Ginni Thomas admet qu’elle a assisté au rassemblement Stop the Steal du 6 janvier – Mother Jones

0
102

Clarence et Virginia Thomas arrivent pour le dîner d’État organisé par le président américain Donald J. Trump et la première dame Melania TrumRon Sachs / CNP / ZUMA

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits importants. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Ginni Thomas, l’épouse du juge de la Cour suprême Clarence Thomas, a admis pour la première fois qu’elle avait assisté au tristement célèbre rassemblement Stop the Steal le 6 janvier 2020, qui a abouti à l’attaque du Capitole américain. La révélation surprenante est survenue lors d’un entretien avec le Balise gratuite de Washingtonun site Web conservateur, et soulève d’autres questions quant à savoir si son activisme politique et ses liens avec l’extrême droite constituent un conflit d’intérêts pour son mari.

Dans un portrait autrement sympathique de Ginni Thomas qui cherchait à repousser les inquiétudes croissantes selon lesquelles son comportement pourrait violer les normes éthiques, le Balise gratuite a révélé que la militante conservatrice de longue date avait assisté au rassemblement sur l’Ellipse pendant une courte période, mais était rentrée chez elle parce qu’elle avait “froid”, avant que les partisans de Trump ne prennent d’assaut le Capitole. Ce jour-là, Thomas a posté sur Facebook pour soutenir le rassemblement, pour revenir plus tard sur ses commentaires, notant qu’elle avait écrit les messages “avant la violence”.

Les remarques hyper partisanes de Thomas et son activisme conservateur ont longtemps soulevé des sourcils, mais des reportages récents du New yorkais et le New York Times a relancé les discussions sur la question de savoir si ses liens avec les marges de la droite posent un problème à la Cour suprême.

Dans son entretien avec le Balise gratuite, Thomas a tenté de dissiper ces inquiétudes en affirmant qu’elle et son mari occupaient des “voies” séparées.

“La voie juridique est celle de mon mari – je n’ai jamais beaucoup aimé lire les mémoires et les opinions judiciaires de toute façon et je suis assez heureuse de rester en dehors de cette voie”, a-t-elle déclaré.

Thomas n’a jamais été nommément partie à une affaire devant la Cour suprême; cependant, elle a occupé des postes de direction dans des groupes conservateurs impliqués dans de tels cas et a, en sa propre capacité, pris des mesures importantes pour cibler les politiques que son mari a voté pour réduire ou annuler, telles que la loi sur les soins abordables, Roe contre Wadeet action positive.

On notera en particulier son implication dans le groupe Groundswell, un réseau conservateur qui, selon des notes obtenues et rapportées pour la première fois par Mère Jones en 2013se considère comme menant une « guerre de 30 fronts » contre les progressistes et les républicains modérés. Thomas s’est décrite comme la «présidente» de Groundswell en 2019 et a aidé à compiler une «liste d’ennemis» des républicains que l’organisation jugeait insuffisamment fidèles à Donald Trump, selon les rapports du New York Times. Elle a également des liens avec des personnalités d’extrême droite telles que Steve Bannon, Sebastian Gorka et Ali Alexander, et a proclamé que l’Amérique est attaquée par «l’État profond» et la «gauche fasciste», qui comprend les «fascistes transsexuels».

Des experts juridiques ont noté que la loi fédérale régissant la récusation des juges de la Cour suprême est opaque, leur ordonnant de s’abstenir des affaires où leur impartialité “pourrait raisonnablement être mise en doute”. L’article de la loi concernant les conjoints n’oblige les juges à se récuser que si leurs partenaires sont des parties directes, des témoins probables ou des avocats à la procédure ou s’ils possèdent des intérêts «substantiellement affectés» par celle-ci. Cependant, de nombreux juges et magistrats ont choisi de se récuser des affaires avec lesquelles ils ont des liens plus indirects pour éviter l’apparence d’un conflit d’intérêts. Dans une situation analogue à celle de Ginni Thomas, Jane Sullivan Roberts, l’épouse du juge John Roberts, a pris sa retraite de sa carrière d’avocate et a démissionné de son rôle à la tête d’un groupe anti-avortement lors de la nomination de son mari à la cour.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire