“Gêner” est désormais un crime majeur en Nouvelle-Galles du Sud

0
80

Deanna “Violet” Coco a été condamnée ce mois-ci à quinze mois de prison, avec une période sans libération conditionnelle de huit mois, pour le “crime” d’avoir bloqué une voie de circulation sur un pont de Sydney pendant 25 minutes dans le cadre d’une manifestation contre le changement climatique . Elle a depuis été libérée sous caution dans l’attente d’un appel, mais une douzaine d’autres militants pour le climat ont également été inculpés pour “perturbation grave” des piétons et des véhicules entre-temps. Il s’agit de la plus grave atteinte au droit de manifester en Australie depuis des décennies.

Coco est la première personne à être condamnée en vertu des changements apportés par le projet de loi modifiant la législation sur les routes et les crimes 2022, qui est devenu loi en avril. Les changements draconiens introduisent des sanctions sévères pour “un comportement qui endommage ou perturbe les routes principales ou les principales installations”. Pour avoir simplement protesté sur les routes, les voies ferrées, les ponts ou dans les tunnels et les chantiers, les militants peuvent être condamnés à une amende pouvant aller jusqu’à 22 000 dollars et à une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans.

Le premier ministre libéral de la Nouvelle-Galles du Sud, Dominic Perrottet, a qualifié l’emprisonnement de “agréable à voir”, affirmant que la manifestation ne devrait être autorisée que si elle “ne gêne pas les gens”. La magistrate présidente, Allison Hawkins, aurait décrit les actions de Coco comme une “cascade enfantine”, qui avait causé “la ville entière [to] souffrir » en raison de ses « actions émotionnelles égoïstes ». Le chef de l’opposition travailliste Chris Minns n’a pas tardé à se joindre au chœur réactionnaire en disant: “Lorsque vous dérangez littéralement des centaines de milliers de personnes … il y aura des mesures législatives à cela”, et qu’il n’a “aucun regret” d’avoir soutenu les mesures autoritaires .

En Nouvelle-Galles du Sud, le droit d’éviter les « désagréments » l’emporte non seulement sur le droit démocratique de manifester, mais aussi sur le droit à une planète habitable. Provoquer un embouteillage pire que d’habitude est passible d’une peine de prison, mais pas les désagréments causés par l’attente d’ambulances qui n’arrivent jamais au milieu d’une pandémie. Ni l’inconvénient de passer des heures à attendre dans des services d’urgence d’hôpitaux sous-financés ou des années d’attente pour un logement social. On s’attend à ce que nous le tolérions quand c’est le gouvernement qui nous dérange au point de détruire des vies et de mettre notre santé en danger, tandis que les gens qui tentent de sonner l’alarme sur la destruction de l’environnement sont qualifiés de criminels détestables.

Le véritable programme du gouvernement est de diaboliser les manifestations et de veiller à ce que seules celles qui sont inefficaces aient lieu. Une manifestation efficace, qu’il s’agisse de grèves et de lignes de piquetage, de sit-in ou de marches de masse, cause presque toujours des perturbations et des inconvénients. L’histoire montre que de telles actions sont essentielles pour gagner le changement social. La ségrégation dans le sud des États-Unis a été renversée par une campagne de désobéissance civile de masse à long terme. Les droits des homosexuels ont été lancés par les émeutes de 1969 devant le Stonewall Inn de New York. À la fin des années 1990 en Australie, des étudiants et des travailleurs ont arrêté le projet de mine d’uranium de Jabiluka. Aucune de ces campagnes n’était polie et respectable. Ils impliquaient des affrontements avec la police, des boycotts, l’arrêt de la circulation et la perturbation du statu quo. Et ils ont gagné.

Les perturbations et les désagréments causés par les manifestations ne sont rien comparés à ceux déjà causés par le changement climatique, et qui ne feront que s’intensifier à mesure que la planète continue de se réchauffer. Coco a été réprimandé pour avoir laissé “des villes entières souffrir”, mais c’est exactement ce sur quoi le système nous met sur la bonne voie. Pensez à Sydney qui s’étouffe avec la fumée au début de 2020. Pensez à Islamabad qui se noie à cause des inondations sans précédent de la mousson tandis que le paludisme se propage dans des camps de réfugiés climatiques comptant des millions de personnes. Pensez à huit travailleurs décédés dans un centre de distribution d’Amazon en décembre 2021 parce que la direction a refusé de les laisser évacuer alors qu’une tornade traversait l’Illinois. Pensez aux 18 000 personnes déplacées en Australie lors des feux de brousse de 2019, avec de nombreux survivants qui croupissent encore dans des tentes et autres logements temporaires. Où est l’inquiétude officielle quant à leur inconvénient ?

Pendant ce temps, les entreprises de combustibles fossiles continuent de faire d’énormes profits. Il n’y a aucune conséquence pour ceux qui profitent des industries nuisibles à l’environnement. Au lieu de cela, ils sont récompensés par de généreuses subventions gouvernementales, tandis que les lois sont modifiées et que des approbations sont données pour garantir que de nouveaux projets destructeurs puissent aller de l’avant, comme la mine de charbon d’Adani dans le Queensland ou le projet gazier de Scarborough en Australie occidentale, et que toute résistance à leur encontre est criminalisée. . Et ce n’est pas seulement le gouvernement libéral de NSW – le gouvernement travailliste de Victoria a adopté des lois similaires pour criminaliser la protestation environnementale.

Pour arrêter le changement climatique et sauver la planète, l’organisation de la société devra être bouleversée. Des protestations polies qui n’ont aucun impact tangible ne suffiront tout simplement pas. Les routes devront être bloquées; les affaires courantes devront être interrompues. Les lois anti-manifestations devront être enfreintes. Violet Coco doit être libérée et les poursuites contre d’autres militants doivent être abandonnées. Nous devons lutter non seulement pour abroger les lois anti-manifestations, mais aussi pour obtenir une véritable justice environnementale avant qu’il ne soit trop tard.

Source: https://redflag.org.au/article/inconvenience-now-major-crime-nsw

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire