Extension de la trêve au Yémen dans la balance un jour avant la date de fin | Nouvelles

0
55

Aucune percée dans les pourparlers soutenus par l’ONU, malgré une trêve de deux mois apportant un répit bien nécessaire aux civils yéménites.

Des questions planent sur le sort d’une trêve fragile entre le gouvernement yéménite et les forces rebelles houthies qui doit expirer dans un jour, les agences d’aide et les gouvernements occidentaux exhortant les parties belligérantes à la prolonger.

Le Yémen est en proie à la guerre depuis que les Houthis alignés sur l’Iran ont pris le contrôle de la capitale, Sanaa, en 2014, forçant finalement le gouvernement à fuir. Une intervention militaire dirigée par l’Arabie saoudite pour soutenir le gouvernement a suivi en 2015.

La guerre meurtrière a déclenché la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations Unies.

Une trêve de deux mois a été conclue début avril, marquant un rare moment de calme relatif pour les Yéménites. L’ONU a déclaré que la trêve avait considérablement réduit l’intensité des combats dans le pays.

Mais la trêve devant expirer le 2 juin, il n’y a toujours aucun signe d’avancée dans les pourparlers soutenus par l’ONU entre le gouvernement et les Houthis.

Les Houthis ont déclaré qu’ils envisageaient de renouveler la trêve. Mardi, cependant, les États-Unis ont averti que les négociations étaient en « difficulté » alors qu’ils poussaient à une prolongation pour aider à soutenir des millions de personnes à risque.

Les discussions sur la prolongation de la trêve “ne sont pas encore terminées mais semblent être un peu en difficulté”, a déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield.

L’un des principaux enjeux des négociations a été la fin du siège houthi de Taiz, la troisième plus grande ville du pays, largement détenue par le gouvernement.

Bien qu’une disposition permettant aux Houthis d’ouvrir des routes vers Taiz soit un élément central de l’accord de trêve, elle n’a pas encore été mise en œuvre, à la colère du gouvernement et des habitants, qui ont organisé plusieurs manifestations pour exiger la levée du siège.

Taiz est en grande partie coupée du reste du territoire contrôlé par le gouvernement depuis 2015, tous les approvisionnements arrivant par une seule route tortueuse à travers les montagnes et augmentant les temps de trajet de plusieurs heures.

Le chef du conseil de direction présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, a discuté de la mise en œuvre de la trêve avec le chef de l’ONU Antonio Guterres par téléphone mardi. Il a exhorté António Guterres à “redoubler de pression sur la milice Houthi pour qu’elle respecte ses engagements envers la trêve, y compris l’ouverture des routes vers Taiz”, a rapporté l’agence de presse officielle Saba.

Ces dernières semaines, l’envoyé de l’ONU au Yémen, Hans Grundberg, a intensifié ses efforts pour renouveler la trêve. Il a tweeté lundi qu’une prolongation était “essentielle pour consolider les avantages accordés jusqu’à présent et fournir un espace pour avancer vers un règlement politique”.

Son appel a été rejoint par l’association caritative Oxfam et plus de trois douzaines d’autres groupes d’aide, qui ont souligné dans une déclaration commune que “le cadeau pour une vie meilleure pour le peuple du Yémen est entre vos mains”.

Parmi les principaux signes que la trêve tenait et était effective, le 16 mai, lorsque le premier vol commercial en six ans a quitté Sanaa pour Amman transportant 126 passagers, dont des patients hospitalisés gravement malades et leurs proches. Depuis lors, cinq autres vols ont volé de l’aéroport de Sanaa vers la capitale jordanienne, tandis qu’un septième est parti pour le Caire, en Égypte, mercredi, transportant au moins 77 personnes, ont rapporté les agences de presse.

Le trafic aérien vers la capitale tenue par les rebelles a été en grande partie interrompu par un blocus dirigé par l’Arabie saoudite depuis 2016, mais il y a eu des exemptions pour les vols d’aide qui sont une bouée de sauvetage essentielle pour la population.

La trêve a également vu des pétroliers accoster dans le port de Hodeidah tenu par les rebelles, atténuant potentiellement les pénuries de carburant à Sanaa et ailleurs.

La guerre au Yémen a tué plus de 150 000 personnes et déplacé des millions de civils, selon l’ONU.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/1/no-agreement-in-sight-as-yemens-truce-is-set-to-expire

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire