Helsinki commente si elle hébergerait des bases de l’OTAN ou des armes nucléaires – RT World News

0
155

La Première ministre finlandaise Sanna Marin a déclaré que l’adhésion prévue de son pays à l’OTAN n’impliquait pas l’obligation d’héberger des bases militaires ou des armes nucléaires de l’OTAN. Aucune de ces idées n’est actuellement en discussion, a-t-elle déclaré à un journal italien lors d’une visite de travail à Rome mercredi.

Le quotidien Corriere della Sera a demandé à Marin si la Finlande exclurait le déploiement de bases permanentes de l’OTAN ou d’armes nucléaires sur son sol après son adhésion à l’OTAN. La Finlande et la Suède ont toutes deux déposé une demande d’adhésion cette semaine.

Le Parti démocrate suédois au pouvoir a clairement indiqué la semaine dernière que s’il soutenait la demande d’adhésion à l’OTAN, il résisterait s’il lui était demandé de déployer des armes nucléaires ou des bases militaires étrangères. La Finlande, a observé le journal italien, n’a pas pris un engagement clair similaire et a demandé à Marin de commenter.

“Personne ne nous impose des armes ou des bases nucléaires si nous n’en voulons pas”, a-t-elle dit, ajoutant que dans les deux cas, la décision appartiendrait à la Finlande.

« Nous avons une loi en Finlande qui interdit le déploiement d’armes nucléaires sur notre territoire. Donc, je suppose que cette question n’est pas sur la table », elle a ajouté. “Il n’y a aucun intérêt à déployer des armes nucléaires ou à ouvrir des bases en Finlande.”




Le Premier ministre finlandais a déclaré que son pays s’attendait à ce que faire partie de l’alliance garantisse que la guerre n’arriverait pas sur le territoire finlandais et a qualifié la Russie de “grand voisin agressif”. Elle a ajouté que la Finlande pensait que la Russie ne riposterait pas contre elle pour avoir rejoint le bloc dirigé par les États-Unis.

« Notre président [Sauli] Niinisto a discuté de la question avec le président [Vladimir] Poutine et sa réaction ont été étonnamment calmes », dit-elle. “Nous espérons donc qu’il n’y aura pas d’action du côté russe. Mais s’il devait y en avoir, nous sommes bien préparés à faire face à différentes situations, y compris des cyberattaques ou des attaques hybrides.

Moscou a déclaré qu’il ferait les préparatifs nécessaires pour se défendre de l’OTAN parallèlement à l’inclusion des deux nouveaux membres.

La Finlande a rompu sa tradition de neutralité et a demandé à rejoindre l’OTAN en invoquant l’attaque de la Russie contre l’Ukraine. Moscou a déclaré avoir compromis sa position de longue date en tant que médiateur en agissant ainsi. Marin a déclaré dans l’interview, qui a été publiée jeudi, qu’elle espérait que ce ne serait pas le cas.

« Nous voulons rester un courtier honnête, en veillant à ce que le dialogue se poursuive. En fait, nous considérons la demande d’adhésion à l’OTAN comme un acte de paix, pas de guerre », dit-elle.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire