Guerre froide 2.0 : traumatisme et nostalgie

0
249

Vous vous souvenez de la guerre froide ? Vous souvenez-vous de ses treize jours les plus dangereux lorsque le monde était dramatiquement proche d’une confrontation nucléaire entre les États-Unis et l’Union soviétique à propos des missiles de cette dernière à Cuba ? Vous souvenez-vous de l’échec de l’invasion de la Baie des Cochons pour renverser le gouvernement communiste de Fidel Castro ? Vous souvenez-vous des sirènes qui retentissaient fréquemment à New York, avec de jeunes étudiants blottis sous leurs bureaux en répétition pour une véritable attaque soviétique ?

Si vous n’avez pas vécu ces événements réels et que vous en avez seulement entendu parler ou lu des récits historiques, la crise des missiles de Cuba de 1962 fait partie de la mémoire collective de l’Occident. Malgré l’euphorie de l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, la guerre froide n’a jamais pris fin. Alors que les États-Unis continuent d’envoyer de plus en plus d’armes améliorées à l’Ukraine et que la Suède et la Finlande frappent à la porte de l’OTAN, nous approchons rapidement de la guerre froide 2.0.

La mémoire collective ne doit jamais être ignorée. En 2005, Vladimir Poutine a déclaré à propos des années 1900 : “L’effondrement de l’Union soviétique a été la plus grande catastrophe géopolitique du siècle.” Plus grand que les deux guerres mondiales au cours desquelles des dizaines de millions de Russes sont morts ? Visiblement c’était pour lui. Aux États-Unis, la guerre civile se poursuit, les États du Sud n’ayant reçu que récemment l’ordre de retirer leurs drapeaux confédérés plus de 100 ans après la reddition du général Robert E. Lee à Appomattox Court House en avril 1865.

Alors que le temps linéaire s’écoule régulièrement – 60 secondes à la minute, 60 minutes à l’heure et ainsi de suite – la mémoire collective est plus compliquée à cartographier. Lorsque les dernières troupes américaines ont quitté Kaboul en août 2021, par exemple, des images d’hélicoptères transportant les dernières personnes ont été instantanément associées à des images d’hélicoptères transportant des évacués du centre-ville de Saigon en avril 1975. Les images d’hélicoptères transportant les dernières personnes sur deux Les interventions étrangères ratées des États-Unis sont gravées dans la mémoire mondiale. Ils s’effondrent en une seule représentation à 46 ans d’intervalle.

Le temps peut être linéaire, mais la mémoire ne l’est pas.

C’est à travers la mémoire collective qu’il faut voir l’affrontement entre la Fédération de Russie et l’Occident. La crise ne concerne pas seulement le 24 février 2022 et l’invasion de l’Ukraine, ou la guerre russo-géorgienne de 2008, ou la prise et l’annexion de la Crimée en 2014, ou le contrôle croissant de la Russie sur son étranger proche.

La crise concerne la vision de Vladimir Poutine de l’appartenance de l’Ukraine à la Russie, sa nostalgie de la grandeur de l’Union soviétique avec son rôle évident en tant que leader éminent sur la scène mondiale. Et, de manière significative, les Russes ne cessent de répéter ce que James Baker avait promis à Mikhaïl Gorbatchev en 1990 : “Il n’y aurait pas d’extension de la juridiction de l’OTAN pour les forces de l’OTAN d’un pouce à l’est.” Qu’elle soit vraie ou non, la promesse fait partie du récit historique de la Russie sur ce qui s’est passé lors de l’effondrement de l’Union soviétique.

D’un autre côté, la perception occidentale de la Russie d’aujourd’hui est celle d’un ours qui s’éveille, le pays qui a balayé l’Europe de l’Est à la fin de la Seconde Guerre mondiale, écrasant les révoltes de Budapest en 1956 et de Prague en 1968. Qui a dit que Poutine ne voulait que contrôler le Donbass ? Même s’il finit par garantir que c’est tout ce qu’il veut, les souvenirs des fausses promesses de Staline à Yalta en 1945 qui permettraient aux peuples d’Europe “de créer les institutions démocratiques de leur choix” ne seront pas oubliés, ni sa trahison derrière les Molotov- Pacte Ribbentrop d’août 1939. « On ne peut pas faire confiance aux Russes », fait partie de la mémoire historique de l’Occident.

La mémoire collective peut être manipulée ; il n’est pas gravé dans la pierre. La spécialiste britannique des relations internationales Jenny Edkins a soutenu que les dirigeants politiques utilisent le traumatisme et la nostalgie pour garder le contrôle de leurs citoyens. la thèse d’Edkins en Traumatisme et mémoire du politique est que “l’ancienne façon newtonienne de penser le temps persiste non pas parce que nous n’avons pas eu le temps de repenser ces idées à la lumière de nouvelles analyses scientifiques, mais parce que le temps linéaire et homogène convient à une forme particulière de pouvoir – le pouvoir souverain, le pouvoir de l’État moderne. « Le pouvoir souverain, ajoute-t-elle, produit et est lui-même produit par le traumatisme : il provoque des guerres, des génocides et des famines ».

Les dirigeants russes et occidentaux utilisent des récits historiques pour accroître leur pouvoir souverain. Alors que Poutine a son traumatisme à propos de la fin de l’Union soviétique, l’Occident a son traumatisme à propos de la crise des missiles de Cuba et de la guerre froide. Le traumatisme de Poutine l’a conduit à être nostalgique de la grandeur de l’Union soviétique et de la position de son chef comme l’une des deux figures dominantes dans un monde bipolaire. Le traumatisme de Biden d’être un démocrate faible envers la Russie l’a amené à simuler les actions du président John Kennedy pendant les 13 jours tendus. Il se considère comme le leader du monde libre, défendant la démocratie contre les tyrans en déversant des armes et de l’argent en Ukraine à travers une guerre par procuration avec la Russie qui a tous les éléments d’une guerre froide 2.0.

Le pouvoir d’État domine en Russie et en Occident par une nostalgie perverse. Les références constantes de Poutine à la Grande Guerre patriotique passée et l’héroïsme de son peuple combattant les précédentes invasions de la Russie par l’Occident ont renforcé son pouvoir. Aux États-Unis et en Occident, le conflit est décrit comme la liberté contre l’autocratie, comme pendant la guerre froide c’était le communisme contre le capitalisme. Lors du récent vote du Congrès pour de l’argent pour l’Ukraine, le projet de loi d’autorisation a été adopté 86-11 au Sénat et 368-57 à la Chambre, seuls les républicains ayant voté contre comme une forme de petite protestation contre le président Biden. Peu de questions ont été posées sur l’origine des 40 milliards de dollars ou sur la meilleure façon de les utiliser pour réparer les infrastructures nationales. Alors que le Congrès a ergoté sur des nickels et des sous dans Biden’s Build Back Better, il n’a pas argumenté sur des milliards pour défendre la maternité et la tarte aux pommes contre l’ours vorace.

Edkins conclut son livre provocateur par une spéculation sur la façon dont les États apprennent à mieux contrôler le temps et la mémoire. Ce à quoi nous sommes soumis, soutient Edkins, est beaucoup plus profond et plus insidieux que les fausses nouvelles ou la simple guerre de l’information. Selon Edkins, nos souvenirs sont entrelacés dans les gros titres d’aujourd’hui par l’État d’une manière qui exclut l’opposition, le dialogue sérieux et la vraie politique.

Cold War 2.0 fait partie de la manipulation du traumatisme et de la nostalgie. Seule une extrême vigilance peut espérer révéler les récits derrière les récits. Mais même alors, le véritable politique semble perdu. Des gens meurent de famine, des millions de personnes sont déplacées à cause du changement climatique alors que d’énormes quantités de ressources sont gaspillées dans cette nouvelle guerre froide, sans parler des pertes tragiques en vies humaines et de la destruction. Les leçons de la première guerre froide n’ont pas été tirées. Cold War 2.0 est différent, mais pas meilleur.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/cold-war-2-0-trauma-and-nostalgia/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire