avoir lancé une attaque terroriste sur le pont de Crimée et des frappes de drones sur des navires impliqués dans la sécurisation du passage des marchandises agricoles. Moscou est finalement revenu à l’accord après avoir reçu des informations non précisées “garanties de sécurité écrites” de Kiev.

LIRE LA SUITE:
La Russie propose la prochaine étape de l’accord sur les céréales

Le mois dernier, Moscou a autorisé “un prolongement technique” de l’accord, mais les responsables russes ont exprimé à plusieurs reprises leur inquiétude quant au fait que l’accord n’atteignait pas ses objectifs déclarés et ont également insisté sur le fait que les dispositions relatives à la levée des restrictions sur les exportations agricoles russes n’étaient pas respectées. Le président turc a exprimé l’espoir que la question des exportations d’engrais et les autres préoccupations de Moscou seraient résolues par “plus intense” négociations l’année prochaine.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire