‘Femme! La vie! Liberté !’ : la révolution sociale en Iran

0
79

Alors que les manifestations en Iran se poursuivent et s’intensifient, un militant iranien Gh. H.Saedi examine le potentiel de la lutte et plaide pour une plus grande solidarité de la gauche en Grande-Bretagne.

Iran – femme, vie, liberté ! Photo de Pirekhelan utilisée sous licence CC.

Après le meurtre de Zhina (Mahsa) Amini, une femme kurde de 22 ans, aux mains de la police du hijab, et les mobilisations nationales de protestation, l’Iran est entré dans une nouvelle étape de son processus de révolution sociale. Les débuts des comités de quartier, en collaboration avec des étudiants universitaires, des syndicalistes et un réseau semi-structuré de militantes féministes dans les grandes villes comme Téhéran et Rasht, ont réussi à organiser des manifestations dans plus de 100 villes à travers l’Iran. La masse a repris son pouvoir sur les rues.

Parmi la myriade d’événements de la semaine dernière, certains se distinguent comme revêtant une importance politique particulière pour la sphère politique iranienne. Tout d’abord, la diffusion nationale du slogan « Femme ! La vie! Liberté!’ qui a été chanté pour la première fois lors des funérailles de Zhina dans sa ville natale de Saqez au Kurdistan. Bien que ce slogan ait un lien évident avec le slogan des travailleurs scandé lors des manifestations de 2019 (Pain ! Travail ! Liberté !), il ne faut pas oublier qu’il a été créé à l’origine par des unités de défense des femmes en Syrie et l’Union des femmes libres de l’Est du Kurdistan (Kjar ). Ainsi, le chant de ce slogan au Kurdistan a une signification particulière, qui rappelle les traditions des projets socialistes et autonomistes kurdes dans cette région.

Deuxièmement, le rassemblement des militantes féministes dans les grandes villes d’Iran nous montre que les réseaux semi-structurés sont utiles pour mobiliser et mener des manifestations de masse et intégrer les différentes revendications des pauvres urbains, des travailleurs, des classes moyennes pauvres et d’autres communautés politiquement marginalisées. . Cependant, ces réseaux ne sont pas protégés face à l’oppression sévère et violente des unités de police, de sécurité et militaires de la République islamique. L’arrestation de nombreuses militantes féministes au cours des jours précédents indique que ces réseaux doivent être protégés par des structures plus organisées comme les syndicats et les comités de travailleurs.

Des déclarations d’organisations telles que le Conseil de coordination des associations professionnelles d’enseignants iraniens (CCITTA), le Conseil d’organisation des travailleurs contractuels de l’industrie pétrolière, le Syndicat de la canne à sucre Haft Tapeh, le Syndicat libre des travailleurs iraniens, ainsi que de nombreuses déclarations non officielles du secteur syndicalistes dans les universités, montrent que certains travailleurs en Iran se préparent à une grève générale en solidarité avec les manifestations de masse à l’échelle nationale. Certaines universités ont déjà commencé la grève avec l’exigence immédiate de libérer les étudiants arrêtés.

Les événements du 2 octobre montrent que le régime a décidé d’intensifier l’usage de la violence pour réprimer les manifestations et les grèves de masse. Les forces du régime ont créé un bain de sang à Zahedan (sud-est de l’Iran) en tuant des dizaines de Baloutches qui manifestaient dans les rues. Les forces répressives ont également assiégé l’université Sharif à Téhéran et brutalement blessé et arrêté des centaines d’étudiants pour terroriser d’autres universités. Le lendemain, les étudiants de nombreuses universités du pays ont réagi en se mettant en grève et en appelant à des manifestations. Cette fois, les lycéens se joignent à la grève et appellent à la solidarité leurs professeurs. La CCITTA a également appelé à une grève à partir du 4 octobre qui viendrait s’ajouter à la vague de grèves qui a débuté fin septembre.

Divisions politiques au sein de la diaspora iranienne

Le tumulte en Iran a inspiré la diaspora iranienne à travers le monde à manifester en solidarité avec la lutte. Fin septembre et encore le week-end dernier, les grandes villes d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Australie ont vu des dizaines de milliers d’Iraniens et de partisans défiler à la mémoire de Zhina (Mahsa) Amini et contre la République islamique. Pour l’essentiel, l’objectif des organisateurs était de faire écho à l’importance de la lutte des femmes pour leur liberté et leur dignité, qui est au cœur de la révolution sociale iranienne. Cependant, l’un des principaux problèmes auxquels la diaspora iranienne est confrontée est la prévalence de groupes monarchistes dominés par les hommes qui tentent de prendre le contrôle des manifestations, souvent de manière violente. Leur objectif est de faire taire les voix des femmes et de dominer les manifestations avec des drapeaux monarchistes et des slogans réactionnaires qui ne représentent pas les voix des femmes, des travailleurs, des minorités ethniques et des autres communautés politiquement marginalisées.

La manifestation du 25 septembre à Manchester a illustré la situation critique que vivent les militants progressistes iraniens. Cet événement a été organisé par ‘Red Roots Collective’, un groupe d’activistes féministes et socialistes migrantes en collaboration avec des féministes, syndicalistes et socialistes britanniques – il y a un rapport de l’événement ici. Au début de l’événement, les monarchistes ont commencé à perturber le premier discours (que vous pouvez lire ici) et à faire taire l’orateur en chahutant, ainsi qu’en battant brutalement l’un des organisateurs de l’événement. Cependant, grâce au soutien d’activistes britanniques et d’organisations socialistes kurdes, le collectif Red Roots a réussi à déplacer la manifestation sur la place Saint-Pierre, et les autres intervenants ont pu faire entendre leur voix en faveur de « Women ! La vie! Liberté!’.

La révolution sociale en Iran doit se défendre contre deux menaces. Premièrement, les forces de la République islamique ont acquis en Syrie l’expérience de la répression de la révolution en créant des bains de sang dans des villes qui tentaient de devenir autonomes et de s’émanciper de la dictature d’Assad. Deuxièmement, les monarchistes s’efforcent de provoquer un « effondrement contrôlé » du régime et de prendre le contrôle de la révolution en mobilisant les forces nationalistes de droite à l’intérieur de l’Iran. Contre ces deux menaces, les féministes, les socialistes, les syndicalistes et les autres forces de cette révolution sociale ont besoin de la solidarité des classes ouvrières au Royaume-Uni. Cela nécessitera un changement politique majeur dans les attitudes de la gauche britannique vers l’incorporation de l’internationalisme dans ses luttes quotidiennes.

La perspective de l’échec de la révolution sociale en Iran, en raison d’un manque de solidarité internationale, serait, selon les mots de William Blake, « une misère pour nous tous » :

Et beaucoup conversaient sur ces choses pendant qu’ils travaillaient au sillon,

Dire : « Il vaut mieux prévenir la misère que délivrer de la misère ;

Il vaut mieux prévenir l’erreur que pardonner au criminel.

Travaillez bien les détails minutieux : occupez-vous des petits ;

Et ceux qui sont dans la misère ne peuvent rester si longtemps,

Si nous ne faisons que notre devoir : bien travailler la Terre grouillante.…

William Blake “La sainteté des moindres détails”



La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire