Hypocrisies et succès à la réunion de l’ONU pour interdire les armes nucléaires

0
96

Le représentant allemand Rüdiger Bohn (au centre) s’exprimant le 22 juin lors de la première réunion des États parties au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Photo de John LaForge, pour Nukewatch.

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires a été ratifié par 65 gouvernements, connus dans les cercles diplomatiques comme des États parties. La première réunion des États parties au traité (1MSP) s’est terminée ici le 23 juin, après avoir minutieusement élaboré – selon les termes de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires – “un plan pour la fin des armes nucléaires”. Le nouveau traité est le couronnement extraordinaire de l’ICAN, qui a remporté le prix Nobel de la paix 2017 pour ses efforts.

Au 1MSP, les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne – qui utilisent tous les trois des armes nucléaires américaines sur leurs bases aériennes – ont participé en tant qu’États observateurs. Les trois n’ont pas ratifié le TPNW, ayant acquiescé à une série d’administrations américaines – Obama, Trump et Biden – qui ont conspiré à chaque occasion pour faire dérailler, empêcher, retarder, affaiblir et boycotter la nouvelle interdiction – malgré un large soutien public pour le désarmement nucléaire. M. Trump a exigé que les États parties retirent leurs ratifications. Aucun ne l’a fait. La Maison Blanche de Biden aurait exhorté le Japon à ne pas assister au 1MSP en tant qu’observateur, et ils sont restés à l’écart.

Les représentants allemands et néerlandais ont pris leur tour et se sont adressés au MSP le 22 juin, mais les deux membres de l’OTAN ont utilisé exactement les mêmes mots pour noter la désapprobation explicite de leur gouvernement à l’égard du TPNW et pour exprimer leur soutien supposé au traité de non-prolifération nucléaire de 1970. Les deux représentants ont déclaré que leurs gouvernements “n’adhéreront pas” au traité d’interdiction nucléaire “parce que le TPNW est incompatible avec la doctrine de l’OTAN”.

L’hypocrisie de l’opposition allemande et néerlandaise est que leur “partage” des armes nucléaires américaines, bien que conforme à la “doctrine de l’OTAN”, est totalement incompatible avec leur traité de non-prolifération (TNP). En fait, leur rejet depuis 50 ans de l’obligation contraignante du TNP (Art. VI) d’entamer des négociations menant au désarmement nucléaire « à une date rapprochée » est également totalement incompatible avec leur soutien simulé au TNP.

Comme l’a déclaré le représentant allemand Rüdiger Bohn le 22 juin, la “doctrine” de l’OTAN comprend le triste édit : “Tant qu’il y aura des armes nucléaires, l’OTAN restera une alliance nucléaire”. Cette étreinte de la violence atomique génocidaire n’est pas un article du Traité de l’Atlantique Nord de 1949 ou de la Charte de l’OTAN. Il a été entièrement fabriqué par ses membres dotés d’armes nucléaires, et il n’y a aucune obligation légale pour l’OTAN de rester une organisation terroriste dotée d’armes nucléaires.

La « doctrine » de l’OTAN est fluide, strictement consultative et acceptée volontairement par ses membres. Même le célèbre article 5 de la Charte de l’OTAN, concernant la réponse collective à une attaque militaire contre un État membre, déclare seulement que l’adhésion à l’OTAN “aidera la Partie ou les Parties ainsi attaquées en prenant… les mesures qu’elle juge nécessaires”.

En comparaison, le Traité sur la non-prolifération est un droit international contraignant et comprend des interdictions explicites et sans ambiguïté et des obligations claires et contraignantes. La planification, les préparatifs et la menace omniprésente de l’OTAN de lancer des attaques nucléaires (appelées «dissuasion») sont simplement une pratique ritualisée à laquelle il peut être mis fin à tout moment – par exemple en se conformant aux articles I et II du TNP qui interdisent tout transfert ou la réception d’armes nucléaires entre États, ou son engagement au titre de l’article VI de négocier le désarmement nucléaire. En effet, c’est le report de 50 ans, ou le rejet de l’Art. VI qui a suscité et propulsé le succès retentissant du nouveau TPNW.

Ce qui aurait pu être une célébration d’une semaine des progrès du TPNW dans la recherche d’un monde exempt de menaces nucléaires, a été assombrie par la guerre en cours de la Russie contre l’Ukraine. Ce sont les rappels parlés et tacites de la guerre des arsenaux nucléaires prêts en Russie et à l’OTAN qui ont poussé le MSP à dire, dans sa déclaration finale, qu’il “condamne[s] sans équivoque toutes les menaces nucléaires, qu’elles soient explicites ou implicites et quelles que soient les circonstances ».

La Déclaration fustige les armes nucléaires et fait écho à l’essai de 1959 de Daniel Ellsberg « La menace et la pratique du chantage », notant que la bombe est utilisée pour contraindre, intimider, pester, maudire et terrifier. “Cela met en évidence, aujourd’hui plus que jamais, l’erreur des doctrines de dissuasion nucléaire, qui sont fondées et reposent sur la menace de l’utilisation réelle d’armes nucléaires et, par conséquent, sur les risques de destruction d’innombrables vies, de sociétés, de nations, et d’infliger des conséquences catastrophiques mondiales.

Les parties ont convenu d’aller de l’avant avec détermination pour voir finalement les États dotés d’armes nucléaires s’engager, en déclarant : “Face aux risques catastrophiques posés par les armes nucléaires et dans l’intérêt même de la survie de l’humanité, nous ne pouvons pas faire autrement”.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/27/hypocrisies-and-successes-at-un-meeting-to-ban-nuclear-weapons/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire