Israël veut un « contrôle total » de la terre palestinienne : rapport de l’ONU | Conflit israélo-palestinien

0
46

Une commission indépendante mise en place par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU déclare qu’Israël doit mettre fin à l’occupation et cesser de violer les droits humains des Palestiniens.

Une commission d’enquête indépendante mise en place par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU après l’assaut israélien de 2021 contre la bande de Gaza assiégée a déclaré qu’Israël devait faire plus que mettre fin à l’occupation des terres que les dirigeants palestiniens veulent pour un futur État.

« Mettre fin à l’occupation ne suffira pas à lui seul », selon le rapport publié mardi, appelant à ce que des mesures supplémentaires soient prises pour garantir l’égale jouissance des droits de l’homme pour les Palestiniens.

Le rapport cite des preuves qu’Israël n’a « aucune intention de mettre fin à l’occupation ».

Israël poursuit un « contrôle total » sur ce que le rapport appelle le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, qui a été pris par Israël lors d’une guerre de 1967 et annexé plus tard dans un mouvement jamais reconnu par la communauté internationale.

Le gouvernement israélien, a déclaré la commission, a « agi pour modifier la démographie en maintenant un environnement répressif pour les Palestiniens et un environnement favorable pour les colons israéliens ».

Citant une loi israélienne refusant la naturalisation aux Palestiniens mariés à des citoyens israéliens, le rapport accuse Israël d’offrir “un statut civil, des droits et une protection juridique différents” aux citoyens palestiniens d’Israël.

Plus de 700 000 colons israéliens vivent désormais dans des colonies et des avant-postes à travers la Cisjordanie et Jérusalem-Est, qui abrite plus de trois millions de Palestiniens. Les colonies israéliennes sont des complexes d’habitation fortifiés réservés aux juifs qui sont considérés comme illégaux au regard du droit international.

Les principaux groupes de défense des droits humains, dont Human Rights Watch et Amnesty International, ont assimilé les politiques israéliennes contre les Palestiniens à l’apartheid.

Les “causes profondes” du conflit

L’enquête et le rapport de l’ONU ont été déclenchés par l’offensive militaire israélienne de 11 jours en mai 2021 au cours de laquelle plus de 260 Palestiniens ont été tués à Gaza et 13 personnes sont mortes en Israël.

En mai 2021, le Hamas a tiré des roquettes vers Israël après que les forces israéliennes ont réprimé les fidèles palestiniens dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa – le troisième lieu saint de l’islam – où des dizaines ont été blessés et détenus. Cela faisait également suite à une décision de justice israélienne d’expulser de force des familles palestiniennes de Sheikh Jarrah, un quartier de Jérusalem-Est.

Le mandat de l’enquête comprenait une enquête sur les violations présumées des droits de l’homme avant et après l’attaque d’Israël contre Gaza, et cherchait également à enquêter sur les « causes profondes » du conflit.

Le Hamas a salué le rapport et a appelé à la poursuite des dirigeants israéliens dans ce qu’il a qualifié de “crimes” contre le peuple palestinien.

L’Autorité palestinienne a également salué le rapport et appelé à rendre des comptes « d’une manière qui mette fin à l’impunité d’Israël ».

Le ministère israélien des Affaires étrangères a qualifié le rapport de « gaspillage d’argent et d’efforts » qui équivaut à une chasse aux sorcières.

Israël a boycotté l’enquête, l’accusant de partialité et a interdit l’entrée de ses enquêteurs en Israël et dans les territoires palestiniens, ce qui a conduit les enquêteurs à recueillir des témoignages à Genève et en Jordanie.

Le rapport sera discuté la semaine prochaine au Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève. Les États-Unis ont quitté le Conseil en 2018 en raison de ce qu’ils ont décrit comme leur “préjugé chronique” contre Israël et ne l’ont pleinement rejoint que cette année.

La commission, dirigée par l’ancienne chef des droits de l’homme de l’ONU, Navi Pillay, est la première à avoir un mandat « permanent » de l’organe des droits de l’homme de l’ONU.

Les partisans disent que la commission est nécessaire pour garder un œil sur les injustices persistantes auxquelles sont confrontés les Palestiniens pendant des décennies d’occupation israélienne.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/7/un-report-finds-israeli-occupation-root-cause-of-conflict

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire