FINA interdit aux nageuses trans de participer aux épreuves féminines | Nouvelles sur l’équité entre les sexes

0
133

L’instance dirigeante du monde de la natation adopte une nouvelle politique pour les athlètes transgenres et propose une nouvelle “compétition ouverte”.

L’instance dirigeante mondiale de la natation, la FINA, a voté pour restreindre la participation des athlètes transgenres aux compétitions féminines d’élite tout en s’engageant à créer un groupe de travail pour établir une catégorie “ouverte” pour elles.

Les droits des transgenres sont devenus un sujet de discussion majeur alors que le sport cherche à équilibrer l’inclusivité tout en garantissant qu’il n’y a pas d’avantage injuste.

“Nous devons protéger les droits de nos athlètes à concourir, mais nous devons également protéger l’équité de la compétition lors de nos événements, en particulier la catégorie féminine lors des compétitions de la FINA”, a déclaré le président Husain Al-Musallam lors d’un congrès extraordinaire de son organisation, l’International Swimming Fédération (Fédération Internationale de Natation, ou FINA).

« La FINA accueillera toujours chaque athlète. La création d’une catégorie ouverte signifiera que tout le monde aura la possibilité de concourir à un niveau d’élite. Cela n’a jamais été fait auparavant, donc la FINA devra montrer la voie. Je veux que tous les athlètes se sentent inclus dans la possibilité de développer des idées au cours de ce processus.

La décision, la plus stricte de tous les organismes sportifs olympiques, a été prise lors du congrès général extraordinaire de la FINA après que les membres ont entendu le rapport d’un groupe de travail transgenre composé de personnalités médicales, juridiques et sportives.

La politique a été adoptée avec une majorité d’environ 71 % après avoir été soumise aux membres de 152 fédérations nationales. [File: Charly Triballeau/AFP]

La nouvelle politique d’éligibilité pour les compétitions de la FINA stipule que les athlètes transgenres homme-femme ne sont éligibles pour concourir que s’ils peuvent établir à la satisfaction confortable de la FINA qu’ils n’ont connu aucune partie de la puberté masculine au-delà du stade Tanner 2 (de la puberté) ou avant 12 ans, selon la date la plus tardive ».

La politique a été adoptée avec une majorité d’environ 71% après avoir été soumise aux membres de 152 fédérations nationales avec droit de vote qui s’étaient réunis pour le congrès à la Puskas Arena de Budapest, en Hongrie.

“Je ne veux pas qu’on dise à aucun athlète qu’il ne peut pas concourir au plus haut niveau”, a déclaré Al-Musallam.

«Je vais mettre en place un groupe de travail pour mettre en place une catégorie ouverte lors de nos rencontres. Nous serons la première fédération à le faire.

Le vote a eu lieu après que les membres ont entendu les présentations de trois groupes de spécialistes – un groupe d’athlètes, un groupe de science et de médecine et un groupe juridique et des droits de l’homme – qui avaient travaillé ensemble pour élaborer la politique à la suite des recommandations données par le Comité international olympique en novembre dernier.

La nouvelle politique de la FINA ouvre également l’éligibilité à ceux qui ont “une insensibilité complète aux androgènes et ne peuvent donc pas connaître la puberté masculine”.

Les nageurs sont également autorisés à concourir dans les courses féminines s’ils ont eu “la puberté masculine supprimée à partir du stade Tanner 2 ou avant l’âge de 12 ans, selon la date la plus tardive, et ils ont depuis maintenu en permanence leur taux de testostérone dans le sérum (ou le plasma) inférieur à 2,5 nmol/ L’.

Les athlètes transgenres femmes-hommes (hommes transgenres) sont pleinement éligibles pour participer aux compétitions de natation masculines.

Les défenseurs de l’inclusion des transgenres affirment qu’il n’y a pas encore suffisamment d’études sur l’impact de la transition sur les performances physiques et que les athlètes d’élite sont souvent des cas physiques aberrants.

Le débat s’est intensifié après que la nageuse de l’Université de Pennsylvanie, Lia Thomas, soit devenue la première championne transgenre de la NCAA de l’histoire de la Division I après avoir remporté le 500 verges (457,2 m) nage libre féminin aux États-Unis plus tôt cette année.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/19/world-swimming-body-adopts-new-policy-for-transgender-athletes

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire