Gardez les capitalistes hors de la lune

0
247

À son meilleur, la pensée futuriste représente un épanouissement de l’imagination humaine. Enhardis par l’invention de nouvelles technologies, les artistes du tournant du XXe siècle ont imaginé un monde largement libéré du labeur quotidien, dans lequel le travail des machines permettrait aux gens ordinaires de vivre une vie plus remplie et plus heureuse sans la pauvreté et l’ennui écrasants associés à l’industrialisation. . Cette vision reflétait peut-être une sorte de techno-utopisme déplacé, mais c’était aussi une véritable expression de la pensée progressiste dans un monde de consciences de classe croissantes et de militantisme démocratique.

Aujourd’hui, ce qui passe pour de l’optimisme futuriste est souvent davantage un signe de paralysie civilisationnelle et de stagnation économique – la course à l’espace milliardaire de plus en plus absurde nous offrant une vision contrefaite d’une promesse utopique sous la forme de vols de vanité destructeurs du climat et de fanfictions dystopiques sur les colonies martiennes. Contrairement aux versions antérieures du futurisme, cette version fabriquée par des ploutocrates substitue la transcendance des inégalités terrestres à leur extension dans le système solaire, imaginant un siècle d’exploration spatiale planifiée et réalisée par une infime poignée des personnes les plus riches du monde. Cela a du sens dans la mesure où cela reflète à la fois la logique dominante d’une économie mondiale lourde et décadente et un ordre politique incapable de s’adapter à de véritables alternatives au statu quo. Lorsqu’un système semble épuisé mais qu’il semble également impossible de le réformer, la seule option qui reste est de passer à l’échelle et d’espérer qu’il donnera un meilleur résultat.

Quelque chose comme cela est au moins la prémisse implicite d’un nouveau rapport de l’Institut néolibéral Adam Smith intitulé Space Invaders : Droits de propriété sur la Lune, qui monte un cas Lockean pour la propriété de terres hors du monde. Au crédit de la chercheuse Rebecca Lowe, l’argument est intellectuellement assez rigoureux et représente une application philosophiquement cohérente de la pensée libérale classique. Notant que les cadres plus anciens et plus universalistes pour l’exploration de l’espace se sentent moins viables aujourd’hui qu’ils ne l’étaient dans les années 1950 ou 1960, Lowe procède à l’examen d’une approche qui n’est ni nationale ni mondiale et verrait plutôt les individus « pour atteindre des objectifs moralement justifiés ». droits de propriété dans l’espace.

Elle a certainement raison de dire que tout ce qui ressemble à la vision égalitaire de l’espace autrefois représentée dans l’imaginaire populaire par quelque chose comme Star Trek semble décidément plus lointain dans un monde de concurrence transnationale et d’États-nations déresponsabilisés. Elle a également raison de reconnaître que la codification des règles et réglementations entourant la colonisation interstellaire est forcément complexe et que les débats à leur sujet refléteront inévitablement des différends non résolus sur la conception des sociétés humaines existantes.

De manière véritablement libertaire, la défense des droits de propriété est affirmée comme axiomatique et avancée comme fondamentalement égalitaire dans son esprit. « Les droits de propriété moraux », écrit Lowe, « sont des droits qui reflètent simplement des vérités sur la moralité et qui ne dépendent pas du droit positif ». Alors que les nations démocratiques, soutient-elle, peuvent être en mesure de “partager équitablement entre leurs citoyens les opportunités de l’appropriation nationale de l’espace”, l’existence de sociétés autoritaires signifie que certains seront incapables de récolter la prime hors du monde :

Sous un tel [national] approches, par exemple, si le pays démocratique A était nouvellement autorisé à s’approprier une certaine quantité de terres spatiales, alors des parties séparables de cette quantité pourraient, par exemple, être compensées par des citoyens concurrents, à des conditions équitables. Mais on ne pouvait pas attendre la même chose des régimes autoritaires. Il existe donc un argument égalitaire selon lequel l’oppression arbitraire des opportunités à laquelle certains individus sont déjà confrontés simplement parce qu’ils sont nés ou habitent des pays particuliers ne devrait pas être davantage enracinée par une approche centrée sur la nation de la gouvernance des opportunités spatiales.

D’un point de vue éthique, ce n’est pas un mauvais argument. Avoir des engagements égalitaires de base, après tout, implique de ne pas vouloir que les gens soient désavantagés par les circonstances de leur naissance ou soumis à ce que Lowe appelle «l’oppression arbitraire» – d’opportunité ou autre. L’ironie est que les sociétés de marché ont une telle oppression intégrée par conception, et que les apologistes modernes de l’inégalité invoquent régulièrement les droits de propriété comme la justification prééminente pour ne pas l’éliminer. Selon cette ligne de pensée, des marchés qui fonctionnent correctement offrent à chacun les mêmes opportunités de posséder et de rivaliser.

Le problème, bien sûr, c’est qu’ils ne font rien de tel. Les sociétés de marché sont, par définition, également des sociétés de classe dans lesquelles un petit nombre relativement restreint possède et un groupe beaucoup plus important doit gagner sa subsistance grâce au travail salarié. Ce dernier groupe produit, tandis que le premier extrait des rentes et écume la plus-value. Au lieu de mesures radicales comme l’abolition complète de la richesse héritée d’une génération à l’autre, «l’égalité des chances» est un mirage total et les marchés produisent inévitablement des relations sociales définies par une domination enracinée.

Cela a évidemment des implications profondes en soi. Mais c’est également pertinent si nous envisageons des cadres hypothétiques pour l’utilisation future de l’espace. Ce qu’on appelle actuellement « l’exploration spatiale privée », après tout, est en pratique le domaine de quelques milliardaires à la richesse exorbitante, et il n’y a aucune raison particulière de penser que cela changerait avec l’extension des droits de propriété sur la Lune.

Laissant de côté la question de savoir si la colonisation lunaire sera un jour viable ou commercialement rentable pour commencer, les asymétries inhérentes au capitalisme mondial signifient que toute version réaliste de celui-ci projettera simplement l’inégalité structurelle dans les cieux : quelques-uns parmi ceux qui sont déjà riches posséderont et en tireront profit, tandis que d’autres travailleront et tenteront de subsister. (Un indice à cet égard a été offert par nul autre qu’Elon Musk lorsqu’il a été interrogé sur les coûts élevés du transport vers Mars. Sa réponse ? Que ceux qui n’ont pas les moyens de payer le prix d’un voyage pourraient contracter des emprunts et les rembourser en travaillant dur. dans des ateliers clandestins martiens à leur arrivée.) L’égalité des chances dans un système de droits de propriété lunaires est donc tout aussi mythique que son équivalent terrestre.

Aussi rigoureuse et systématique soit-elle, la proposition de Lowe souffre donc d’un problème plus large infléchissant une grande partie de ce qui passe pour la pensée futuriste aujourd’hui : à savoir, qu’elle reste liée à la logique du statu quo même qu’elle promet de transcender. Alors que pratiquement chaque époque s’efforce de voir au-delà de ses propres horizons, ce que feu Mark Fisher appelait le réalisme capitaliste rend sans doute la nôtre unique à cet égard. De l’exploration spatiale dirigée par des milliardaires à la crypto-monnaie en passant par le soi-disant métaverse, les diverses technologies et schémas revendiquant actuellement le manteau futuriste sont si inexorablement contraints par leur allégeance au capital qu’ils sont finalement mis à rude épreuve par leur potentiel émancipateur.

La ploutocratie est déjà assez mauvaise sur terre. Si jamais l’humanité s’étend dans les cieux, espérons que ce soit dans un avenir qui a laissé les milliardaires et les hiérarchies de classe loin derrière.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire