Exilés russes – CounterPunch.org

0
48

Il y a un siècle, la révolution d’Octobre 1917 et la guerre civile qui l’a suivie ont généré une vaste vague d’exilés russes : on estime que jusqu’à deux millions de personnes ont quitté la Russie à la suite de la révolution et de la guerre. Parmi eux, une grande partie de l’intelligentsia est partie pour avoir la liberté de poursuivre son travail de création, avec des noms devenus mondialement connus : Marina Tsvetaeva, Vladimir Nabokov, Nina Berberova. Si Tsvetaeva s’est fait connaître pour ses vers sur le triste sort du réfugié, ceux qui sont restés – parmi eux des noms non moins connus comme Anna Akhmatova, Mikhaïl Boulgakov, Boris Pasternak – ont été persécutés, et dans de nombreux cas assassinés, par les staliniens régime. Voici comment Akhmatova le décrit : « Aucun ciel étranger ne m’a protégé, des ailes étrangères ne m’ont pas protégé. J’étais alors parmi les miens et je partageais leur malheur avec eux. Même s’il faut dire que les « ailes étrangères » ne protégeaient pas non plus les exilés : à une époque où une grande partie de l’intelligentsia européenne admirait le nouveau pays bolchevique, les émigrés étaient condamnés comme « Russes blancs » ou ennemis de tout progressiste. Détestés partout, ils avaient les portes fermées dans leur pays d’origine, et dans leur pays d’adoption, ils avaient du mal à trouver des emplois décents. “L’amour, c’est partager une feuille d’artichaut”, a écrit Nina Berberova, décrivant la vie avec son partenaire, le poète Khodasevich.

Tout comme il y a un siècle, la vague d’exilés russes engendrée par la guerre en cours de la Russie contre l’Ukraine, a entraîné une importante fuite des cerveaux. Sur les 150 000 réfugiés russes à ce jour, on estime que la majorité sont des personnes relativement jeunes qui ont été bien formées dans les universités russes, dont un tiers sont des informaticiens. Parmi cette vague migratoire, reçue en Occident sans grand enthousiasme, comme il y a un siècle, se trouvent des créateurs célèbres.

Chulpan Khamatova, l’une des actrices russes les plus vénérées – en Occident on l’a vue dans le film Goodbye Lenin, entre autres – a signé un manifeste contre l’invasion russe de l’Ukraine au début de la guerre. Les autorités du Kremlin l’ont avertie que sa signature pourrait lui causer des ennuis. Face à cette menace, Khamatova s’est enfuie avec ses filles en Lettonie, où elle apprend maintenant à la hâte le letton afin de revenir sur scène au plus vite. Olga Smirnova, l’une des grandes vedettes du ballet classique, a quitté son emploi au Théâtre Bolchoï de Moscou pour rejoindre le Ballet national néerlandais d’Amsterdam. “Chaque fibre de mon âme est contre cette guerre”, a déclaré Smirnova, dont le grand-père était ukrainien, en quittant la Russie.

L’écrivain et médecin Maxim Osipov est parti en mars 2022 pour Erevan, capitale de l’Arménie, un pays qui n’exige pas de visa pour les Russes, ce qui en fait une exception. La Géorgie, une autre des anciennes républiques soviétiques, exige en plus d’un visa la loyauté : chaque immigré doit présenter une déclaration condamnant le régime de Poutine. (Les autres destinations préférées des Russes sont Bakou (Azerbaïdjan), Samarcande (Ouzbékistan), Tel-Aviv (Israël), Bichkek (Kirghizistan), Nur-Sultan (Kazakhstan), ainsi que plusieurs villes turques. (Rappelons que l’UE n’accepte pas les vols en provenance de Russie). Osipov a trouvé humiliante l’attitude des agents de contrôle des passeports qui demandaient aux voyageurs à destination de l’Arménie : « Si vous partez en vacances, comme vous insistez, pourquoi prenez-vous votre acte de naissance et vos diplômes universitaires, plus un chien?” D’Arménie, Osipov a pris un avion à destination de l’Allemagne. “Je suis figé, honteux, soulagé”, a déclaré l’écrivain à propos de son évasion. Il insiste sur le sentiment d’être humilié et gêné: chaque fois qu’il a dû montrer son passeport, son visage tomba de honte.

Viktor Muchnik, directeur de TV2, a fui la ville sibérienne de Tomsk, également en Arménie. Les nouvelles lois qui ont été décrétées depuis le début du conflit signifient que les équipes de télévision peuvent être arrêtées et emprisonnées à tout moment si elles font le moindre commentaire sur la guerre. De plus, la censure a bloqué TV2 ainsi que de nombreuses autres stations de télévision et de radio. Quelques jours après la fermeture de la station, Muchnik et sa femme Viktoria ont fait leurs valises et sont partis pour l’Arménie. « Probablement pour de bon. Nous ne voulons pas vivre dans un pays qui a déclenché une guerre et parmi des gens qui la soutiennent. Il est très difficile de vivre en Russie au milieu d’une telle hystérie militariste. Nous n’y retournerons pas.

Le groupe de punk-rock Pussy Riot a également fui : Nadia Tolokonnikova en Géorgie, Maria Alyokhina en Islande, déguisée en livreuse de nourriture.

Et le fait est que de nombreux exilés, en plus de ceux qui restent en Russie et sont contre la guerre, sont en désaccord avec leurs familles et leurs amis de toujours. La guerre a brisé les familles et les amitiés. Les Russes résidant dans les pays occidentaux ont perdu le droit de posséder des cartes bancaires et leur survie devient de plus en plus difficile car ils ne trouvent pas de travail : les sympathies occidentales sont désormais réservées aux Ukrainiens. Bien que cela soit compréhensible, nous devrions accorder plus d’attention aux citoyens russes qui s’opposent au régime de Poutine. Ils pensent comme nous, ils veulent la même chose que nous : que cette guerre soit gagnée par la démocratie.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/27/russian-exiles/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire