Il est temps de renouveler l’activisme dans la lutte contre le travail des enfants

0
266

Lorsque des nouvelles ont commencé à faire surface cette année au sujet de l’exploitation des enfants travailleurs migrants dans les usines et les entreprises américaines, cela a clairement montré le besoin urgent pour les dirigeants syndicaux et communautaires de renouveler leur activisme dans la lutte contre le travail des enfants. Un tel activisme a contribué à réduire les graves abus du passé, et il doit le faire à nouveau.

En février dernier, la journaliste du New York Times Hannah Dreier a attiré l’attention des lecteurs sur les voix et les histoires d’enfants migrants travaillant dans des abattoirs, des usines et des chantiers de construction dangereux à travers les États-Unis. aux États-Unis de rester avec des parents ou des connaissances qu’ils n’ont jamais rencontrés – ou, pire, avec des “sponsors” prédateurs qui les maintiennent dans une dette punitive. Les enfants viennent généralement ici avec l’intention d’envoyer de l’argent à leurs familles pauvres.

Dreier a présenté à ses lecteurs Carolina Yoc, 15 ans, qui a laissé sa grand-mère l’année dernière dans un village pauvre du Guatemala, traversant finalement la frontière sud des États-Unis et s’installant finalement avec une tante qu’elle n’avait jamais rencontrée. Nous rencontrons Carolina travaillant à minuit dans une usine de fabrication à Grand Rapids, dans le Michigan, emballant des cheerios dans des cartons sur un tapis roulant qui, pour d’autres travailleurs fatigués ou distraits, s’est arraché les doigts et, dans un cas, “a déchiré le cuir chevelu d’une femme”. ”

Carolina est restée à l’école (9e année), mais les exigences du travail, comme l’a noté Dreier, sont extrêmement stressantes et fatigantes. Carolina explique : « Parfois, je suis fatiguée et je me sens malade. Mais je m’y habitue. »

Dreier ne manque pas de souligner que les adolescents sont deux fois plus susceptibles d’être blessés au travail que les adultes, et elle cite quelques-uns des enfants migrants tués au travail ces dernières années : un jeune de 16 ans écrasé par un engin de terrassement près d’Atlanta, un jeune de 14 ans renversé par une voiture alors qu’il livrait de la nourriture sur son vélo à Brooklyn, un jeune de 15 ans qui a fait une chute de 50 pieds lors de son premier jour de travail comme couvreur en Alabama.

Dans un marché du travail tendu, de nombreux employeurs font appel à des enfants travailleurs au lieu de leur offrir des salaires et des avantages concurrentiels susceptibles d’attirer des travailleurs adultes. Comme Dreier et d’autres journalistes l’ont noté, ces employeurs détournent illégalement le regard lorsqu’ils vérifient ostensiblement l’âge et les pièces d’identité des jeunes travailleurs. Et, comme l’ont rapporté Jacob Bogage et Maria Luisa Paul du Washington Post, un groupe de réflexion conservateur influent, la Foundation for Government Accountability (FGA), s’efforce de légaliser une situation d’exploitation dans un certain nombre d’États. Dans l’Arkansas, par exemple, la FGA a fourni un modèle législatif et un pouvoir de lobbying pour éliminer l’exigence de permis de travail et de vérification de l’âge pour les enfants de moins de 16 ans.

Dans le passé – dès les années 1880 – les syndicats ont réclamé une législation restreignant les pratiques de travail qui imposaient aux jeunes des quarts de travail de 10 heures dans les mines et des quarts de 12 heures dans les usines de textile. Des organisations comme la Ligue nationale des consommateurs (fondée en 1899) et le Comité national sur le travail des enfants (1904) ont plaidé pendant des décennies en faveur des protections, leur travail ayant contribué à l’adoption de la loi Fair Labor Standards Act de 1938, un projet de loi qui, pour la première fois, a inscrit des protections et des limites pour les enfants travailleurs dans une loi durable.

Un tel militantisme est nécessaire aujourd’hui, en particulier à une époque où les enfants migrants sont particulièrement vulnérables. Comme on l’a récemment signalé, l’impasse au Congrès sur les questions connexes de l’immigration et du travail des enfants a bloqué, du moins dans l’immédiat, toute action significative du Congrès en faveur de ces enfants. C’est pourquoi les dirigeants syndicaux et les militants communautaires doivent combler le vide – doivent s’exprimer vigoureusement et s’organiser maintenant.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/05/15/its-time-for-renewed-activism-in-combating-child-labor/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire