Investissement américain en Amérique centrale : la solution de Biden aux crises frontalières perpétuelles

0
50

L’administration Biden a annoncé une autre série d’investissements privés au Guatemala, au Honduras et au Salvador au début du mois.

C’est une étape importante pour remédier au manque d’opportunités économiques qui est un facteur qui pousse les gens à migrer de la région vers la frontière américaine, où ils représentent environ 40 pour cent des migrants rencontrés par les autorités de l’immigration. Mais les résultats ne seront pas immédiats, et il y a une chance qu’ils n’aident pas autant que les États-Unis l’espèrent.

Dans le cadre d’un partenariat avec le gouvernement américain, les entreprises américaines se sont engagées à injecter 750 millions de dollars dans les trois pays, qui sont collectivement connus sous le nom de Triangle Nord de l’Amérique centrale. Ces derniers engagements, qui font partie d’un effort de l’administration Biden lancé en mai, portent le total des investissements du partenariat à plus de 1,2 milliard de dollars sur un horizon pluriannuel. Ces fonds serviront à soutenir les entrepreneurs et les producteurs de café ; créer de nouveaux emplois manufacturiers; rendre les économies du Triangle du Nord plus résilientes au changement climatique ; et donner à des millions de personnes accès à l’économie numérique et à Internet.

Ce genre d’investissement étranger direct est frappant. Les nouveaux investissements américains dans la région se rapprocheront des investissements étrangers mondiaux en 2020, lorsque les pays ont investi au total 1,5 milliard de dollars, selon les données de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.

Bien que le manque d’investissements étrangers soit loin d’être le seul facteur poussant les gens à se rendre à la frontière américaine, l’administration Biden espère que l’amélioration des conditions économiques maintiendra les gens dans le Triangle du Nord en contribuant à la stabilité globale de la région, qui a longtemps souffrait d’une corruption persistante, d’institutions gouvernementales faibles et de niveaux élevés de crimes violents.

Les autorités américaines de l’immigration ont rencontré environ 700 000 personnes du Triangle du Nord à la frontière sud au cours du dernier exercice, contre environ 623 000 en 2019. L’administration espère qu’une stabilité accrue pourrait décourager les gens de faire le périlleux voyage vers le nord en premier lieu comme une clé étape dans la gestion de la frontière.

Des migrants sont tirés à travers le Rio Grande par des passeurs de clandestins alors qu’ils traversent la frontière américano-mexicaine sur des radeaux à Roma, au Texas, en juillet.
Paul Ratje/AFP via Getty Images

Les derniers investissements des États-Unis visent à remédier aux difficultés économiques de la région de trois manières : en attirant davantage de travailleurs dans l’économie formelle, en fixant des normes de salaire et de travail plus élevées et en utilisant l’influence des entreprises pour lutter contre la corruption.

Cela n’arrivera pas du jour au lendemain. Mais il y a des raisons d’espérer que les entreprises américaines pourraient améliorer considérablement les conditions de vie au fil du temps et donner aux gens une raison de rester.

L’investissement américain peut avoir une influence positive sur l’industrie nationale

L’impact potentiel du nouvel investissement du secteur privé va au-delà des défis économiques spécifiques qu’il cherche à relever. Il espère également jeter les bases qui inciteront les investissements étrangers à long terme.

La région a besoin d’investissements soutenus avant que ses habitants ne voient une amélioration significative de la qualité de vie qui pourrait les dissuader de faire le choix de migrer. Dans le passé, l’aide du gouvernement américain s’est avérée une source peu fiable de ce type d’investissement. L’ancien président Donald Trump a décidé de réduire d’un tiers l’aide américaine à la région, faisant reculer les efforts de l’administration Obama. Le Honduras a vu les homicides augmenter par la suite et le financement des programmes de protection sociale allant de la formation professionnelle pour les jeunes à risque aux subventions pour les femmes entrepreneurs a été réduit.

L’administration Biden espère que, parce que les entreprises privées sont à l’origine de ces derniers investissements, le profit pourrait les motiver à continuer d’investir dans la région, quelle que soit l’évolution de la politique américaine, créant un flux de financement plus fiable pour les résidents du Triangle du Nord. Le danger de cette approche, bien sûr, est que ces entreprises pourraient aussi soudainement retirer leurs investissements s’il s’avérait qu’ils nuisent à leurs résultats.

« Les entreprises ne sont pas des organisations de développement et ne devraient pas non plus être des organisations de développement », a déclaré Jason Marczak, directeur du Centre Adrienne Arsht d’Amérique latine du Conseil de l’Atlantique. « En fin de compte, la durabilité de ces investissements à long terme dépendra de la question de savoir si ces investissements ont réellement réussi. »

Certaines des entreprises partenaires du gouvernement américain, dont PepsiCo et Cargill, sont déjà présentes de longue date dans la région, ce qui suggère qu’elles voient un potentiel de croissance. D’autres entreprises ont saisi l’opportunité de s’approvisionner en nouveaux produits, tels que le café hondurien et salvadorien pour Nespresso, ou de renforcer leurs chaînes d’approvisionnement, comme c’est le cas avec la nouvelle usine de filature de fil de Parkdale Mills au Honduras.

Pour les entreprises, le succès est en grande partie une question de profit ; pour les pays dans lesquels ils investiront, il s’agit d’améliorer la situation économique de leurs citoyens. Si tout se passe bien, ces deux facteurs ne seront pas en tension. Si ce n’est pas le cas, les futurs investissements étrangers pourraient se tarir, ainsi que les opportunités économiques pour les habitants du Triangle du Nord.

Des marchands vendent des décorations au cimetière municipal de Los Ilustres le 31 octobre à San Salvador, El Salvador.
Roque Alvarenga/Aphotographie/Getty Images

Si les investissements réussissent, ils ne changeront pas seulement les fortunes économiques individuelles, mais pourraient avoir un impact positif sur le plus grand filet de sécurité sociale. En théorie, cela pourrait réduire le besoin des gens de partir et d’aller vers le nord.

À l’heure actuelle, les gouvernements de la région n’ont jusqu’à présent pas été en mesure de fournir un filet de sécurité sociale important parce qu’ils n’ont pas eu l’argent pour le faire. Cela s’explique en partie par le fait que les pays du Triangle du Nord ont des taux d’imposition effectifs parmi les plus bas au monde. Les travailleurs occupant des emplois informels ne paient généralement pas d’impôts et les entreprises locales essaient souvent de les éluder.

Les recettes fiscales du Guatemala en 2019, par exemple, ne représentaient que 13,1 % de son PIB, les plus faibles des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, qui ont rapporté près de 23 % de leur PIB en moyenne. À titre de comparaison, la fiscalité rapporte en moyenne environ un tiers du PIB dans les pays à revenu élevé membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Au Honduras, cela s’est traduit par un système de protection sociale clairsemé. Il n’y a pas d’allocations de chômage fournies par le gouvernement. Bien qu’il dispose d’un programme de sécurité sociale, seuls les travailleurs formels peuvent y cotiser et en bénéficier. Les services de santé publics ne sont pour la plupart disponibles que dans les grandes villes, laissant les habitants des zones rurales sans accès aux médecins. Ce manque de soutien, associé à une violence et à une corruption omniprésentes, n’a laissé de nombreux migrants d’autre choix que de chercher la sécurité et des opportunités ailleurs.

L’investissement privé n’est pas une solution parfaite à ce problème. Les entreprises américaines pourraient essayer de ne pas payer leur juste part d’impôts. Et ils ont également parfois perpétué des pratiques commerciales d’exploitation dans la région : par exemple, empêcher les lieux de travail de se syndiquer en emmenant simplement leur entreprise dans un autre pays pour s’assurer une main-d’œuvre bon marché.

Mais ils sont également soumis à la loi américaine, qui les oblige à payer des impôts locaux, et aux normes de l’Organisation internationale du travail pour les entreprises multinationales. Celles-ci incluent des interdictions de l’esclavage, du travail des enfants et de la discrimination à l’égard des femmes et des exigences pour maintenir des normes élevées de santé et de sécurité et fournir un emploi stable, entre autres protections pour les travailleurs. Les entreprises américaines paient également généralement des salaires supérieurs au marché et doivent répondre aux consommateurs américains, qui exigent un certain niveau de responsabilité d’entreprise.

Compte tenu des normes auxquelles les entreprises américaines sont tenues, les industries nationales peuvent être confrontées à des pressions pour rivaliser pour les travailleurs en augmentant leurs propres salaires et en améliorant les conditions de travail.

« En s’appuyant sur les entreprises multinationales américaines, il contribue à formaliser le marché du travail de manière à créer des emplois, à protéger les droits et à renforcer la durabilité. À long terme, cela contribuera à générer le genre d’espoir qui empêche les gens de prendre la décision de partir et de migrer », a déclaré Paul Angelo, chercheur en études latino-américaines au Council on Foreign Relations qui travaillait auparavant à l’ambassade des États-Unis à Honduras.

La corruption reste un obstacle majeur, mais le Honduras pourrait être mûr pour le changement

La corruption a toujours eu un effet dissuasif sur les investissements privés dans toute la région, et au Honduras en particulier. Par exemple, Juan Orlando Hernández, l’actuel président du Honduras, a non seulement admis avoir volé des fonds du système de santé publique du pays pour financer sa première campagne présidentielle, mais a également été désigné comme co-conspirateur dans les crimes liés à la drogue de son frère par les États-Unis. procureurs. Il fait toujours l’objet d’une enquête du ministère de la Justice. Et ses politiques ont protégé les intérêts des élites économiques, dont beaucoup soudoient des politiciens pour permettre des pratiques commerciales illicites et anticoncurrentielles.

Mais le vent pourrait tourner au Honduras, qui a récemment élu Xiomara Castro, membre du parti de gauche Libre, comme première femme présidente. Castro est l’épouse de l’ancien président hondurien Manuel Zelaya, qui a été évincé lors d’un coup d’État de 2009 orchestré par le Parti national de Hernández avec le soutien de l’administration Obama.

Xiomara Castro prend la parole lors d’un rassemblement électoral nocturne à Tegucigalpa, au Honduras, le 28 novembre.
Tomas Ayuso/Bloomberg via Getty Images

Elle a promis d’instituer une commission anti-corruption soutenue par les Nations Unies, une commission similaire qui a été fermée au Guatemala en 2019. Et elle a promis un “nouveau modèle économique” qui réduirait les inégalités et le coût de la vie, bien qu’il en ait offert peu. des détails sur la façon dont elle le mettrait en œuvre. Il n’est pas clair si attirer plus d’investissements étrangers fait partie de ce plan.

Pour les États-Unis, l’élection de Castro offre de nouvelles opportunités de coopération sur les mesures anti-corruption et la croissance de l’économie hondurienne. Le vice-président Kamala Harris (qui est le responsable de Biden chargé de réduire l’immigration du Triangle du Nord) n’a pas communiqué directement avec Hernández. Mais elle a déjà parlé avec Castro, et les responsables américains ont indiqué qu’ils étaient impatients de travailler avec le nouveau président élu sur ces questions.

“Je pense que l’administration Biden voit à juste titre cela comme une opportunité, mais ce n’est pas une opportunité sans pièges potentiels”, a déclaré Angelo.

On ne sait toujours pas à quel point un partenaire Castro pourrait être fiable. Bien qu’elle ait remporté une élection légitime avec des niveaux élevés de participation des électeurs, Castro sera sous pression pour modérer ses positions une fois qu’elle prendra ses fonctions en janvier 2022. Dans un discours à la fin du mois dernier, elle a déclaré qu’elle « formerait un gouvernement de réconciliation ». suggérant qu’elle envisage de faire des concessions à des partis d’opposition plus conservateurs pour aider le parti Libre à obtenir une coalition majoritaire au Congrès hondurien. Cela pourrait la forcer à tempérer son programme anti-corruption.

Et les autres pays du Triangle du Nord fournissent des exemples de la façon dont les efforts anti-corruption de bonne foi peuvent échouer. Le président guatémaltèque de l’époque, Jimmy Morales, a fermé en 2019 une commission anti-corruption soutenue par l’ONU qui avait poursuivi avec succès de hauts responsables gouvernementaux, et son successeur Alejandro Giammattei a limogé le plus haut procureur anti-corruption du pays plus tôt cette année, provoquant des manifestations de masse. Le président salvadorien Nayib Bukele, qui s’est forgé une réputation de « dictateur millénaire », s’est retiré d’un accord avec l’Organisation des États américains pour créer une commission anti-corruption similaire.

Tant que ces problèmes de corruption persisteront, les investisseurs étrangers pourraient ne pas considérer le Triangle du Nord comme un pari intelligent. Mais l’arrivée d’entreprises américaines pourrait aider à changer ce calcul.

La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici