États-Unis Coincé dans la nuit antarctique comme le Belgica

0
56

Les masses sont tellement aveuglées par la cupidité qu’elles ne remarquent même pas que leurs propres dirigeants vivent dans un luxe mal gagné, dans un isolement douillet et à leurs frais. En effet, ils ne voient pas qu’il y a dans leur parti politique des régimes encore plus dégradants et une plus grande répression de l’épanouissement personnel que celle subie par les sujets les plus réprimés de l’État auxquels il s’oppose. Dans le passé, les gens ont combattu leurs seigneurs, trompés par la promesse de libération de la nation, la liberté nationale ; c’est aujourd’hui la promesse de liberté pour la classe ouvrière. Mais le peuple lui-même ne sera jamais libéré, il continuera à être opprimé et exploité par cupidité et au nom des fantasmes et des idéaux fous de certains individus. L’oppression et l’exploitation ne sont déplacées ailleurs que par les apôtres de la nouvelle vérité ; l’injustice vivra, généreusement nourrie par la peur, la cupidité et la folie, et dans sa forme actuelle soutenue par un nouvel aspect de la justice… Regardez ce monde, plein de gens misérables qui s’imaginent avoir des biens, craignent de les perdre et travaillent toujours dur dans l’espoir d’en acquérir davantage. Regardez ces gens, luttant pour le luxe et la richesse, ceux dont les richesses sont sécurisées, dont les actions et les actions sont déposées en toute sécurité et qui nourrissent maintenant un appétit insatiable pour la connaissance, le pouvoir, la santé, la gloire et le plaisir.” LEJ Brouwer

La citation ci-dessus est extraite de Life, Art and Mysticism*, écrit par le brillant mathématicien LEJ Brouwer en 1905, quelques années avant qu’il ne devienne célèbre en tant que pionnier dans le domaine de la topologie. Mais il est peut-être surtout connu pour son développement de l’intuitionnisme.

Selon la Stanford Encyclopedia of Philosophy, « l’idée originale de Brouwer est l’intuitionnisme, un fondement révisionniste des mathématiques. L’intuitionnisme considère les mathématiques comme une activité libre de l’esprit, indépendante de tout langage ou domaine platonicien d’objets, et fonde donc les mathématiques sur une philosophie de l’esprit. Les implications sont doubles. Premièrement, cela conduit à une forme de mathématiques constructives, dans laquelle de grandes parties des mathématiques classiques sont rejetées. Deuxièmement, le recours à une philosophie de l’esprit introduit des caractéristiques qui sont absentes des mathématiques classiques ainsi que d’autres formes de mathématiques constructives : contrairement à celles-ci, les mathématiques intuitionnistes ne font pas partie intégrante des mathématiques classiques. »

Les implications de l’intuitionnisme sont nombreuses, l’une étant que les mathématiques pourraient simplement être comprises comme une branche de l’informatique, et non l’inverse, selon Damien Kristian, spécialiste du langage machine et des logiciels de systèmes distribués.

Ce n’est pas le lieu de discuter du théorème du point fixe de Brouwer et d’autres découvertes, mais plutôt de souligner que ses observations de son monde en 1905 s’appliquent facilement au « monde triste » d’aujourd’hui (un chapitre ainsi intitulé dans son livre).

Monde triste

Le “monde triste” de Brouwer s’applique le plus directement aux tactiques et stratégies de la ploutocratie des États-Unis d’Amérique, la source de nombreux problèmes internes du pays et des malheurs qui assaillent une grande partie de l’économie mondiale aux prises avec des pénuries alimentaires, des prix du pétrole instables un flot d’armes américaines se déversant en Ukraine et en Europe. Les États-Unis s’enfoncent dans une guerre civile politique en 2024 alors que le Parti républicain et l’ancien président Donald Trump prévoient d’inciter leurs partisans à perturber le processus électoral de toutes les manières possibles et – s’ils ne gagnent pas la Maison Blanche par vote électoral ou populaire , ils feront tout leur possible aux niveaux étatique et fédéral pour induire en erreur le résultat des élections.

Chaque expert de gauche, de droite et du centre connaît ces problèmes – y compris moi – et nous avons analysé à partir de nos positions particulières à peu près tout ce qui ne va pas avec «l’autre» côté, ainsi que l’insensibilité des dirigeants du gouvernement américain, qu’ils soient politiques, économiques ou militaires. Nous avons également commenté la souplesse de l’esprit et du public américains à maintes reprises, en vain : les citoyens américains ont été battus par tant de mensonges de la part de leurs dirigeants que la plupart ne se soucient plus de la responsabilité civique.

Nous, les experts, regardons avec dégoût, mais surtout avec un plaisir belliciste, l’administration du président Joe Biden alors qu’elle se prépare à faire la guerre à l’Est (Russie, Chine) inaugurant un nouveau chapitre dans l’histoire du déclin de l’empire, cette fois un Empire américain qui a été saccagé par la maladie et les difficultés économiques dans son pays – et une tentative de coup d’État le 6 janvier sur le Sénat et la Chambre des représentants américains par des émeutiers déterminés à perturber la certification de l’élection de Joe Biden – et comme de nombreux empires passés (Rome, par exemple) cherche à porter la guerre perpétuelle à de nouveaux sommets pour réparer ses maux à l’intérieur.

Rien de nouveau ici

Avec autant d’attention portée à l’armée et à la guerre dans la société américaine, est-il étonnant que des fusillades de masse aléatoires aient lieu dans tout le pays. Quand il n’y a rien à travailler ou à espérer, ou que l’esprit est courbé par le «isme» qu’il y a, il y a toujours le chemin pour sortir dans un flamboiement d’infamie en emmenant les autres avec vous. Les soldats américains se battent-ils pour la liberté d’abattre des gens chez eux ?

Non, nous les experts, les têtes parlantes et les dirigeants ploutocratiques du pays n’avons plus rien à offrir les uns aux autres ou aux lecteurs / électeurs qui tombent sur nos idées, que ce soit dans les médias grand public ou les blogs du monde. Nous sommes tous coincés dans des cloisons libérales, conservatrices, républicaines ou démocrates de plus en plus épaisses. Les « Apôtres de la Nouvelle Vérité » nous rappellent partout comment notre fausse conscience ou nos préjugés inconscients contrôlent qui nous sommes.

Brouwer rappelle que nous n’avons rien de spécial ici en 2022. Oh, bien sûr, nous avons le World Wide Web, les médias sociaux, les appareils portables, les armes nucléaires et peuvent catapulter des machines dans l’espace, mais tout cela est-il vraiment un accomplissement ? La vitesse de l’information est plus rapide, mais dans toute notre gloire du 21e siècle, nous sommes toujours de simples primates à deux pattes dirigés par des chefs tribaux.

Belgique

Peut-être les États-Unis peuvent-ils être comparés à l’équipage du Belgica, un navire nommé par le capitaine belge Adrian De Gerlache. Gerlache, le navire et l’équipage ont entrepris d’atteindre l’Antarctique et le pôle Sud. Gerlache a intentionnellement dirigé le Belgica dans des coulées de glace dans une quête maniaque pour atteindre le pôle, ce qui lui assurerait la gloire chez lui. La décision de Gerlache a fait que le navire et l’équipage se sont retrouvés pris en sandwich dans la banquise gelée et dérivante pendant une année complète de 1898 à 1899.

L’équipage vivait dans des quartiers exigus et infestés de rats pendant cette période. Chaque nuit, ils pouvaient entendre les bruits des bois des navires réagissant aux contraintes causées par la banquise. L’insomnie est devenue un vrai problème. La nourriture en conserve qu’ils stockaient s’est transformée en une pâte gélatineuse et insipide, provoquant le mécontentement de l’équipage. Pour apprivoiser le scorbut qui affligeait l’équipage, ils ont finalement été forcés de manger de la viande crue de phoque et de pingouin nauséabonde pour obtenir les nutriments dont ils avaient besoin. Une grande partie de l’équipage méprisait de tuer les pingouins et les phoques qu’ils rencontraient. La mort effroyable des créatures de leurs propres mains a peiné l’équipage, mais ils ont dû manger pour survivre. Ils ont vécu pendant trois mois dans l’obscurité et ont subi les blizzards et les mauvaises températures typiques de l’Antarctique. Au bout d’un moment, le saut dans la folie n’était plus qu’à un fil et les membres d’équipage devaient se surveiller de près. Gerlache était un marin qualifié mais un chef moche et la mutinerie n’était qu’à quelques mauvaises décisions (le livre Madhouse at the End of the Earth de Julian Sanction contient tous les détails).

Pourtant, grâce à la chance et à des efforts herculéens, ils ont réussi à s’échapper de la banquise et à rentrer en Belgique où Gerlache et son équipage sont devenus des célébrités. Ils ont réalisé de nombreuses premières dans l’exploration scientifique, la cartographie et ont été les premiers à passer l’hiver en Antarctique.

Les États-Unis d’Amérique sont coincés dans une banquise de leur propre création. Il n’a pas non plus de barreur qualifié ou de chef de “peuple”, et il n’y en a pas à l’horizon. Il devra peut-être bientôt lutter pour sa survie comme l’équipage du Belgica.

Mais, comme l’a dit Norbert Weiner, « Dans un sens très réel, nous sommes des passagers naufragés sur une planète condamnée. Pourtant, même dans un naufrage, les décences humaines et les valeurs humaines ne disparaissent pas nécessairement, et nous devons en tirer le meilleur parti. Nous descendrons, mais que ce soit d’une manière que nous puissions espérer digne de notre dignité.

* Luitzen Egbertus Jan Brouwer. “La vie, l’art et le mysticisme.” Notre Dame J. Formal Logic 37 (3) 389 – 429, été 1996. https://doi.org/10.1305/ndjfl/1039886518

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/03/united-states-stuck-in-the-antarctic-night-like-the-belgica/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire