faire en sorte que le Sommet pour la démocratie compte à l’IACC

0
43

1. Nous sommes à un moment d’inflexion pour la démocratie et la corruption.

En décembre, des organisations de la société civile, des entités du secteur privé et des représentants gouvernementaux se réuniront pour discuter de l’état de la corruption dans le monde lors de la Conférence internationale contre la corruption organisée à Washington, DC. Les participants auront l’occasion de partager les leçons apprises de l’année écoulée et d’aider à tenir les gouvernements responsables de leurs engagements au Sommet pour la démocratie.

En décembre dernier, plus de 100 juridictions étaient représentées et ont participé au premier Sommet pour la démocratie. Lors de l’événement, les juridictions, y compris l’hôte, le gouvernement des États-Unis, ont présenté des engagements formels. Les engagements se sont concentrés sur la lutte contre l’autoritarisme, la lutte contre la corruption et la promotion des droits de l’homme. Et bien que ces engagements aient représenté des premières étapes importantes, peu de pays ont publiquement rapporté des preuves de leur mise en œuvre.

Peu de temps après le premier sommet, l’administration Biden a annoncé un deuxième sommet pour la démocratie pour «faire le point sur les progrès accomplis». Le deuxième Sommet pour la démocratie peut servir de rampe de lancement pour des efforts plus larges, plus durables et mieux coordonnés. Cependant, pour maximiser l’impact du deuxième sommet, nous devons examiner ce que les pays ont promis lors du premier et comment – ​​ou si – ils ont respecté ces engagements. Sinon, nous risquons de perdre une autre “année d’action”.

2. Les engagements à lutter contre la corruption sont un début important.

Alors que de nombreux engagements du Sommet pour la démocratie portaient sur les questions d’inclusion et d’espace civique, les engagements de lutte contre la corruption constituaient un sous-ensemble important. Plus de 40 pays ont pris au moins 125 engagements largement liés à la lutte contre la corruption. La moitié de ces engagements anti-corruption concernaient au moins une valeur du gouvernement ouvert (transparence, participation civique ou responsabilité publique).

Ces engagements couvraient un éventail de domaines politiques. Environ un tiers ont abordé l’argent en politique, y compris les réformes électorales. Par exemple, l’Irlande s’est engagée à établir une commission électorale indépendante qui s’emploiera à réglementer la publicité politique en ligne et à moderniser le processus d’inscription électorale. D’autres engagements portaient sur les délits financiers et les abus de pouvoir, tels que les réformes de la protection des lanceurs d’alerte.[1]

Certains engagements se sont également concentrés sur l’intersection de la lutte contre la corruption et des libertés démocratiques. Par exemple, la République slovaque s’est engagée à protéger l’indépendance des journalistes grâce à la transparence de la propriété des médias et à la publicité politique réglementée. De même, les États-Unis se sont engagés à soutenir les journalistes dans leurs efforts pour dénoncer la corruption et les gains mal acquis.

3. Les engagements doivent répondre aux défis spécifiques au contexte.

Pour être efficaces, les engagements doivent être conçus en concertation avec le public pour répondre aux enjeux spécifiques de chaque pays. De nouvelles recherches du Open Government Partnership (OGP), une initiative multilatérale axée sur la promotion d’engagements concrets des gouvernements pour promouvoir un gouvernement ouvert et lutter contre la corruption, et le Global Data Barometer sur l’état des données ouvertes dans les pays OGP peuvent aider à soutenir cet effort.

Bien que les données ouvertes ne soient qu’un élément de l’intégrité financière, elles donnent une idée des lacunes et des opportunités de réformes. Ci-dessous, nous examinons trois domaines clés de l’intégrité financière, les lacunes selon la recherche et dans quelle mesure ces lacunes ont été comblées par les engagements du Sommet pour la démocratie.

Financement politique

La transparence du financement politique est essentielle pour uniformiser les règles du jeu politiques et maintenir une compétition électorale libre et équitable. En outre, le financement étranger secret est l’un des moyens par lesquels les gouvernements sapent la confiance du public et le lien entre les électeurs et leurs représentants.

  • Lacunes politiques : Environ un tiers des pays OGP ne publient aucune donnée sur le financement politique en ligne. En outre, la plupart des ensembles de données disponibles manquent de données d’identification sur les donneurs et ne sont pas publiés selon les normes de données ouvertes.
  • Analyse des engagements : Alors que de nombreuses juridictions ont pris des engagements au Sommet pour la démocratie concernant l’intégrité électorale, seules six (Kosovo, Libéria, Maurice, République de Moldova, Pérou et Taïwan) se sont spécifiquement concentrées sur le financement politique.
  • Exemples d’engagement : Dans le cadre du Sommet pour la démocratie, le Libéria s’est engagé à assurer la transparence et la responsabilité dans le financement des élections, tandis que la Moldavie s’est engagée à renforcer les sanctions et la surveillance du financement illégal des partis politiques.

Divulgation d’actifs

L’ouverture des données sur les déclarations de patrimoine permet au public de travailler aux côtés des institutions de contrôle pour surveiller ceux qui sont chargés de servir dans leur intérêt.

  • Lacunes politiques : Tous les pays OGP exigent la collecte de données sur la divulgation des actifs, mais deux sur cinq ne publient les données sous aucune forme. La plupart des ensembles de données disponibles incluent des informations sur les revenus, les actifs et les passifs, mais ne couvrent pas les membres de la famille. Les déclarations d’actifs ne sont généralement pas non plus lisibles par machine ou téléchargeables en masse.
  • Analyse des engagements : Seules quatre juridictions (Kosovo, Monténégro, République slovaque et États-Unis) ont pris des engagements lors du Sommet pour la démocratie qui traitent spécifiquement de la divulgation des avoirs.
  • Exemple d’engagement : Dans son plan d’action OGP 2020-2022, la Côte d’Ivoire s’est engagée à rendre obligatoire la divulgation annuelle des actifs, à créer une plateforme en ligne pour les déclarations de patrimoine et à publier des statistiques fiables et à jour.

Propriété réelle de la société

La divulgation des bénéficiaires effectifs, c’est-à-dire ceux qui contrôlent ou tirent profit d’une entreprise, est essentielle pour lutter contre la corruption, endiguer les flux financiers illicites et lutter contre l’évasion fiscale.

  • Lacunes politiques : Les deux tiers des pays OGP ne publient aucune donnée sur la propriété réelle des entreprises en ligne. Lorsque ces données sont disponibles, elles ne sont généralement pas lisibles par machine et manquent de détails importants tels que les intérêts financiers détenus par les bénéficiaires effectifs.
  • Analyse des engagements : Neuf juridictions ont pris au moins un engagement concernant la divulgation des bénéficiaires effectifs. Plusieurs engagements comprenaient des promesses de créer des registres accessibles au public.
  • Exemples d’engagement: Dans le cadre du Sommet pour la démocratie, la Lettonie s’est engagée à divulguer les propriétaires véritables des sociétés par actions, tandis que le Canada s’est engagé à mettre en place un registre des propriétaires véritables accessible au public d’ici 2025.[2]

4. Quelle est la prochaine étape ?

À l’avenir, il est essentiel d’évaluer la qualité et la force des engagements anti-corruption et autres, d’identifier les lacunes dans leur mise en œuvre et d’élaborer des recommandations durables pour progresser vers des engagements de qualité. Des organisations telles que Brookings, International IDEA et OGP travaillent ensemble pour effectuer une telle surveillance et analyse avant le deuxième sommet et au-delà. La société civile des pays participants doit être étroitement intégrée à ce processus. En conséquence, il doit y avoir un effort concerté des experts aux niveaux mondial et national pour assurer la visibilité de ces engagements et l’engagement de la société civile.

Le deuxième Sommet offre une plate-forme importante pour faire le point sur les progrès vers les engagements, mais le travail d’identification et de suivi des réformes ne peut s’arrêter là. Pour assurer la pérennité de cet effort dans les mois et les années à venir, les organisations de la société civile et les gouvernements doivent intégrer les réformes dans d’autres véhicules. Cela pourrait inclure l’intégration d’engagements de réforme dans des véhicules tels que l’OGP et le Groupe d’action financière (GAFI)[3] des plans d’action et l’élaboration de réengagements de haut niveau lors du prochain sommet mondial OGP.


[1] Tous les engagements du Sommet pour la démocratie sont visualisés sur le tableau de bord des engagements d’International IDEA ici. Ils sont également disponibles sous forme de données lisibles par machine sur le site Web d’OGP ici. Les soumissions écrites originales faites par les gouvernements peuvent être consultées sur le site Web du Département d’État américain ici.

[2] En mars 2022, le gouvernement canadien s’est engagé à mettre en œuvre le registre d’ici la fin de 2023.

[3] Le Groupe d’action financière, ou GAFI, est une organisation intergouvernementale axée sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire