Il y a un an, Biden gagnait. Les républicains ne l’accepteront toujours pas. – Mère Jones

0
55

Des feux d’artifice explosent au-dessus de Black Lives Matter Plaza près de la Maison Blanche alors que les célébrants attendent d’entendre le discours de victoire de Joe Biden le 7 novembre 2020.Samuel Corum/Getty Images

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits qui comptent. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Cela peut ne pas en avoir l’air, mais dimanche marque un an depuis le Presse associée appelé Pennsylvanie et l’élection présidentielle de 2020 pour Joe Biden.

Tard dans la matinée du 7 novembre 2020, l’appel de l’AP a lancé des célébrations dans tout le pays par les Américains soulagés de l’éviction de Donald Trump de la Maison Blanche, même si la proclamation du service de presse est intervenue quelques jours après qu’il était déjà devenu clair que Biden avait facilement vaincu Trump au collège électoral.

En réponse à l’AP, Trump, à l’époque où il était autorisé sur Twitter, a tweeté que « Joe Biden ne devrait pas revendiquer à tort le poste de président. Je pourrais aussi faire cette affirmation. Trump, bien sûr, avait déjà a revendiqué à tort la victoire le soir des élections. Et il a continué à le faire, dans une tentative de nier la réalité de sa défaite qui était pathétique mais aussi sinistre, dans le cadre d’un effort planifié pour jeter le doute sur les élections et s’appuyer sur les législateurs de l’État, le ministère de la Justice et le Congrès pour l’aider. conserver le pouvoir.

Trump, bien sûr, a échoué dans ses efforts pour rester président. Mais son effort a quand même fonctionné.

L’ancien président n’a jamais produit la moindre preuve que la fraude électorale a affecté les résultats dans un État. Dans plus de 50 poursuites visant à contester les résultats des élections, Trump et ses alliés n’ont même pas prétendu qu’il y avait eu fraude, car ils manquaient de preuves. Au lieu de cela, ils avaient tendance à être des objections aux procédures adoptées par les États et les comtés qui autorisaient le vote pendant une pandémie. Et tous ceux-là ont échoué.

Mais les partisans de Trump ont cru – et croient toujours – ses mensonges. Le 6 janvier, des milliers d’entre eux ont pris d’assaut le Capitole, certains d’entre eux menaçant de tuer le vice-président de l’époque, Mike Pence, pour avoir rempli son rôle entièrement cérémoniel dans la certification des votes électoraux de Biden. Cinq personnes sont mortes ce jour-là.

Les sondages continuent de montrer qu’une large majorité de républicains affirme que Joe Biden n’a pas été légitimement élu président des États-Unis. En septembre, un sondage Suffolk University/USA TODAY auprès d’électeurs inscrits aux États-Unis a révélé que 70 pour cent des électeurs du GOP croient, ou prétendent croire, au grand mensonge, contre 22 pour cent qui n’y croient pas. Quatre-vingt-seize pour cent des démocrates pensaient que Biden était dûment élu. De même, un NPR du 1er novembre/PBS NewsHour/ Un sondage mariste a révélé que 75 % des républicains disent que Trump a une affirmation légitime selon laquelle il y a eu « de vrais cas de fraude qui ont changé les résultats ».

La chose la plus frappante à propos de ces résultats est qu’ils sont à peu près les mêmes que les sondages de janvier. Onze mois de reportages sur les partisans de Trump limogeant le Congrès sur la base de la désinformation, et onze mois de démystification et d’explications des mensonges qui ont causé l’attaque, n’ont pas réussi à faire bouger les choses.

Félicitations Amérique. Cela fait un an que Biden a gagné, et les partisans de Trump ne l’accepteront toujours pas.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici