Il n’y a absolument aucune raison pour laquelle nous ne devrions pas réduire la pauvreté des enfants

0
140

Selon Tara Golshan et Arthur Delaney, l’une des objections de Joe Manchin à l’octroi de prestations en espèces aux enfants de parents à faible revenu est que ces parents gaspilleraient l’argent en vices :

Publiquement, ses plus gros reproches concernent le coût de la facture. Mais en privé, Manchin a déclaré à ses collègues qu’il ne faisait essentiellement pas confiance aux personnes à faible revenu pour dépenser judicieusement l’argent du gouvernement.

Ces derniers mois, Manchin a déclaré à plusieurs de ses collègues démocrates que il pensait que les parents gaspilleraient les paiements mensuels du crédit d’impôt pour enfants en médicaments au lieu de subvenir aux besoins de leurs enfants, selon deux sources proches des propos du sénateur.

C’est une objection courante à ce genre d’avantages dans la société, mais pas celle que vous entendez habituellement dans le discours politique des élites. Il s’agit également d’une objection sans fondement qui ne reflète ni la réalité de ce qui se passe lorsque vous fournissez des prestations en espèces aux gens, ni ne résout le problème des parents irresponsables.

La meilleure recherche dont nous disposons sur l’évolution des dépenses d’une famille lorsqu’elle reçoit des prestations pour enfants vient du Canada. Là, les chercheurs Lauren Jones, Mark Stabile et Kevin Milligan ont utilisé des données canadiennes sur le revenu et la consommation pour voir comment les dépenses familiales différaient entre les différentes régions qui avaient différents niveaux de prestations pour enfants.

Ils ont découvert que le fait de recevoir des allocations familiales incitait les familles à réduire dépenses en tabac et en alcool. Plus précisément, une augmentation d’un dollar des prestations pour enfants a été associée à une réduction de six cents des dépenses en tabac et à une réduction de 7,3 cents des dépenses en alcool. Pour les familles à faible revenu, le modèle des chercheurs a également révélé des réductions des dépenses en tabac et en alcool, mais la différence n’était pas statistiquement significative. Ainsi, pour les familles à faible revenu, on ne peut pas dire que les dépenses sur ces catégories ont diminué, mais on peut dire qu’elles n’ont pas augmenté.

Dans un pays qui compte plus de 70 millions d’enfants, il y a bien sûr des parents qui ont des problèmes avec des choses comme l’alcool, la drogue et le jeu. Et certains de ces parents ont des problèmes si graves qu’ils ne sont peut-être pas aptes à devenir parents.

Fondamentalement, ce genre de problèmes de dépenses n’a rien à voir avec les revenus des prestations. Un parent en proie à la dépendance peut gaspiller un salaire aussi facilement qu’il peut gaspiller un chèque d’aide sociale. La question n’est pas la source du revenu mais plutôt la façon dont le revenu est dépensé.

Nous avons des institutions, à savoir les services de protection de l’enfance, qui sont censées localiser les parents ayant ce genre de problèmes de dépenses et, si nécessaire, les séparer de leurs enfants. La SCP ne fait pas toujours du bon travail et pourrait certainement bénéficier d’une réforme et d’un meilleur financement. Mais CPS est le mécanisme approprié pour résoudre ce problème particulier.

En revanche, la réduction des allocations familiales ne résout en rien le problème des mauvais parents. Cela ne sépare pas leurs enfants d’eux. Il n’intervient pas pour essayer d’aider le parent à aller mieux. Cela laisse ces familles dysfonctionnelles exactement telles qu’elles sont tout en les appauvrissant. Cela n’aide personne. Cela aggrave les choses.

Couper les allocations à des millions d’enfants pauvres parce qu’une petite fraction d’entre eux ont de mauvais parents n’aurait que très peu de sens, même si les réductions d’allocations faisaient quelque chose pour résoudre le problème des mauvais parents. Mais le faire quand cela ne résout pas le problème des mauvais parents, et en fait aggrave ce problème, n’est que de la cruauté déguisée en préoccupation.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire