INTERVIEW avec le maire d’Odessa Gennady Trukhanov

0
60

Gennady Trukhanov (GT): Je suis vraiment fier qu’Odessans m’ait déjà confié la gestion de la ville à trois reprises, notamment en 2014, au cours d’une des périodes les plus difficiles que l’Ukraine ait connues depuis son indépendance. Sans aucun doute, avant cela, pas un seul maire n’avait travaillé dans le type de conditions auxquelles j’ai dû faire face. Le changement de politique de l’État, une situation économique difficile… et, surtout, une action militaire dans l’est de l’Ukraine. Odessa a accepté plus de 30 000 migrants internes et réfugiés. La ville est en fait devenue leur deuxième maison

Avec quoi devions-nous travailler à ce moment-là ? La restauration des abris antiaériens. Presque chaque semaine, des explosions se produisaient, et à cause d’elles, nous avons dû chercher de toute urgence des ressources pour aider les gens à réparer les fenêtres et les appartements. Il régnait une atmosphère d’anxiété et d’incompréhension dans la ville. Chaque jour, je rencontrais différents groupes radicaux. Je négociais avec eux et nous cherchions une solution commune, que nous avons finalement trouvée. En conséquence, nous avons pu préserver l’essentiel de la ville – la paix.

Une vue aérienne d’une partie du port d’Odessa.

Si nous parlons de problèmes économiques et domestiques, nous avons hérité de l’intendance d’une ville qui était dans un état très négligé. Nous essayons toujours de faire face aux conséquences négatives des décisions rendues par les autorités précédentes. Néanmoins, au cours de ces sept ans et demi, nous avons réussi à passer de la réparation des nids-de-poule à la mise en œuvre de grands projets d’infrastructure. Parmi eux figurent un nouveau complexe d’aérodrome, la création d’une zone piétonne dans le centre-ville d’Odessa, la création de nouveaux parcs et une rénovation à grande échelle du patrimoine historique et architectural le plus riche de notre ville.

C’est peut-être la devise : « paix, développement, préservation de notre interculturalité et de nos traditions ».

NE: La conférence annuelle 5T s’est récemment tenue à Odessa. Quelles leçons peut-on tirer de la conférence qui s’est tenue cette année?

GT : Le Forum International d’Investissement « Odessa 5T » est un produit de la stratégie de développement de la ville. Nous avons identifié cinq domaines d’intervention : le tourisme, les transports, le commerce, la technologie et la confiance. Ce sont, en effet, les forces inhérentes à notre ville depuis sa fondation. Nous avons juste focalisé l’attention de l’investisseur sur eux et aidé à déterminer les domaines d’investissement les plus rentables de la ville. Cette année, le forum d’investissement a réuni plus de 650 participants d’Ukraine et de 17 pays du monde. À mon avis, en plus de sa tâche principale, le forum est également devenu une plate-forme pour élaborer une stratégie nationale et internationale pour le développement de la société – la transition vers une économie circulaire ; développement d’une culture de subvention; les études urbaines en tant que science axée sur le développement des systèmes et des communautés urbains, et bien plus encore.

Nous n’avons pas l’intention de nous arrêter à ce qui a déjà été réalisé. Nous terminerons des projets déjà en cours de réalisation, dont la création du parc industriel «Zone de développement prioritaire à Odessa». Et, bien sûr, d’avancer à la fois en termes de développement de la ville et du pays et de participation accrue aux processus mondiaux mondiaux.

NE: Cette année, la Grèce célèbre le 200e anniversaire de la guerre d’indépendance grecque qui a renversé 400 ans d’occupation par les Turcs ottomans. Odessa a joué un rôle très important dans cet événement historique. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

GT : Odessa et la Grèce sont liées, non seulement par des relations chaleureuses et amicales, mais aussi par une histoire commune. C’est à Odessa que la Révolution grecque (contre les Turcs) a commencé. À leur tour, les Grecs ont joué un rôle important dans la construction et le développement d’Odessa. Aujourd’hui, une grande diaspora grecque vit dans notre ville, et je suis très heureux que nous, la population contemporaine d’Odessa, soutenions et développions ces relations qui étaient auparavant établies par nos ancêtres.

Un exemple frappant de notre amitié est le parc grec, qui nous a été offert par la diaspora grecque. C’est un endroit magnifique qui, dès son ouverture, a été une attraction majeure pour les Odessans et les visiteurs étrangers de la ville. Au nom de tous les habitants d’Odessa, je voudrais féliciter tous les Grecs du monde à l’occasion du 200e anniversaire de l’indépendance et souhaiter davantage de bien-être, de développement et de prospérité pour la Grèce.

Le célèbre opéra national d’Odessa. Construit en 1810, la structure néo-baroque actuelle date des années 1870 et est considérée comme l’une des meilleures installations pour la musique classique au monde.

NE: Odessa est la porte d’entrée de la mer Noire et a une position géopolitique unique. Quels problèmes rencontrez-vous ?

GT : En ce qui concerne le transport de marchandises, la plupart du temps, ça va. Les navires font escale, le port fonctionne à profit, mais le nombre de transports de passagers est pratiquement réduit à zéro. Nous comprenons que compte tenu des circonstances auxquelles le monde est confronté aujourd’hui, il n’est pas en notre pouvoir d’influencer la situation de quelque manière que ce soit. Mais en cas de reprise des escales actives des navires de croisière, nous sommes prêts à apporter un soutien informationnel aux touristes à terre pour rendre leur voyage encore plus agréable. Nous l’avons vu l’autre jour lorsque le premier navire de croisière transportant des passagers des États-Unis et du Canada est entré à Odessa depuis le début de la pandémie (COVID-19).

Un autre enjeu particulièrement aigu pour la ville est la modernisation des structures de protection du littoral, dont font partie intégrante les nombreuses plages d’Odessa. Ce projet est de grande envergure et coûteux. En fait, c’est bien au-delà des ressources du budget de la ville. Aujourd’hui, nous recherchons activement des sources de financement. Pour notre part, nous sommes prêts à prendre toutes les mesures nécessaires à la réalisation des travaux.

NE: Les villes côtières seront confrontées à des effets résiduels accrus dus au changement climatique. Comment préparer une ville à la résilience climatique ?

GT : Comme toute ville côtière, nous serons parmi les premières à subir l’impact de la crise climatique, qui s’accompagnera de menaces d’élévation du niveau de la mer, d’érosion côtière, d’augmentation des précipitations, d’ondes de tempête de plus en plus fréquentes et de températures moyennes de l’air plus élevées.

Aujourd’hui, la communauté mondiale essaie de réduire l’influence humaine sur le climat ; Odessa ne fait pas exception. Nous participons à des conférences internationales, attirons des experts, mettons en œuvre des projets éducatifs, participons à des initiatives mondiales et adhérons à toutes les recommandations.

Ainsi, dans le cadre de la Convention des Maires, la ville a rempli toutes ses obligations. Depuis 2020, nous avons réduit de 20 % la consommation de divers types d’énergie, contribuant ainsi à la réduction des émissions de dioxyde de carbone et d’autres polluants dans l’atmosphère. Ceci a été réalisé par le développement d’un système de transport électrique urbain, l’optimisation des infrastructures routières urbaines, la modernisation de l’éclairage, l’adoption de mesures d’efficacité énergétique dans les maisons et les bâtiments, une transition vers des sources d’énergie alternatives, etc. Nous modernisons également le système d’économie verte de la ville avec l’adaptation des espaces verts aux conditions climatiques changeantes.

Odessa porte également une attention particulière au traitement des eaux usées. Après tout, après les stations de traitement biologique, l’eau se jette dans la mer Noire. En août 2021, les tests industriels des derniers développements ont commencé dans la ville. A cet effet, des spécialistes de la société autrichienne VTA AUSTRIA GmbH (BTA Austria), leader mondial dans le domaine du traitement des eaux usées, ont été invités. A ce jour, à Odessa, les eaux usées épurées sont classées comme étant à usage technique. À l’avenir, après l’achèvement des tests, nous pourrons l’utiliser pour les besoins économiques de la ville, comme en Europe, pour laver les rues, arroser les pelouses, les parcs, les places.

NE: Odessa, avec quatre autres villes, participe au programme « Mer Noire Interreg » pour l’économie circulaire. Il s’agit d’une initiative pionnière de développement urbain. Quelles sont vos attentes vis-à-vis de ce programme ?

GT : Ce projet a une mission importante – la gestion des déchets et des déchets marins dans les pays du bassin de la mer Noire, ainsi que la prévention de l’apparition de nouveaux déchets. Si nous n’agissons pas aujourd’hui, alors toute la partie aquatique de la planète se transformera bientôt en un océan d’ordures. Je considère qu’il s’agit d’une initiative très urgente, d’autant plus que les déchets sont désormais considérés comme une ressource.

Je suis reconnaissant de cette opportunité de travailler ensemble sur le problème, en unissant les efforts de 5 pays de la région de la mer Noire – la Bulgarie, la Grèce, la Turquie, la Géorgie et l’Ukraine. Et aussi pour le généreux soutien apporté à Odessa. Et aussi pour le généreux soutien apporté à Odessa par le directeur honoraire de la Commission européenne, George Kremlis.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici