Intel veut de l’argent public pour enrichir les riches actionnaires

0
217

Lors de son discours sur l’état de l’Union mardi, le président Joe Biden a raconté le PDG d’Intel, Pat Gelsinger, lui disant que la seule chose qui empêche l’entreprise d’investir davantage en Amérique est un retard de la législation prévoyant d’énormes nouvelles subventions gouvernementales.

“Pat est venu me voir et il m’a dit qu’ils étaient prêts à augmenter leur investissement de 20 milliards de dollars à 100 milliards de dollars”, a déclaré Biden. “Ce serait le plus gros investissement dans l’industrie manufacturière de l’histoire américaine. Et tout ce qu’ils attendent, c’est que vous adoptiez ce projet de loi.

Mais les entreprises de micropuces comme Intel ne sont pas des pauvres à court d’argent qui ont désespérément besoin d’un projet de loi prévoyant 52 milliards de dollars de subventions fédérales pour construire des usines aux États-Unis. Selon une étude de l’Institute for New Economic Thinking, Intel et quatre autres géants américains des semi-conducteurs extrêmement rentables qui pourraient bénéficier de la facture étaient tellement inondés d’argent qu’ils ont dépensé près d’un quart de billion de dollars au cours de la dernière décennie – soit 70% de leurs profits — sur les rachats d’actions.

Ces rachats ont détourné de l’argent des investissements en capital et vers des augmentations du cours des actions qui ont enrichi les actionnaires et les dirigeants. Intel et l’industrie des micropuces l’ont fait tout en déplaçant les emplois manufacturiers des États-Unis au cours des trois dernières décennies.

Désormais, les entreprises devraient être récompensées par la législation sur les subventions aux micropuces de Biden – qui omet les garanties qui auraient pu obliger les bénéficiaires à utiliser les fonds publics pour des investissements nationaux plutôt que pour encore plus de rachats d’actions, de dividendes aux actionnaires et de rémunération des dirigeants.

“[The companies lobbying on this] disent qu’ils ont besoin de subventions pour les inciter à investir », a déclaré William Lazonick, professeur émérite d’économie à l’Université du Massachusetts, coauteur de l’étude sur les rachats de l’industrie des semi-conducteurs. “Eh bien, les entreprises qui font pression à ce sujet ont dépensé des multiples de ces 52 milliards de dollars en rachats.”

Au milieu d’une série d’accords de libre-échange soutenus par Biden entre 1985 et 2014, les États-Unis ont perdu plus d’un tiers de leurs emplois dans l’industrie des semi-conducteurs, alors même que les cinq principales sociétés de semi-conducteurs basées aux États-Unis ont récolté plus de 9 milliards de dollars d’état et subventions fédérales, prêts et autres soutiens, selon les données compilées par le groupe de surveillance Good Jobs First.

Une grande partie de la production mondiale de micropuces est désormais concentrée à Taïwan, à une centaine de kilomètres des côtes chinoises, un concurrent économique majeur aux conditions hostiles avec l’île. Les partisans de la loi sur la création d’incitations utiles à la production de semi-conducteurs (CHIPS) ont présenté leur projet de loi comme un moyen de délocaliser une partie de cette capacité de production, plus loin du risque que la chaîne d’approvisionnement des micropuces soit perturbée par tout conflit entre les deux pays.

Pour ce faire, le CHIPS Act propose d’accorder encore plus de subventions aux entreprises de semi-conducteurs, soi-disant pour qu’elles investissent dans de nouvelles usines de production de puces aux États-Unis.

Afin de s’assurer que cette subvention publique massive est investie dans l’industrie manufacturière nationale, le sénateur Bernie Sanders (I-VT) a présenté un amendement pour donner au gouvernement une participation dans les entreprises qui reçoivent des subventions et empêcher les entreprises qui reçoivent des subventions de racheter leurs propres actions. De tels rachats gonflent les prix des actions des entreprises, mais ne servent pas à payer les travailleurs ou à investir dans la fabrication proprement dite.

Bien que le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer (D-NY) ait co-écrit un New York Times éditorial avec Sanders exigeant des limites sur les rachats d’actions, l’amendement du sénateur du Vermont n’a pas été ajouté à la législation sur les micropuces des démocrates du Sénat.

Au lieu de cela, après le blocage de la mesure de Sanders, une disposition rédigée par les représentants démocrates Alexandria Ocasio-Cortez et Cori Bush a été ajoutée à la version du projet de loi adoptée par la Chambre. Le langage a été vanté par le Congressional Progressive Caucus et présenté par les démocrates comme “empêchant les entreprises d’utiliser l’un des fonds alloués (CHIPS) pour les rachats d’actions ou le paiement de dividendes aux actionnaires”.

Cependant, la disposition interdit uniquement aux entreprises d’affecter directement l’argent des subventions aux rachats ou aux dividendes. Le libellé n’interdit pas à ces entreprises de racheter des actions ou d’émettre des dividendes tout en recevant simultanément des fonds publics – une distinction importante, a déclaré Lazonick, car l’argent est fongible.

“[The companies] Je dirais simplement que ces distributions aux actionnaires provenaient de sources autres que les fonds CHIPS », a expliqué Lazonick. “Donc c’est symbolique.”

Même ainsi, Biden présente la loi CHIPS comme un investissement nécessaire pour que les entreprises puissent construire aux États-Unis, où la fabrication de semi-conducteurs peut être plus chère qu’à Taïwan.

Pour sa part, Intel a récemment obtenu plus de 2 milliards de dollars de subventions de l’État de l’Ohio pour sa nouvelle usine de fabrication de puces, un chiffre qui devrait augmenter à mesure que la société bénéficie d’abattements d’impôts fonciers. Cela s’ajoute aux près de 6 milliards de dollars de subventions gouvernementales que l’entreprise a récoltées dans d’autres États – tout cela alors que les dirigeants de l’entreprise ont publiquement défendu leur pratique consistant à déplacer des emplois manufacturiers hors des États-Unis.

Intel affirme que depuis 2005, son conseil d’administration a autorisé ses dirigeants “à racheter jusqu’à 110 milliards de dollars (d’actions), dont 7,2 milliards de dollars restaient disponibles”.

Le soutien de Biden à la loi CHIPS telle qu’elle est écrite contraste avec ses déclarations passées critiquant les entreprises qui dépensent la plupart de leurs bénéfices en rachats, et les réglementations qui leur permettent de le faire.

En 2016, le vice-président Biden a écrit un le journal Wall Street éditorial intitulé : “Comment le court-termisme sape l’économie”. Biden a écrit que «depuis que la Securities and Exchange Commission a modifié les règles de rachat en 1982, il y a eu une prolifération des rachats d’actions. Aujourd’hui, les rachats sont la norme. . . Cet accent mis sur le retour des bénéfices aux actionnaires a entraîné une baisse significative des investissements des entreprises. Il a fait valoir que les entreprises dépensant de l’argent pour gonfler leurs propres cours boursiers nuisaient aux travailleurs et à l’économie en général.

Plus récemment, l’administration Biden a souligné que cette cupidité des actionnaires et ce manque d’investissement étaient un élément clé des problèmes de chaîne d’approvisionnement mis à nu par la pandémie.

“L’accent mis sur la maximisation des rendements du capital à court terme a conduit au sous-investissement du secteur privé dans la résilience à long terme”, a déclaré l’examen de la Maison Blanche sur la résilience de la chaîne d’approvisionnement publié l’été dernier. « Par exemple, les entreprises de l’indice S&P 500 ont distribué 91 % de leur revenu net aux actionnaires sous forme de rachats d’actions ou de dividendes entre 2009 et 2018. Cela s’est traduit par une diminution de la part des revenus des entreprises consacrée à la R&D, à de nouvelles installations ou à des processus de production résilients.

Mais sa solution proposée, la loi CHIPS, implique que le problème est en fait que les entreprises de semi-conducteurs ont besoin de plus d’argent public.

Les sociétés de puces, pour leur part, ont dépensé des millions de dollars en lobbying sur le projet de loi, arguant que les subventions leur sont nécessaires pour faire des investissements en capital.

Le principal groupe de lobbying dans le projet de loi, la Semiconductor Industry Association, a dépensé près de 1,4 million de dollars en efforts de lobbying en 2021. Des sociétés de puces individuelles, notamment Advanced Micro Devices, Samsung et Intel, ont dépensé près de 12 millions de dollars en lobbying en 2021, y compris sur le Loi sur les puces.

Par ailleurs, certaines entreprises ont fait pression sur le Congrès pour qu’il adopte la loi CHIPS par l’intermédiaire de la Semiconductors in America Coalition. Quatre des membres du groupe – Apple, Microsoft, Cisco et Google – ont dépensé au total 633 milliards de dollars en rachats entre 2011 et 2020, soit plus de douze fois le montant des subventions que la loi CHIPS accorderait à différentes entreprises.

Gelsinger, le PDG d’Intel que Biden a vanté, a récemment promis que son entreprise “ne serait pas aussi concentrée sur les rachats à l’avenir que nous l’avons fait dans le passé”.

Mais même après que l’argent de la loi CHIPS ait été acheminé dans les coffres de son entreprise, rien dans le projet de loi sur les subventions ne l’empêcherait de renoncer à cet engagement.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire