Exhumation de morts ukrainiens pour des enquêtes sur des crimes de guerre | Guerre Russie-Ukraine

0
52

Avertissement : Cet article contient des détails graphiques que certains lecteurs peuvent trouver dérangeants.

Buzova, Ukraine Oleksandr Bugeruk couvre sa bouche d’horreur alors que cinq hommes soulèvent le corps de sa mère d’une tombe à l’aide de deux sangles de tissu enseigné.

Les hommes trébuchent alors sur le sol humide et inégal alors qu’ils emportent le corps loin de la tombe. L’un d’eux commence à vomir à cause de l’odeur alors qu’ils placent les restes sur le sol.

Bugeruk, 49 ans, dit avoir enterré sa mère, Lydia Chichko, le 13 mars alors que de violents combats entre les forces ukrainiennes et russes faisaient rage dans la banlieue de Kyiv. Il se souvient du bruit sourd des bombardements qui a illuminé le ciel nocturne alors qu’il creusait sa tombe de fortune.

Il dit que sa mère de 70 ans, une femme aux cheveux courts auburn et au teint clair, préparait le déjeuner plus tôt dans l’après-midi lorsque la zone a été bombardée. Il pense qu’elle a dû entendre des explosions autour de sa maison et a couru vers l’abri anti-bombes de fortune au fond de son jardin.

Elle n’y est jamais parvenue. Un mortier a atterri à proximité, soufflant plusieurs fenêtres et envoyant des éclats d’obus à 150 mètres (492 pieds) dans toutes les directions. Chichko est mort après avoir été frappé par un gros éclat de verre.

Un mois plus tard, à la demande de Bugeruk, son corps est exhumé alors que les autorités du district de Kyiv enquêtent sur d’éventuels crimes de guerre perpétrés par les troupes russes dans lesquels, selon elles, des civils et des infrastructures vitales pour leur survie ont été délibérément attaqués.

Après que la Russie a lancé son invasion de l’Ukraine le 24 février, ses troupes ont occupé la zone au nord de Kyiv alors qu’elles tentaient de prendre d’assaut la capitale.

La résistance ukrainienne féroce a bloqué la progression des Russes, les forçant finalement à se retirer début avril, révélant dans leur sillage la brutalité de la vie sous l’occupation.

Plus de 4 000 civils, dont 200 enfants, ont été tués dans tout le pays depuis le début de l’invasion, selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH). Les images satellite semblant montrer des fosses communes dans les territoires occupés, le nombre de civils tués est susceptible d’être plus élevé.

Depuis avril, la France a déployé sur le terrain une équipe médico-légale experte en ADN pour soutenir la police de Kyiv dans les enquêtes sur les crimes de guerre.

Irina Pryanishnikova, porte-parole de la police de Kyiv, affirme que plus de 10 fosses communes ont été découvertes dans cette région. Au nord-ouest de la ville, plus de 1 000 cadavres ont été retrouvés dans le district qui comprend la ville de Bucha, où l’Ukraine accuse les forces russes d’avoir perpétré l’un des massacres les plus notoires.

Elle estime qu’environ la moitié des corps ont été blessés par balle, souvent par des tireurs d’élite, tandis que d’autres sont morts directement des bombardements ou d’autres causes, comme des coups avec des objets contondants.

« L’épisode le plus cruel de Buchansky a eu lieu dans un camp pour enfants où cinq hommes ont été exécutés. Plusieurs autres hommes ont été exécutés dans les rues environnantes et leurs corps ont été brûlés », explique Pryanishnikova.

« Chaque exhumation est une tragédie, mais pour moi, le pire, c’est de voir des enfants morts. Je me souviens que lorsque nous ouvrions leurs tombes, nous voyions de petites mains et de petits pieds, mais pas de tête.

Deux fossoyeurs discutent de la meilleure façon de retirer un corps d’une tombe de fortune sous les yeux d’un enquêteur de la police [Nils Adler/Al Jazeera]

Une tâche pénible

Le village de Buzova, pris en sandwich entre un petit aérodrome et un vaste complexe de studios de cinéma, se trouve à la périphérie ouest de Kyiv. Le village a été témoin de plusieurs atrocités pendant l’occupation russe, dont le bombardement d’une maternité privée. Après la libération du village, des corps de civils ont été retrouvés jetés dans un puits d’une station-service locale.

Vitaliy Sukhinin, un enquêteur de police accroupi et pragmatique, défait le tissu recouvrant le corps de Chichko alors qu’il commence à pleuvoir. Bugeruk, debout sous un parapluie, se détourne et regarde les débats du coin de l’œil.

Le cadavre est partiellement décomposé mais toujours reconnaissable. Bugeruk reste figé par le choc pendant une demi-minute avant de détourner les yeux et de regarder dans l’épaisse forêt entourant le cimetière du village.

Ludmila Zakabluk, une femme sociable et consciencieuse d’une soixantaine d’années qui dirige le conseil du village de Buzova, se dirige vers Bageruk pour offrir quelques mots de réconfort. Elle se tient alors tranquillement à ses côtés alors que la pluie martèle le parapluie au-dessus de leurs têtes.

Les enquêteurs de la police entourent brièvement le corps, le documentant avec leurs caméras avant de se diriger discrètement vers une autre tombe.

Les fossoyeurs se regroupent alors autour du lieu de sépulture du fils de Bugeruk, âgé de 20 ans, connu sous son patronyme, Oleksandrovych. Ils discutent de la meilleure façon de retirer ses restes de la tombe qu’ils avaient déterrée plus tôt. La plupart de ceux qui exhument des corps autour de Kyiv sont des volontaires sans expérience préalable et quelques-uns d’entre eux semblent trouver la tâche visiblement nauséabonde.

Une photo d'Oleksandr Bugeruk et Ludmila Zakabluk sous un même parapluie.
Ludmila Zakabluk offre des mots de réconfort à Oleksandr Bugeruk dont les corps de la mère et du fils sont exhumés [Nils Adler/Al Jazeera]

Ils décident que puisque les restes sont relativement légers, il est plus facile pour l’un d’entre eux d’entrer physiquement dans la tombe et de les soulever par le bas. Un homme nerveux dans un bonnet bleu et un pantalon déchiré propose de le faire. Après une lutte pulmonaire, il hisse les restes hors de la tombe et le reste des hommes les place soigneusement près du corps de Chichko de Lydia.

C’est le 28 février que Bugeruk a reçu l’appel d’un ami lui disant que son fils avait été tué alors qu’il aidait les gens à évacuer Irpin, une ville située à 20 km au nord de Kyiv. Oleksandrovych, un grand chauffeur de taxi aux cheveux bruns courts, aux grandes lunettes carrées et à la barbe ronde soignée, aidait les habitants à évacuer depuis que les troupes russes étaient entrées dans la région quelques jours plus tôt.

Un char russe avait tiré directement sur sa voiture, laissant son corps si gravement mutilé que seules des parties pouvaient être récupérées de l’épave.

Dévasté mais déterminé, Bugeruk s’est lancé dans le voyage perfide en direction de Kyiv, où il a ramassé les restes de son fils et les a enveloppés dans quelques draps qu’il a attachés avec un nœud. Il les a enterrés plus tard dans la nuit.

« Que puis-je dire ? » dit-il en regardant le sol, avec un gros soupir alors qu’il tente de décrire ce que cela fait d’enterrer son fils.

Aujourd’hui, Sukhinin s’approche des restes et tente de défaire le nœud, grimaçant alors que l’odeur putride emplit ses poumons. Il aperçoit brièvement le corps à travers une ouverture dans les draps avant de détourner les yeux.

Il annonce qu’il ne peut pas identifier la dépouille du fils mais que l’état de sa grand-mère suggère que sa mort était un crime de guerre. « Ils ne faisaient pas partie des forces armées ; c’étaient des civils », dit-il, avant d’ajouter que les corps seront retirés pour une enquête plus approfondie.

Une photo de Ludmila Zakabluk se promenant dans un cimetière.
Ludmila Zakabluk se promène dans un cimetière détruit par les troupes russes [Nils Adler/Al Jazeera]

“Bête et cruel”

Bugeruk avait initialement demandé aux autorités d’exhumer les corps pour recevoir des enterrements dignes. Cependant, la police et les services de sécurité ont ouvert une enquête une fois que les autorités ont été informées de l’affaire.

Zakabluk, le chef du conseil municipal, s’écarte alors qu’une camionnette noire, réappropriée pour le transport des corps exhumés, s’arrête à côté des deux cadavres. Deux jeunes hommes sautent et s’approchent lentement d’un couple de fossoyeurs. Ils discutent de la meilleure façon de placer les corps dans les sacs mortuaires.

Ils parviennent à mettre le cadavre de Chichko dans le sac mortuaire, et l’un d’eux le ferme, tournant la tête vers le ciel alors qu’il le scelle sur son visage.

Les restes de son petit-fils s’avèrent beaucoup plus difficiles à déplacer, et il faut plusieurs tentatives avant que les hommes puissent les rouler dans le sac mortuaire. Ils sont incapables de sécuriser la fermeture éclair et finissent par abandonner, soulevant simplement les deux cadavres dans la camionnette et repartant, laissant Bugeruk seul sous la pluie, entouré d’un nuage de gaz d’échappement qui se disperse.

Bugeruk n’a pas pleuré lors des exhumations, mais son visage trahit un profond chagrin. Il reste debout un certain temps, les yeux fixés sur l’horizon, marmonnant parfois dans sa barbe.

Les corps seront emmenés à la morgue pour un examen médico-légal, après quoi ils seront restitués et enterrés de manière conventionnelle par les autorités.

Zakabluk, qui a assisté à deux autres exhumations ces dernières semaines, ne sait pas où les corps seront finalement enterrés. Les troupes russes avaient, selon elle, délibérément fait diversion pour détruire le cimetière du village, faisant passer leurs chars à plusieurs reprises sur les tombes. Aujourd’hui, les pierres tombales brisées et les clôtures mutilées jonchent le sol.

Elle décrit les soldats russes qui occupaient son village comme « bestiaux et cruels ». Elle se souvient qu’ils se promenaient dans des chars “détruisant tout”, ajoutant avec colère : “Je souhaite que personne dans aucune société n’ait jamais à rencontrer un soldat russe”.

Source: https://www.aljazeera.com/features/2022/6/6/exhuming-ukraines-dead-for-war-crimes-investigations

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire