Israël signe le premier accord de libre-échange arabe avec les EAU | Nouvelles de l’économie

0
167

L’accord est le premier grand accord commercial d’Israël avec un État arabe, après l’établissement de liens en 2020.

Israël a signé un accord de libre-échange avec les Émirats arabes unis, son premier grand accord commercial avec un État arabe et une initiative visant à stimuler le commerce entre les deux pays du Moyen-Orient.

Le pacte a été signé à Dubaï par la ministre israélienne de l’Economie et de l’Industrie Orna Barbivai et son homologue, le ministre de l’Economie des Emirats Arabes Unis Abdulla bin Touq al-Marri, après des mois de négociations.

« C’est fait », a déclaré l’ambassadeur d’Israël aux Émirats arabes unis, Amir Hayek, sur Twitter, en réponse à un autre tweet qu’il avait publié plus tôt disant que « les Émirats arabes unis et Israël signeront l’ALE dans la prochaine heure ».

Le président du Conseil des affaires EAU-Israël, Dorian Barak, a déclaré que l’accord commercial définissait les taux d’imposition, les importations et la propriété intellectuelle, ce qui encouragerait davantage d’entreprises israéliennes à ouvrir des bureaux aux EAU, en particulier à Dubaï.

Le Conseil prévoit qu’il y aura près de 1 000 entreprises israéliennes travaillant dans ou via les Émirats arabes unis d’ici la fin de l’année, faisant des affaires avec l’Asie du Sud, l’Extrême-Orient et le Moyen-Orient.

« Le marché intérieur ne représente pas l’intégralité de l’opportunité. L’opportunité est vraiment de s’installer à Dubaï, comme de nombreuses entreprises l’ont fait, afin de cibler la région au sens large », a déclaré Barak.

Avant la signature, le ministère israélien de l’Economie avait déclaré que l’accord supprimerait les droits de douane sur 96 % des marchandises, notamment les aliments, l’agriculture, les cosmétiques, les équipements médicaux et les médicaments.

Les Émirats arabes unis prévoient que l’accord de partenariat économique global, comme l’appelle l’accord, ferait passer le commerce bilatéral à plus de 10 milliards de dollars par an d’ici cinq ans.

“Notre accord accélérera la croissance, créera des emplois et conduira à une nouvelle ère de paix, de stabilité et de prospérité dans la région”, a déclaré le ministre émirati du Commerce, Thani al-Zeyoudi, sur Twitter.

“Ensemble, nous supprimerons les barrières et promouvrons le commerce global et les nouvelles technologies, qui constitueront une base solide pour notre voie commune, contribueront au bien-être des citoyens et faciliteront les affaires”, a déclaré lundi Barbivai.

L’accord a été signé dans un contexte d’escalade de la violence à Jérusalem-Est occupée et en Cisjordanie occupée.

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a condamné lundi la prise d’assaut de l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem dimanche par des « colons extrémistes sous la protection des forces israéliennes ».

Plus tard dimanche, des Israéliens ultra-nationalistes ont défilé dans les quartiers palestiniens de la vieille ville et ont attaqué des Palestiniens en scandant des chansons racistes anti-arabes et anti-palestiniennes.

Le ministère des Affaires étrangères, dans la déclaration écrite, a également demandé “aux autorités israéliennes de prendre la responsabilité de réduire l’escalade et de mettre fin à toutes les attaques et pratiques qui conduisent à la poursuite des tensions tout en soulignant la nécessité de faire preuve d’un maximum de retenue pour éviter une nouvelle instabilité”.

Le jour même de la publication de la déclaration, les médias invités ont été informés qu’ils ne pouvaient plus assister à la signature. Aucune raison n’a été donnée pour ce changement soudain.

La mosquée Al-Aqsa est le troisième lieu saint de l’Islam et est connue dans le judaïsme sous le nom de Mont du Temple. L’un des murs extérieurs du Mont du Temple, le Mur occidental, est le site le plus sacré du judaïsme.

L’Israélienne Barbivai a déclaré mardi à la radio israélienne qu’elle n’avait entendu “rien d’extraordinaire” à propos de la violence de la mosquée Al-Aqsa jusqu’à présent lors de sa visite aux Émirats arabes unis.

Pour les Émirats arabes unis, l’accord avec Israël est son deuxième accord de libre-échange bilatéral après la signature d’un accord similaire avec l’Inde en février. Il est en pourparlers commerciaux bilatéraux avec plusieurs autres pays, dont l’Indonésie et la Corée du Sud.

Les Émirats arabes unis ont poursuivi de manière agressive ces accords dans le but de renforcer leur économie et leur statut de centre commercial majeur après le coup qu’ils ont subi de la pandémie de coronavirus.

Israël et les Émirats arabes unis ont établi des liens en septembre 2020 dans le cadre d’un accord négocié par les États-Unis qui a rompu avec des décennies de politique arabe qui avait appelé à un État palestinien avant les liens avec Israël.

Bahreïn et le Maroc ont également reconnu Israël la même année.

Source: https://www.aljazeera.com/economy/2022/5/31/israel-signs-major-trade-deal-with-uae

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire