Jason Kenney de l’Alberta veut importer des soins de santé à l’américaine au Canada

0
71

Il y a une semaine, dans une interview exclusive accordée à l’extrême droite Norme occidentale, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a annoncé son intention de privatiser les soins de santé de la province en distribuant des fonds publics à des entreprises à but lucratif. Le but de ces mesures, a annoncé Kenney, était de transférer autant de procédures que possible des «hôpitaux gérés par les syndicats».

Le premier ministre s’est ouvertement vanté d’avoir profité des pressions que la pandémie a exercées sur le système de santé de l’Alberta pour imposer son programme de privatisation.

En raison de toute la controverse sur le COVID, bon nombre des réformes conservatrices audacieuses de ce gouvernement n’ont pas été reconnues. Par exemple, nous avons adopté une loi par l’Assemblée législative pour agrandir massivement les hôpitaux chirurgicaux privés et exploités afin de nous aider à obtenir des soins de santé plus rapides et plus efficaces pour les Albertains.

Dans la même entrevue, Kenney a juré que «l’initiative de réforme chirurgicale de son gouvernement fera plus que doubler le nombre de chirurgies que l’Alberta pratique dans des établissements chirurgicaux privés».

Kenney a eu recours au dogme néolibéral rebattu selon lequel le marché libre est meilleur que toute alternative gérée par l’État pour justifier ces mesures. Les cliniques privées, s’est vanté le premier ministre, “fonctionneront beaucoup plus efficacement” que leurs homologues publiques.

Un obstacle possible aux plans de Kenney est le système de santé public du Canada, qui garantit des soins de santé gratuits à tous les citoyens du pays. La Loi canadienne sur la santé, adoptée en 1984, stipule que les gouvernements fédéral et provinciaux de la nation nord-américaine doivent assurer « un accès continu à des soins de santé de qualité sans obstacles financiers ou autres ». Kenney a tenu à souligner que ses réformes n’iraient pas à l’encontre de ce projet de loi. En vertu des changements, les chirurgies « seront assurées publiquement, mais elles ne le seront pas » [take place in] hôpitaux gérés par des syndicats.

Les motifs politiques qui sous-tendent les plans du premier ministre sont clairs : attaquer les syndicats et les associations professionnelles qui veillent à ce que le système de soins de santé du Canada soit gratuit au point d’utilisation.

Il peut sembler étrange que le premier ministre de l’Alberta ait choisi de faire ces annonces dans le Norme occidentale, compte tenu de l’histoire mouvementée entre Kenney et la publication. En juin 2021, le média a faussement rapporté que Kenney et son personnel de cabinet avaient violé les règles de verrouillage, se réunissant dans un restaurant d’Edmonton pour les repas pendant la pandémie. Cependant, malgré le fait de forcer le Standard pour s’excuser, Kenney et le journal restent en bons termes.

Derek Fildebrandt, ancien législateur du Parti conservateur uni (UCP) de Kenney, a relancé le Norme occidentale après avoir fermé sa publication imprimée en 2007. Ces liens étroits sont une explication possible de la relation amicale entre Kenney et le journal de droite.

En 2017, Fildebrandt, qui décrit sa politique comme “un conservatisme traditionnel avec un coup de pied dans le cul du libertarianisme”, a été expulsé du caucus de l’UCP à la suite d’une série de délits. L’ex-législateur a été surpris en train de louer son appartement financé par les contribuables à Edmonton sur Airbnb, de dépenser des repas à tort et de fuir les lieux d’un accident de voiture.

La privatisation au coup par coup du système de soins de santé de l’Alberta est un objectif à long terme de Kenney, qui a fait ses armes politiques avec la Fédération canadienne des contribuables. La fédération considère les réductions d’impôts et la privatisation comme la solution à tous les maux sociaux.

En 2019, lorsque l’UCP a remporté les élections provinciales dans un glissement de terrain, Kenney a déclaré qu’il souhaitait introduire une «concurrence de bon sens» dans le système de santé, citant des procédures de soins oculaires qui étaient déjà sous-traitées à des prestataires privés. «Avec le système de santé le plus cher au Canada, je crois que nous pouvons faire des économies pour faire les choses plus efficacement sans affecter les services de première ligne», a-t-il déclaré.

Les données de l’Institut canadien d’information sur la santé montrent que, aussi récemment qu’en décembre 2019, l’Alberta a dépensé 7 658 $ par personne en soins de santé. C’est légèrement plus élevé que la moyenne nationale de 7 068 $, mais ce n’est toujours que le quatrième système de soins de santé le plus coûteux du pays. Il y a peu de raisons de penser que ces chiffres sont susceptibles d’augmenter considérablement de sitôt. Avant la pandémie, les coûts des soins de santé en Alberta augmentaient à un taux de 0,3 % – le taux le plus faible de toutes les provinces et bien inférieur au taux national de 2,9 % par an.

Une fois en fonction, Kenney a commandé un rapport au cabinet comptable Ernst & Young pour rechercher des moyens de dépenser moins d’argent pour les soins de santé. Sans surprise, étant donné le penchant néolibéral de l’entreprise, le rapport a révélé que les coupes étaient la seule voie à suivre. L’Alberta pourrait économiser 2 milliards de dollars en réduisant les avantages sociaux des infirmières, en réduisant le salaire de certains médecins, en externalisant davantage de services de santé et de soutien au secteur privé et en fermant certains hôpitaux ruraux.

Le gouvernement a exclu la fermeture d’hôpitaux, mais a laissé de nombreuses recommandations du rapport sur la table. Tyler Shandro, le ministre de la Santé de l’époque, a déclaré que toutes les économies réalisées grâce aux coupes seraient réinvesties dans les soins de santé. Par quoi il entendait bien sûr subventionner des entreprises à but lucratif.

Ces réformes, anathèmes pour une majorité de Canadiens, semblent être populaires auprès des membres de l’UCP. En 2019, lors de leur conférence annuelle, les membres ont voté contre une motion qui garantirait que tous les changements proposés par le parti en matière de soins de santé soient conformes à la Loi canadienne sur la santé. Comme le Étoile de Toronto rapporté à l’époque, il n’y avait presque personne dans la salle pour parler en faveur de la résolution.

En juillet 2020, Shandro a présenté la Health Statutes Amendment Act, ou projet de loi 30, affirmant que la législation « donnerait plus de voix et de choix aux Albertains et aux médecins » en augmentant le nombre de chirurgies sous-traitées aux quarante-trois cliniques privées de la province. Shandro a présenté cette annonce comme un moyen de réduire les temps d’attente dans le système public pour des procédures telles que l’ablation de la cataracte et les arthroplasties de la hanche et du genou.

La législation permet aux entreprises à but lucratif de facturer directement au gouvernement de l’Alberta les services de santé financés par l’État. Cela permet également aux médecins d’accepter des contrats avec le secteur privé, introduisant clandestinement la recherche du profit dans la prestation des soins de santé au Canada. De façon inquiétante, Shandro a ajouté dans un communiqué de presse que le projet de loi “permettrait l’innovation future”.

Le projet de loi 30 permet également aux médecins “de conclure des plans de relations alternatifs contre rémunération”. Ces alternatives doivent être comprises dans le contexte de la décision sans précédent de Shandro de déchirer l’entente de la province avec l’Alberta Medical Association et d’imposer une nouvelle entente sur les frais. L’arrangement d’honoraires de l’UCP, annoncé en février 2020, a entraîné un exode massif de médecins au moment précis où ils étaient le plus nécessaires.

Dans une déclaration de juillet de l’année dernière, les United Nurses of Alberta (UNA) ont déclaré qu’au lieu de chercher des moyens de subventionner les entreprises chirurgicales privées, le gouvernement devrait se concentrer sur l’augmentation de la capacité du « système de soins de santé public équitable et efficace existant ». .” Le syndicat a également exprimé son scepticisme quant à l’affirmation selon laquelle la privatisation entraînera des temps d’attente plus courts.

Le chroniqueur indépendant David Climenhaga a comparé l’idée que la privatisation des soins de santé conduirait à des temps d’attente plus courts au «traitement du sang pauvre en fer en attachant des sangsues suceuses de sang aux bras et aux jambes des patients».

Les expériences précédentes avec la prestation de soins de santé privés ont donné des résultats moins que brillants. Une clinique privée à Calgary qui avait été engagée pour effectuer des chirurgies de la hanche et du genou, le Health Resources Centre, a fait faillite en 2010. Alors que la clinique tentait de trouver un moyen de réintégrer ses patients dans le système public, elle a laissé le public sur le crochet. à ses créanciers

Rebecca Graff-McRae du Parkland Institute, un groupe de réflexion progressiste basé à l’Université de l’Alberta à Edmonton, affirme que le projet de loi 30 “fournit des pièces cruciales dans le puzzle du programme de privatisation de l’UCP”. Graff-McRae explique en outre que «ce que le projet de loi 30 représente, à sa fondation, est un transfert de pouvoir sans précédent des médecins aux investisseurs corporatifs, et les Albertains pourraient en payer le prix en réduisant l’accès aux soins primaires».

L’opinion selon laquelle la privatisation peut améliorer les soins aux patients et réduire les temps d’attente n’a guère de fondement dans la réalité. Il sert d’écran de fumée pour le programme plus large que l’UCP a poursuivi si vigoureusement depuis son arrivée au pouvoir : pousser les soins de santé de l’Alberta vers le secteur privé.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire