Israël est déterminé à saboter les négociations nucléaires américaines avec l’Iran

0
116

Après une interruption de cinq mois, les négociations indirectes entre les États-Unis et l’Iran ont repris la semaine dernière à Vienne pour tenter de réviser l’accord nucléaire iranien de 2015 (anciennement connu sous le nom de Plan d’action global commun ou JCPOA). Les perspectives ne sont pas bonnes.

Moins d’une semaine après le début des négociations, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont accusé l’Iran de “revenir sur la quasi-totalité des compromis difficiles” obtenus lors du premier cycle de négociations avant que le nouveau président iranien, Ebrahim Raisi, ne prête serment. Bien que de telles actions de l’Iran n’aident certainement pas les négociations à réussir, il existe un autre pays – un pays qui n’est même pas partie à l’accord qui a été déchiré en 2018 par le président de l’époque Donald Trump – dont la position dure crée des obstacles à négociations réussies : Israël.

Dimanche, alors que les pourparlers pourraient échouer, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a appelé les pays réunis à Vienne à « adopter une ligne ferme » contre l’Iran. Selon la Douzième chaîne d’information en Israël, des responsables israéliens exhortent les États-Unis à prendre des mesures militaires contre l’Iran, soit en frappant directement l’Iran, soit en frappant une base iranienne au Yémen. Indépendamment du résultat des négociations, Israël dit qu’il se réserve le droit de prendre des mesures militaires contre l’Iran.

Les menaces israéliennes ne sont pas que des fanfaronnades. Entre 2010 et 2012, quatre scientifiques nucléaires iraniens ont été assassinés, vraisemblablement par Israël. En juillet 2020, un incendie, attribué à une bombe israélienne, a causé des dommages importants au site nucléaire iranien de Natanz. En novembre 2020, peu de temps après la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle, des agents israéliens ont utilisé des mitrailleuses télécommandées pour assassiner le meilleur scientifique nucléaire iranien. Si l’Iran avait riposté proportionnellement, les États-Unis auraient pu soutenir Israël, le conflit se transformant en une véritable guerre entre les États-Unis et le Moyen-Orient.

En avril 2021, alors que des efforts diplomatiques étaient en cours entre l’administration Biden et l’Iran, un sabotage attribué à Israël a provoqué une panne d’électricité à Natanz. L’Iran a qualifié l’action de “terrorisme nucléaire”.

Ironiquement décrit comme le plan iranien Build Back Better, après chacune des actions de sabotage d’installations nucléaires d’Israël, les Iraniens ont rapidement remis leurs installations en ligne et ont même installé de nouvelles machines pour enrichir plus rapidement l’uranium. En conséquence, les responsables américains ont récemment averti leurs homologues israéliens que les attaques contre les installations nucléaires iraniennes étaient contre-productives. Mais Israël a répondu qu’il n’avait pas l’intention de lâcher prise.

Alors que le temps presse pour refermer le JCPOA, Israël envoie ses hauts responsables plaider sa cause. Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid était à Londres et à Paris la semaine dernière pour leur demander de ne pas soutenir les intentions américaines de revenir à l’accord. Cette semaine, le ministre de la Défense Benny Gantz et le chef du Mossad israélien David Barnea sont à Washington pour des réunions avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, le secrétaire d’État américain Antony Blinken et des responsables de la CIA. Selon l’Israélien Yedioth Ahronoth journal, Barnea a apporté « des renseignements à jour sur les efforts de Téhéran » pour devenir un pays nucléaire.

Parallèlement aux appels verbaux, Israël se prépare militairement. Ils ont alloué 1,5 milliard de dollars pour une éventuelle frappe contre l’Iran. En octobre et novembre, ils ont organisé des exercices militaires à grande échelle en vue de frappes contre l’Iran et, ce printemps, ils prévoient d’organiser l’un de leurs plus grands exercices de simulation de frappe jamais réalisés, en utilisant des dizaines d’avions, dont le chasseur F-35 de Lockheed Martin.

Les États-Unis se préparent également à la possibilité de violence. Une semaine avant la reprise des négociations à Vienne, le commandant en chef des États-Unis au Moyen-Orient, le général Kenneth McKenzie, a annoncé que ses forces étaient prêtes à participer à d’éventuelles actions militaires en cas d’échec des négociations. Il a été rapporté mercredi que la réunion du ministre israélien de la Défense Benny Gantz avec Lloyd Austin inclurait la discussion d’éventuels exercices militaires conjoints américano-israéliens simulant la destruction des installations nucléaires iraniennes.

Les enjeux sont importants pour que les pourparlers aboutissent. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a confirmé ce mois-ci que l’Iran enrichit désormais de l’uranium jusqu’à 20 % de pureté dans son installation souterraine de Fordo, un site où le JCPOA interdit l’enrichissement. Selon l’AIEA, depuis que Trump a retiré les États-Unis du JCPOA, l’Iran a accru son enrichissement d’uranium à 60 % de pureté (contre 3,67 % dans le cadre de l’accord), se rapprochant progressivement des 90 % nécessaires pour une arme nucléaire. En septembre, l’Institut pour la science et la sécurité internationale a publié un rapport déclarant que, dans le cadre de « l’estimation du pire cas », en un mois, l’Iran pourrait produire suffisamment de matières fissiles pour une arme nucléaire.

La sortie des États-Unis du JCPOA a non seulement conduit à la perspective cauchemardesque d’un autre pays du Moyen-Orient devenant un État nucléaire (Israël aurait entre quatre-vingts et quatre cents armes nucléaires), mais elle a déjà infligé d’énormes dommages au peuple iranien. La campagne de sanctions de « pression maximale » – à l’origine celle de Trump mais maintenant sous la propriété de Joe Biden – a tourmenté les Iraniens avec une inflation galopante ; la flambée des prix de la nourriture, des loyers et des médicaments ; et un secteur des soins de santé paralysé.

Même avant que la pandémie de COVID-19 ne frappe, les sanctions américaines empêchaient l’Iran d’importer les médicaments nécessaires pour traiter des maladies telles que la leucémie et l’épilepsie. En janvier 2021, les Nations Unies ont publié un rapport indiquant que les sanctions américaines contre l’Iran contribuaient à une réponse « inadéquate et opaque » au COVID-19. Avec plus de cent trente mille décès officiellement enregistrés à ce jour, l’Iran a le plus grand nombre de décès dus aux coronavirus enregistrés au Moyen-Orient. Les responsables disent que les chiffres réels sont probablement encore plus élevés.

Si les États-Unis et l’Iran ne parviennent pas à un accord, le pire des scénarios sera une nouvelle guerre entre les États-Unis et le Moyen-Orient. En réfléchissant aux échecs abjects et aux destructions causées par les guerres en Irak et en Afghanistan, une guerre avec l’Iran serait catastrophique. On pourrait penser qu’Israël, qui reçoit 3,8 milliards de dollars par an des États-Unis, se sentirait obligé de ne pas entraîner les États-Unis et leur propre peuple dans un tel désastre. Mais cela ne semble pas être le cas.

Bien qu’étant au bord de l’effondrement, les pourparlers ont repris cette semaine. L’Iran, maintenant sous un gouvernement intransigeant que les sanctions américaines ont aidé à amener au pouvoir, a montré qu’il ne sera pas un négociateur consentant, et Israël est déterminé à saboter les pourparlers. Cela signifie qu’il faudra une diplomatie audacieuse et une volonté de compromis de la part de l’administration Biden pour que l’accord soit rescellé. Espérons que Biden et ses négociateurs auront la volonté et le courage de le faire.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire