Hugo Soto-Martinez veut représenter la classe ouvrière de Los Angeles

0
72

Los Angeles est surtout connue pour le glamour d’Hollywood, les plages de Venise et, plus récemment, pour avoir accueilli le Super Bowl LVI dans le SoFi Stadium de 5,5 milliards de dollars de la ville. Mais la Cité des Anges abrite également l’un des mouvements ouvriers les plus militants et les mieux organisés des États-Unis, dirigé par les communautés latinos et immigrées. Au cours des dernières décennies, les travailleurs de Los Angeles se sont imposés comme une formidable force sociale dans la ville, s’inspirant souvent des traditions radicales des pays d’Amérique latine et d’ailleurs au-delà des frontières nationales.

Le candidat à la mairie du district Treize, Hugo Soto-Martinez, est issu de ce mouvement. Soto-Martinez est un résident permanent de Los Angeles, né et élevé dans le centre-sud. Son histoire est familière à de nombreux enfants d’immigrants de la classe ouvrière à Los Angeles : ses parents ont immigré du Mexique et ont travaillé à Los Angeles comme vendeurs de rue jusqu’à ce que son père souffre d’une blessure au dos débilitante qui l’a mis au chômage. Ils ont été confrontés à des conditions de travail difficiles et au harcèlement policier au travail, des luttes qui ont conduit Soto-Martinez à s’organiser avec le Community Power Collective contre la criminalisation des vendeurs de rue immigrés de Los Angeles. Afin de joindre les deux bouts, Soto-Martinez a abandonné ses études secondaires et a commencé à travailler dans un hôtel non syndiqué.

À cette époque, il a également connu sa première rencontre personnelle avec la brutalité policière. Il accompagnait son frère alors qu’il passait un appel depuis une cabine téléphonique après la coupure de leur service téléphonique à domicile. Soudain, un policier a épinglé Soto-Martinez contre la cabine.

“Il crachait des insultes homophobes et racistes en fouillant mes poches”, a déclaré Soto-Martinez.,

et à ce moment-là, je lui ai répondu. J’ai simplement demandé ce qu’il avait à faire avec moi alors que je n’avais rien fait de mal. Alors il a mis son bras autour de moi, m’a serré le cou et m’a rappelé que j’étais dans un endroit où il y avait beaucoup de violence liée à la drogue, comme pour laisser entendre que je me comportais mal simplement en étant là.

Le jeune de quinze ans a reçu une contravention pour détritus qui notait également sa « résistance » à la fouille de l’agent. Soto-Martinez a porté son affaire devant les tribunaux avec ce qu’il appelle une compréhension naïve que le système de justice pénale affirmerait son innocence. Au lieu de cela, le juge a confirmé le billet, citant sa désapprobation de la façon dont Soto-Martinez a répondu à l’officier comme raison de sa décision.

Peu de temps après, m’a dit Soto-Martinez, il a été pris dans une opération de provocation policière. La police a placé des trains avec du fret sur les voies de leur quartier, et lui et un ami se sont arrêtés pour vérifier. Ils ont été pris en embuscade et Soto-Martinez s’est retrouvé en probation. À un carrefour de sa jeune vie – avec son frère aîné incarcéré, son père toujours incapable de travailler et sa mère travaillant plusieurs fois pour joindre les deux bouts – Soto-Martinez dit qu’il a eu un moment de clarté. Il est retourné au lycée et a poursuivi ses études à l’Université de Californie à Irvine, tout en continuant à travailler à l’hôtel.

En mai 2006, six semaines avant l’obtention du diplôme, un de ses collègues l’a approché pour organiser son lieu de travail. Soto-Martinez a sauté sur l’occasion. En y repensant, il explique : « J’étais un travailleur en colère, bouleversé par les injustices auxquelles mes collègues et moi étions confrontés jour après jour à l’hôtel sous la coupe d’une direction abusive, perturbé par un déséquilibre de pouvoir palpable.

Mais les graines de la conscience radicale ont été plantées des années plus tôt. Après que le père de Soto-Martinez se soit blessé, sa mère a commencé à travailler comme concierge. Elle était représentée par le Service Employees International Union, et son contrat a apporté à sa famille une couverture de soins de santé décente pour la première fois de sa vie. Au collège, il a lu Le manifeste communiste, ce qui lui a fait penser différemment l’aliénation qu’il ressentait et l’injustice qu’il percevait au travail. Il a vu la campagne syndicale comme une opportunité de canaliser son indignation individuelle pour améliorer matériellement la vie de sa famille et de ses collègues.

À UC Irvine, Soto-Martinez avait décidé de devenir avocat. Mais après avoir rencontré deux organisateurs de UNITE HERE Local 11, il a annulé tous ses entretiens d’embauche et vendu ses livres de préparation au LSAT. Trois mois plus tard, lui et ses collègues ont obtenu un syndicat et un premier contrat avec des soins de santé, des augmentations de salaire et des protections au travail.

Au cours de cette campagne, Soto-Martinez a été témoin de ce qu’il décrit comme un “énorme changement transformationnel dans la conscience de mes collègues après s’être réunis, avoir construit le pouvoir et battu une entreprise”. Convaincu du potentiel du mouvement syndical pour obtenir des changements significatifs dans sa communauté, Soto-Martinez dit qu’il a décidé de consacrer le reste de sa vie à lutter pour les droits des travailleurs. Peu de temps après, il a été embauché par la section locale 11. Il a organisé les travailleurs de l’hôtellerie et les femmes de ménage avec le syndicat pendant les quinze années suivantes.

Soto-Martinez voit la transition d’organisateur syndical à candidat au conseil municipal comme un moyen naturel de continuer à renforcer le pouvoir des travailleurs. Il les considère comme étroitement liés : le militantisme dans les ateliers peut faire pression sur les élus pour qu’ils adoptent des lois d’organisation plus conviviales, et des lois d’organisation plus conviviales peuvent créer de la place pour davantage de militantisme dans les ateliers.

“Une grande partie de l’objectif de ma campagne est de marier le mouvement ouvrier, qui fait des heures supplémentaires à Los Angeles depuis la fin des années 80, avec le mouvement socialiste grandissant né de la première campagne présidentielle de Bernie Sanders.” Soto-Martinez est membre et approuvé par la section de Los Angeles des Democratic Socialists of America.

Mitch O’Farrell, le conseiller sortant du district de Soto-Martinez, a été un ami fiable des promoteurs immobiliers et d’autres intérêts corporatifs pendant ses presque vingt ans au gouvernement. O’Farrell a fait ses débuts en tant que membre du personnel de l’actuel maire de Los Angeles, Eric Garcetti, à l’époque où Garcetti représentait le district. En 2013, O’Farrell a introduit une ordonnance interdisant de donner de la nourriture aux sans-abri en dehors des établissements. À la mi-mars de l’année dernière, il a supervisé l’expulsion violente de plus d’une centaine de personnes vivant dans un campement de sans-abri de son quartier.

Les balayages à Echo Park ont ​​été l’aboutissement d’un projet d’« embellissement » qui a duré des années et qui a tenté de rendre le district treize plus attrayant pour les promoteurs qui financent les campagnes d’O’Farrell.

Soto-Martinez cherche à se distinguer d’O’Farrell de manière grande et petite, de sa position sur l’itinérance à la façon dont il mène sa campagne. La campagne est dirigée par un comité du personnel plutôt que par un directeur de campagne, une idée inspirée par le moment où il a rejoint son syndicat pour la première fois et a été actif au sein de son comité de négociation.

“Bien que ce soit extraordinairement difficile, cela a développé ma capacité à diriger en apprenant à parvenir à un consensus avec un groupe”, a-t-il déclaré. Jacobin. « Non seulement nous faisons campagne comme ça, mais nous allons aussi gouverner de cette façon. Lorsque j’ai adhéré au syndicat et que j’étais travailleur, le processus de négociation d’un contrat syndical était le système le plus démocratique avec lequel j’aie jamais travaillé.

Soto-Martinez dit que l’objectif de sa campagne va au-delà de la simple victoire ; il cherche à pérenniser la récente résurgence socialiste en la reliant au mouvement ouvrier et aux organisations communautaires. En fin de compte, dit-il, l’objectif est de « créer une nouvelle société : un monde avec de bons emplois syndiqués, des soins de santé universels et des logements abordables ».



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire