Il y aura des répercussions : l’Occident est collectivement responsable du génocide israélien à Gaza

0
60

Image de Ehimetalor Akhere Unuabona.

Le 20 octobre, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, se tenait du côté égyptien du passage de Rafah, entre l’Égypte et Gaza assiégée.

Guterres n’était pas la seule personnalité internationale à se rendre à la frontière de Gaza, dans l’espoir de mobiliser la communauté internationale face à un génocide en cours, dans une bande déjà appauvrie et assiégée.

« Derrière ces murs, nous avons deux millions de personnes qui souffrent énormément », a déclaré António Guterres.

Ces efforts n’ont cependant porté que peu de fruits.

Le porte-parole du ministère de la Santé de Gaza, Ashraf al-Qudra, a déclaré dans un communiqué le 24 octobre que le flux de l’aide humanitaire vers Gaza est « trop lent (pour) changer la réalité » sur le terrain.

Cela signifie que les débats apparemment interminables du Conseil de sécurité de l’ONU, les résolutions de l’Assemblée générale et les appels à l’action n’ont guère modifié de manière significative la situation tragique à Gaza.

Cela soulève la question suivante : à quoi servent les systèmes politiques, humanitaires et juridiques internationaux complexes, s’ils sont incapables d’arrêter, ou même de ralentir, un génocide qui est retransmis en direct sur les écrans de télévision du monde entier ?

Lors des génocides précédents, qu’il s’agisse de ceux qui ont accompagné les Grandes Guerres ou celui du Rwanda en 1994, diverses justifications ont été avancées pour expliquer l’absence d’actions immédiates. Dans certains cas, aucune Convention de Genève n’existait et, comme au Rwanda, beaucoup ont plaidé leur ignorance.

Mais à Gaza, aucune excuse n’est acceptable. Chaque société d’information internationale a des correspondants ou une certaine présence dans la bande de Gaza. Des centaines de journalistes, reporters, blogueurs, photographes et cameramen documentent et comptent chaque événement, chaque massacre et chaque bombe larguée sur des maisons civiles. Il est important de noter ici que de très nombreux journalistes ont déjà été tués dans les attaques israéliennes.

Les approximations scientifiques nous disent par exemple que près de 25 000 tonnes d’explosifs ont été larguées sur Gaza par Israël au cours des 27 premiers jours de guerre. Cela équivaut à deux bombes atomiques, comme celles larguées par les États-Unis sur Hiroshima et Nagasaki en 1945.

Lorsque le président américain Joe Biden a tenté de remettre en question le nombre de Palestiniens morts, le personnel médical de Gaza, obligé d’effectuer des opérations chirurgicales vitales sur les terrains sales des hôpitaux, a pris le temps de lui prouver qu’il avait tort. Le 26 octobre, ils ont produit une liste contenant les noms de 6 747 victimes palestiniennes tuées au cours des 19 premiers jours de guerre.

Des milliers de personnes ont été tuées et blessées depuis lors, mais Washington et ses alliés occidentaux insistent sur le fait qu’« Israël a le droit de se défendre », même si cela se fait aux dépens de toute une nation.

Les Israéliens ne masquent en aucun cas leur langage. Le New York Times a rapporté le 30 octobre que « lors de conversations privées avec leurs homologues américains, des responsables israéliens ont évoqué la façon dont les États-Unis et d’autres puissances alliées ont eu recours à des bombardements dévastateurs en Allemagne et au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale… pour tenter de vaincre ces pays ». Quelques jours plus tard, le ministre israélien Amichai… a ouvertement déclaré que la destruction nucléaire de Gaza était une option dans la guerre génocidaire menée par son pays contre le peuple palestinien.

Le jour de la parution du rapport du New York Times, Karim Khan, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), arrivait du côté égyptien de la frontière de Rafah.

Il a toujours utilisé le même langage réservé, comme pour ne pas offenser la sensibilité d’Israël et de ses alliés occidentaux. « Les crimes qui auraient été commis dans ces deux endroits doivent être examinés », a-t-il déclaré, faisant référence à Israël et à Gaza.

On pourrait excuser Khan en arguant que le jargon juridique doit être retenu jusqu’à ce qu’une enquête approfondie soit menée. Mais des enquêtes approfondies sont rarement menées lorsqu’il s’agit des crimes israéliens à Gaza ou ailleurs en Palestine.

Lorsqu’une enquête est menée, les juges internationaux se retrouvent fréquemment accusés par les États-Unis et Israël de partialité ou, pire encore, d’antisémitisme. Dans le cas de l’enquête menée par un juge sud-africain respecté, Richard Goldstone, en 2009, l’homme a été contraint de retirer une partie de son rapport.

Khan ne le sait que trop bien car il s’occupe actuellement d’un dossier important et croissant de crimes de guerre israéliens en Palestine, insistant pour retarder la procédure sous diverses excuses. De toute évidence, les États-Unis ne voient pas d’un bon oeil les juges de la CPI qui avancent des affaires de crimes de guerre contre Israël. Les sanctions anti-CPI imposées par l’administration Trump en 2020 en sont un exemple.

De nombreux responsables des institutions occidentales prennent conscience de cette hypocrisie. Le 28 octobre, Craig Mokhiber a démissionné de son poste de directeur du bureau new-yorkais du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, pour protester contre l’échec de l’ONU à mettre un terme à « un génocide qui se déroule sous nos yeux à Gaza ».

Le 20 octobre, environ 850 membres du personnel de l’UE ont signé une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, critiquant son « soutien inconditionnel » à Israël.

La lettre était polie et diplomatique, compte tenu de l’horrible échec moral de Von der Leyen, en particulier lorsque son approche enthousiaste de la guerre russe en Ukraine est comparée à son soutien aveugle aux crimes israéliens à Gaza. « Ce n’est que si nous reconnaissons la douleur d’Israël et son droit à se défendre que nous aurons la crédibilité nécessaire pour dire qu’Israël devrait réagir… conformément au droit humanitaire international », a-t-elle déclaré.

Le Comité international olympique, qui insiste sur la séparation entre la politique et le sport, n’a aucun problème à se mêler de la politique lorsque l’ennemi est palestinien.

Le CIO a publié une déclaration le 1er novembre, mettant en garde tout participant aux Jeux olympiques de Paris, prévus en 2024, de tout « comportement discriminatoire » à l’encontre des athlètes israéliens, car « les athlètes ne peuvent être tenus responsables des actions de leurs gouvernements ».

Le mot « hypocrisie » ici ne suffit même pas à décrire ce qui se passe, et les répercussions de cet échec moral se feront sentir dans le monde entier dans les années à venir. L’Occident ne devrait plus jamais être autorisé à jouer le rôle de médiateur, de politicien impartial, de juge ou même d’humanitaire égoïste.

Ce n’est pas une conclusion difficile à tirer. Gaza a été transformée en Hiroshima à cause des bombes occidentales et du chèque politique en blanc remis à Israël par les gouvernements et dirigeants occidentaux dès le début de la guerre, en fait, 75 ans auparavant.

Rien ne changera jamais ce fait, et aucune déclaration future « formulée avec force » n’aidera jamais l’Occident à racheter son échec moral collectif.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/11/10/there-will-be-repercussions-the-west-is-collectively-responsible-for-israels-genocide-in-gaza/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire