Financer l’Imperium : l’Australie subventionne les sous-marins nucléaires américains

0
105

Source photographique : Matt Hrkac de Geelong / Melbourne, Australie – CC BY 2.0

AUKUS, l’accord trilatéral entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, a été une aubaine pour tous les partenaires sauf un. L’Australie, compte tenu de l’illusion de protection alors même que sa position agressive (acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire, devenant une base avancée pour l’armée américaine) a agacé les autres pays ; le sentiment de supériorité, même s’il s’abandonnait comme jamais auparavant à une puissance étrangère, fut le grand perdant du marché.

Le mois dernier, les Australiens se sont réveillés avec le triste rappel que la capitulation de leur gouvernement face à Washington a été si totale qu'elle rend embarrassant toute nouvelle discussion sur l'indépendance. Leur ministre de la Défense, Richard Marles, ainsi que son adjoint, le ministre de l'Industrie de défense Pat Conroy, ont préféré une autre histoire. Canberra avait obtenu ce qu'elle voulait : l'approbation du Congrès américain par le biais de sa National Defense Authorization Act (NDAA) de 2024 autorisant le transfert de trois sous-marins nucléaires de classe Virginia à la Royal Australian Navy, dont un hors de la chaîne de production et deux en- bateaux de service. L'Australie pourrait également demander l'approbation du Congrès pour deux autres bateaux de classe Virginia.

Les mesures autorisaient également les entrepreneurs australiens à se former dans des chantiers navals américains pour aider au développement de la base de sous-marins nucléaires inexistante de l'Australie, et des exemptions des exigences américaines en matière de licences de contrôle des exportations autorisant le « transfert de marchandises et de technologies contrôlées entre l'Australie, le Royaume-Uni, et aux États-Unis sans avoir besoin d’une licence d’exportation.

Pour le naïf Marles, le Congrès a « apporté un soutien sans précédent à l’Australie en adoptant la loi sur l’autorisation de la défense nationale qui verra le transfert de sous-marins et des dispositions rationalisées en matière de contrôle des exportations, symbolisant la force de notre Alliance et notre engagement commun envers le partenariat AUKUS ».

Soit par ignorance, soit par aveuglement volontaire, le ministre australien de la Défense a choisi d’éviter de s’étendre sur les aspects les moins impressionnants de la loi d’autorisation. L’exemption des exigences américaines en matière de licences d’exportation, par exemple, confère à Washington le contrôle et l’autorité sur les biens et technologies australiens tout en contrôlant le partage de tout équivalent américain avec l’Australie. L’exemption n’est rien de moins qu’une appropriation, même si elle préserve le rôle de Washington en tant que distributeur goutte à goutte de la technologie nucléaire.

Bill Greenwalt, l'un des rédacteurs du régime américain de contrôle des exportations, est une personne qui connaît assez bien ce sujet. Comme il l’a déclaré à l’Australian Broadcasting Corporation en novembre dernier : « Après des années d’incitation du Département d’État américain, il semble que l’Australie ait souscrit aux principes et aux spécificités du système américain de contrôle des exportations qui a échoué. » En coopérant avec les États-Unis sur ce point, l’Australie « abandonnerait toute capacité souveraine qu’elle développe au contrôle et à la bureaucratie des États-Unis ».

Le joyau de toute cette entreprise, du moins du point de vue du complexe militaro-industriel américain, est la participation du contribuable australien en tant que financeur de son propre programme d’armes nucléaires. Quels que soient ses antécédents en matière de non-prolifération, Canberra se retrouve à financer la branche navale américaine dans un exercice de prolifération nucléaire modernisée. Même le communiqué de presse de Marles-Conroy admet que la NDAA a contribué à « établir un mécanisme permettant aux États-Unis d’accepter des fonds de l’Australie pour accroître la capacité de la base industrielle sous-marine ». Le communiqué poursuit en mentionnant que cet « investissement » (le « cadeau » ne serait-il pas un meilleur mot ?) en faveur de la marine américaine « compléterait également l'investissement important de l'Australie dans notre base industrielle sous-marine nationale ».

Quelques jours après le spectacle farfelu de la capitulation des responsables australiens, le Service de recherche du Congrès a fourni un autre de ses précieux rapports qui jettent un éclairage supplémentaire sur la contribution de l'Australie au programme de sous-marins nucléaires américain. Les médias australiens, comme c’est le cas pour leur couverture d’AUKUS, sont restés silencieux à ce sujet. Un forum, Michael West Médiasa montré que ses contributeurs – Rex Patrick et Philip Dorling – étaient bien éveillés.

Le rapport est spécifique au programme de sous-marins lance-missiles balistiques de classe Navy Columbia (SSBN-826), qui implique la conception et la construction de 12 nouveaux SSBN pour remplacer la flotte actuelle et vieillissante de 14 SNLE de classe Ohio. Le coût du programme, en termes d’estimations du budget 2024 pour l’exercice 2024, s’élève à 112,7 milliards de dollars. Comme c’est l’habitude dans ces rapports, les risques sont clairement résumés. Ils incluent les retards habituels dans la conception et la construction du bateau de tête, menaçant ainsi la préparation à un déploiement en temps opportun ; des coûts croissants ; les risques posés par le financement du programme de classe Columbia pour d'autres programmes de la Marine ; et « les défis industriels potentiels liés à la construction simultanée de bateaux de classe Columbia et de sous-marins d’attaque (SSN) de classe Virginia ».

Le financement australien devient important dans ce dernier domaine. À cause d'AUKUS, la marine américaine « a témoigné » qu'elle exigerait non seulement une augmentation du taux de production de la classe Virginia à 2,33 bateaux par an, mais « un taux d'approvisionnement combiné Columbia plus Virginia » de 1+. 2.33. Les mandarins et les législateurs australiens, accomplis dans leur ignorance, ont peu parlé de cet ajout. Mais les législateurs et les planificateurs militaires américains sont plus que conscients que cette augmentation du taux d'approvisionnement « nécessitera d'investir plusieurs milliards de dollars pour l'expansion et l'amélioration des installations et le développement de la main-d'œuvre dans les deux chantiers navals de construction de sous-marins (GD/EB). [General Dynamics’ Electric boat in Groton, Connecticut] et HII/NSS [Huntington Ingalls Industries’ Newport News Shipbuilding]) et les fournisseurs de sous-marins.

Le rapport reconnaît que le financement pour l'objectif 1+2,33 provient d'un certain nombre d'allocations sur quelques exercices financiers, mais mentionne expressément le financement australien « dans le cadre du pilier 1 proposé par l'AUKUS », qui implique le transfert de sous-marins à propulsion nucléaire. à Canberra.

Le rapport reproduit utilement le témoignage de la Marine du 25 octobre 2023 devant le sous-comité de la puissance maritime et des forces de projection du comité de la Chambre des services armés. Les responsables salivent positivement à l’idée de nourrir la base industrielle nationale, par exemple en « s’associant à une entreprise australienne pour développer et développer la fabrication additive métallique dans l’ensemble du SIB ». [Submarine Industrial Base].» Le témoignage poursuit en notant que « l'investissement de l'Australie dans le SIB américain s'appuie sur les efforts continus visant à améliorer les capacités et les capacités de la base industrielle, à créer des emplois et à utiliser de nouvelles technologies » et constituait une contribution « nécessaire » pour « augmenter le VACL ». [Virginia Class] production de 2,0 à 2,33 sous-marins par an pour répondre aux besoins de l’US Navy et de l’AUKUS.

Les implications du point de vue du contribuable australien sont importantes. Patrick et Dorling déclarent l'un d'entre eux : que « le financement australien de l'AUKUS soutiendra la construction d'un élément clé de livraison de la force de frappe nucléaire américaine, maintenant ce programme sur la bonne voie tandis que la production globale de sous-marins s'accélère ».

Le financement contribue également au développement des capacités nucléaires d'un autre pays, une violation, aurait-on pu penser, des obligations de l'Australie en vertu du Traité de non-prolifération des armes nucléaires. Le porte-parole de la défense des Verts australiens, le sénateur David Shoebridge, fait valoir ce point à Patrick et Dorling. « L’Australie a des obligations juridiques internationales claires de ne pas soutenir l’industrie de l’armement nucléaire, et pourtant c’est précisément ce que feront ces milliards de dollars de financement de l’AUKUS. »

Le sénateur demande également : « Quand le gouvernement albanais commencera-t-il à dire toute la vérité sur AUKUS et comment les Australiens paieront pour aider à construire la prochaine classe de sous-marins lance-missiles balistiques américains ?

Pour une réponse appropriée, Shoebridge ferait bien de consulter la magistrale et immortelle série britannique Oui Ministre, rédigé par Antony Jay et Jonathan Lynn. Dans un épisode, le ministre compétent, Jim Hacker, propose cette réponse à une question du suzerain toujours suspect de la fonction publique, Sir Humphrey Appleby, sur le moment où il pourrait recevoir un projet de proposition : « Au moment opportun », répond Hacker. « Dans la plénitude des temps. Quand le moment est venu. Lorsque les procédures nécessaires auront été accomplies. Rien de précipité, bien sûr. En un mot : jamais.

Source: https://www.counterpunch.org/2024/01/08/funding-the-imperium-australia-subsidises-us-nuclear-submarines/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire