Jean-Luc Mélenchon se bat pour être le dernier président de la France

0
68

A Toulouse, le 3 avril, lors du dernier rassemblement en plein air de la campagne de Jean Luc Mélenchon, un homme tenait une énorme pancarte colorée sur laquelle on pouvait lire : « Pour la VIe République ». L’ordre républicain existant, le cinquième dans l’histoire post-révolutionnaire de la France, était arrivé à sa fin naturelle, m’a dit l’instituteur Damien. C’est “beaucoup trop monarchique, beaucoup trop autocratique”, a-t-il dit. « Autant proclamer un Troisième Empire !

Flore, qui a apporté une pancarte faite par sa fille de neuf ans, a déclaré qu’une partie de l’attrait de Mélenchon était qu’il savait prendre les bonnes influences d’où qu’elles viennent. Le Référendum d’initiative citoyenne La proposition – permettant aux citoyens de proposer une législation s’ils peuvent recueillir suffisamment de signatures pour un référendum – a été inspirée par la Revolución Ciudadano en Équateur, a-t-elle expliqué.

Mélenchon avait d’abord formellement élaboré ce que la VIe République pouvait signifier en 2010, lorsqu’il a écrit un petit livre dont le titre pourrait être traduit par Sortez-les tous ! Vite, la révolution citoyenne. « La Révolution citoyenne », écrit Mélenchon, « est le concept proposé en Équateur par Rafael Correa lors de l’élection présidentielle de 2006, qu’il a remportée. Cette révolution fut d’abord constitutionnelle. Il a donné par référendum les pleins pouvoirs à l’Assemblée nationale constituante. Cela signifiait, explique Mélenchon, une révolution citoyenne dans « les institutions, les relations sociales et la culture dominante ».

Le concept de citoyenneté est essentiel à cette stratégie – et c’est quelque chose qui, selon Mélenchon, a été miné en France. « J’utilise la définition intellectuelle de la citoyenneté », souligne-t-il. “Être capable d’énoncer non pas ce qui est bon pour soi mais ce qui est bon pour tous.”

“Ce que j’ai observé dans les pays révolutionnaires, c’est que la plupart des gens n’entrent pas dans un mouvement pour des motifs idéologiques, ou pour réaliser un projet particulier. [political] programme », insiste-t-il. Au contraire, des mouvements émergent pour régler « des problèmes concrets que les grands et les puissants se sont définitivement révélés incapables de régler ».

« Les révolutions de notre temps, conclut-il, ont un carburant social et un moteur démocratique ».

Mais dans la Ve République française, le peuple n’est pas souverain. En 1958, Charles de Gaulle arrive au pouvoir dans le contexte de la guerre civile algérienne. Ses partisans, parmi lesquels un groupe d’officiers militaires en Algérie colonisée par la France, pensaient qu’il était le seul à pouvoir garder l’Algérie française. Il a été porté au pouvoir sous la menace d’un coup d’État, mené par un putsch impliquant des officiers à Alger. À un moment donné, des plans ont été faits pour débarquer des parachutistes à Paris et renverser le gouvernement. Au lieu de cela, le parlement s’est retiré et a investi de Gaulle du pouvoir de gouverner par décret pendant six mois avant qu’il ne produise sa nouvelle constitution. Le texte de la nouvelle constitution a été rédigé à la hâte, puis présenté au public pour voter sa ratification un mois plus tard. Inquiets de ce qu’ils croyaient être l’instabilité démocratique et les excès de la IVe République, les rédacteurs de la constitution de 1958 ont cherché à limiter le pouvoir du législatif. Pour ce faire, ils ont fait du président le souverain suprême du pays, avec le pouvoir non seulement d’approuver et d’appliquer les lois, mais aussi de les rédiger. Le seul crime dont il pouvait être accusé en vertu de la Constitution était la haute trahison.

J’ai parlé avec Raquel Garrido, proche conseillère de Mélenchon et pilier de la populaire émission de télévision Balance ton post ! Juriste de profession, elle est également conseillère régionale de la région Île-de-France qui comprend Paris.

« En droit constitutionnel, on parle de “responsabilité” lorsque la personne qui détient le pouvoir exécutif est responsable de l’exercice de son pouvoir devant un autre pouvoir, le plus souvent un pouvoir législatif », m’a dit Garrido.

« En France, il existe une immunité pénale pour le président de la république pour les actes qu’il exécute alors qu’il est président. C’est ce qui explique, par exemple, pourquoi Nicolas Sarkozy ne peut pas être jugé ou encore moins condamné pour, par exemple, avoir triché dans [his presidential election campaigns].” Ceci est différent de “l’immunité politique” dont dispose le président. “En France”, dit Garrido, “le président n’est responsable devant aucune autorité, [nor] devant le parlement, comme dans tous les autres modèles parlementaires.

Existe-t-il un processus de destitution dans la constitution de la Ve République ?

“La réponse est non. Mais il existe un article, en théorie. C’est appelé misère, mais c’est pour les cas très graves. . . et ce n’est jamais [been used]c’est impossible à mettre en œuvre.

Ce n’était pas le cas sous la IVe République. “C’était une invention de la Cinquième [Republic]”, a expliqué Garrido. “L’histoire de France, depuis le départ de la monarchie, a connu des moments d’avancées démocratiques, puis des moments de recul.”

« Il existe aujourd’hui en France un courant d’extrême droite très hostile à l’idée de souveraineté populaire. . . . Quand on regarde les partisans de Zemmour, par exemple, c’est tout le camp royaliste.

Le conflit entre monarchie et démocratie est une caractéristique de la rhétorique de Mélenchon. Les cinq dernières années de la présidence d’Emmanuel Macron n’ont fait que nourrir ce thème.

En 2015, Macron, alors ministre de l’Economie dans le gouvernement de François Hollande, avait accordé une interview où il évoquait une « absence » dans la politique française. C’était, a déclaré Macron, « la figure du roi, que je ne pense pas fondamentalement que les Français aient voulu voir mourir. . . . Depuis, nous avons essayé de combler ce vide en plaçant d’autres figures : ce furent les moments napoléoniens et gaullistes. Le reste du temps, la démocratie française ne remplit pas cet espace.

En tant que président, Macron a poursuivi ce que Mélenchon appelle une « dérive autoritaire ». En 2020, lorsque le gouvernement français a ordonné un confinement pour la deuxième fois face à l’augmentation des infections au COVID-19, Mélenchon a écrit un article de blog dénonçant “l’addiction de notre société aux états d’exception permanents”, soulignant le spectre du terrorisme et de l’action publique. les urgences sanitaires. Cela était particulièrement offensant compte tenu des alternatives démocratiques potentielles comme des investissements massifs dans la reconstruction de la capacité des hôpitaux français, ainsi que l’utilisation du pouvoir de l’État pour organiser des méthodes de confinement de la pandémie comme le suivi des cas et le soutien financier aux personnes malades isolées.

Les trois dernières années sous Macron, a accusé Mélenchon, ont vu la réduction des libertés la plus rapide depuis longtemps. Ce n’était pas seulement le produit des actions de Macron, a conclu Mélenchon – bien qu’il en fût un praticien particulièrement habile – mais le “cœur du libéralisme économique”, un système qui voit les êtres humains comme des cochons, des vaches et des poulets, rien d’autre que “des piles , exclusivement occupée à produire et à consommer.

Lorsque Mélenchon a pris la parole à Lille, dans le nord du pays, le 5 avril, il a appelé à la fin de la « monarchie présidentielle ». La foule a hurlé d’approbation. « Il n’y a pas de démocratie sans démocrates. Il n’y a pas de République sans républicains », a déclaré Mélenchon.

L’Union populaire, le mouvement lancé à partir du véhicule France Insoumise de Mélenchon pour l’élection de 2022, a un programme très similaire à sa campagne de 2017. Il partage même le même nom – l’Avenir en Commun, ou “notre avenir commun” – bien qu’il ait été élargi. Dans l’édition la plus récente, la première section explore la Sixième République et propose des changements radicaux et le remplacement des institutions du pays.

La solution, alors, est une assemblée constituante – un processus démocratique où le peuple rédige une nouvelle constitution. Le plan de Mélenchon est d’établir cette assemblée en convoquant un référendum en vertu de l’article 11 de la constitution actuelle.

Ce référendum décidera de la mise en place du processus, y compris du processus délibératif propre à l’assemblée constituante. Après deux ans, la constitution qu’il produit sera à nouveau soumise au peuple pour un référendum. Si le peuple rejette la constitution, l’assemblée poursuivra son travail. L’assemblée interdirait également à tout législateur des deux anciens corps législatifs (l’Assemblée nationale et le Sénat) toute implication. Ensuite, une fois la nouvelle constitution établie, les membres de l’assemblée constituante seraient également interdits de se présenter comme candidats à toute élection ultérieure.

« La Ve République a fait son temps. L’abstention est devenue la majorité dans la plupart des élections. Une démocratie sans le peuple n’en est pas une du tout », proclame le programme.

Le combat pour la VIe République, et la nouvelle constitution qui l’accompagne, est un combat pour une re-démocratisation de la France. Aujourd’hui, les sondages prédisent des niveaux record d’abstention – près d’un tiers des électeurs disent qu’ils ne voteront pas.

J’ai discuté avec Mathis, originaire de Rennes, qui vendait des programmes dans le hall à l’extérieur de la salle à Lille. Il était au Chili en 2019, lorsqu’un puissant mouvement social s’est opposé dans la rue au président conservateur Sebastián Piñera. L’un des résultats de cette campagne a été la convocation d’une assemblée constituante au moment de l’élection présidentielle de 2021. Et ce malgré l’hostilité à laquelle l’assemblée constituante a dû faire face de la part du président, qui n’avait accordé son existence que sous une pression intense, et des médias, qui ont mis en doute sa légitimité. Pour Mathis, l’intérêt de la VIe République est que les gens deviennent des « acteurs démocrates de tous les jours », s’opposant à la « vie publique sclérosée » d’aujourd’hui.

Garrido, qui s’est rendu au Chili lors de l’élaboration de l’assemblée constituante de ce pays, a déclaré que la différence avec une assemblée sous une présidence Mélenchon serait qu’elle aurait le soutien total du gouvernement. Au Chili, « ils avaient un président hostile à l’assemblée constituante », dit-elle. “La principale différence est que nous aurions un allié dans le [presidency.]”

L’une des pièces maîtresses de la nouvelle constitution que Mélenchon défendrait est le droit de révoquer les élus s’ils ne respectent pas leur mandat. Le 6 avril, le porte-parole de Mélenchon, le député Alexis Corbière, s’est adressé à environ deux cents personnes dans une salle de réunion de Bobigny, en banlieue nord de Paris. “La Ve République fabrique un système où vous pouvez gouverner sans le peuple”, a-t-il déclaré. La raison pour laquelle l’abstention est si élevée, a-t-il dit, est que le peuple n’a pas le droit de rappeler ses représentants lorsqu’il les trahit. « Pendant la Révolution française, ce droit existait !

L’Assemblée nationale, a-t-il dit, n’est pas un endroit où le peuple a vraiment un rôle à jouer dans le gouvernement. Au lieu de cela, des députés comme lui ont utilisé le forum pour être les tribuns d’un autre système. « Si nous ne changeons pas ces institutions. . . le pire est à venir », a-t-il déclaré.

François Hollande, président socialiste de 2012 à 2017, est arrivé au pouvoir en promettant d’être «l’ennemi de la finance». Au lieu de cela, il a fait passer la fameuse « loi El Khomri » soutenue par l’association patronale MEDEF, qui a réécrit le code du travail français au détriment et à la colère de nombreux travailleurs. En 2015, il résumait parfaitement la réalité de la Ve République française : « Un président impopulaire peut fonctionner avec une grande capacité, avec une grande liberté. . . c’est cela qui fait la différence entre nos institutions et celles de nos pays voisins.

C’est le fruit des institutions de la Ve République. Alors que Mélenchon fait face aux urnes pour probablement la dernière fois aujourd’hui, la France a une chance de balayer complètement ces institutions et de les remplacer par de nouvelles

“Mélenchon”, m’a dit Garrido, qui est à ses côtés depuis plus d’une décennie, avec confiance, “veut être le prochain et le dernier président de la VIe République”.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire