Jeff Bezos veut que nous satisfaisions tous ses caprices

0
110

Les histoires des escapades ridicules du fondateur d’Amazon Jeff Bezos (et de ses collègues milliardaires célèbres) font désormais régulièrement la une des journaux. Il ne se passe pas une semaine sans qu’ils ne réinventent le bus, volent dans (et malheureusement en reviennent) l’espace, promettent de résoudre l’urgence écologique ou manipulent les marchés financiers en tweetant. Selon la dernière histoire impliquant Bezos, il aurait demandé au conseil local de Rotterdam de démanteler temporairement le pont historique de Koningshaven.

C’est ainsi que son tout nouveau superyacht, qui est fabriqué dans la ville portuaire, peut passer. Il est trop grand pour traverser le pont (la seule route vers la mer) normalement, ce qui semble être quelque chose qu’il aurait pu envisager avant de le mettre en service, notamment parce que le pont a été construit à l’origine en 1878 et reconstruit plus tard après que les nazis l’ont bombardé en 1940. C’est aujourd’hui un monument national.

Après la rénovation du pont en 2017, le conseil a promis qu’il ne le démantèlerait plus jamais. Il y a eu des affirmations plus récentes selon lesquelles la demande n’a pas encore été faite, mais c’est dans les cartes. C’est évident pour quiconque a comparé la taille du superyacht presque achevé et du pont emblématique.

Quoi qu’il en soit, les résidents locaux de la ville industrielle de la classe ouvrière sont naturellement mécontents qu’un milliardaire autorisé pèse son poids au mépris total de la culture et du patrimoine locaux.

Ce n’est que le dernier exemple flagrant de milliardaires jouant selon leurs propres règles, utilisant leur richesse et leur pouvoir extraordinaires pour diriger des communautés avec lesquelles ils entretiennent une relation exclusivement extractive. Ce cas particulier – un milliardaire démantelant littéralement une infrastructure publique pour servir son caprice le plus superficiel – ressemble à une métaphore de notre stade actuel du capitalisme. Les dernières décennies ont vu une augmentation exorbitante des inégalités. Les milliardaires continuent de voir leur richesse croître, y compris pendant la pandémie, au cours de laquelle les dix hommes les plus riches ont doublé leur fortune. Au cours de la même période, les salaires réels du reste de la population ont baissé. Cela s’ajoute à plus d’une décennie de coupes dans les services, de sous-investissement dans les infrastructures publiques et de disparition rapide des institutions de la culture ouvrière.

Les acteurs économiques les plus puissants ne sont plus les nations ou les municipalités mais les entreprises qui ont été les véhicules de la richesse de ces milliardaires. Facebook, Amazon, Tesla et Microsoft ne sont pas seulement des experts pour échapper à la responsabilité publique, mais aussi pour influencer la politique afin que les règles du jeu soient écrites en leur faveur. Cette concentration très délibérée des richesses et du pouvoir pour une élite minuscule s’est produite parallèlement à une désindustrialisation dévastatrice et à des inégalités extrêmes de consommation. Heureusement, nous voyons peut-être les braises d’une véritable résistance.

Le port historique de Rotterdam a continué à connaître une croissance au cours des quatre dernières décennies, mais cette richesse n’a pas été répartie uniformément dans la ville, qui reste relativement pauvre. La croissance du capital s’est accompagnée de faibles revenus, d’un chômage élevé et d’un espace public et d’une culture limités pour le plus grand nombre.

Pour défendre la construction du superyacht de Bezos, les politiciens locaux de Rotterdam ont déployé des affirmations de longue date mais de plus en plus infondées selon lesquelles le succès du port se traduit par le succès de la ville au sens large. La mairie, par exemple, a mis en avant les emplois créés par la construction du superyacht. Un conseiller local du Parti travailliste, Dennis Tak, est cité pour défendre la décision de démanteler temporairement le pont de Koningshaven au motif que la ville ne le paierait pas et que les emplois créés au cours du processus en valent la peine.

Ces arguments dénoncent une approche sociale-démocrate fatiguée de l’industrie qui justifie désespérément la création de tout emploi comme source de prospérité. Dans cette politique, il n’y a pas de place pour la stratégie industrielle ou la transformation économique. Il s’agit de ramasser les maigres miettes qui tombent de la table gourmande du capital. Dans cette décennie cruciale où nous devons rapidement décarboner par la réindustrialisation verte, nous ne pouvons pas nous permettre d’orienter nos économies autour de l’opulence de l’élite. Au lieu de cela, nous devrions exiger de bons emplois verts et socialement utiles qui contribuent à la transition énergétique. Et nous devrions exiger que la richesse que nous générons soit partagée équitablement, et non aspirée vers le haut.

Au milieu de diverses crises socio-économiques du climat, du logement et des factures, les gens de la classe ouvrière sont souvent moralisés sur ce qu’ils devraient et ne devraient pas consommer : acheter bio, abandonner le plastique, arrêter de voler, devenir végétalien, annuler Netflix pour acheter un maison, achetez moins de choses ! Dans le même temps, les milliardaires voyagent dans des jets privés et des superyachts à forte intensité de carbone. La consommation ostentatoire polluante très médiatisée de l’élite est une plaisanterie perverse pour la plupart d’entre nous. Avec notre pouvoir d’achat diminué et notre culture érodée, ce n’est clairement pas une situation que beaucoup de gens sont prêts à accepter.

Le projet de Bezos de démanteler le pont de Koningshaven, par exemple, a provoqué une réaction violente de la part des habitants qui ont adressé une pétition contre lui : “Rotterdam a été construit à partir de décombres par les habitants de Rotterdam, et nous ne démontons pas seulement cela pour le symbole du phallus d’un milliardaire mégalomane. Beaucoup se sont également engagés à jeter des œufs sur le superyacht lors de son passage. Cela peut sembler révélateur d’une société civile relativement faible. Alors que Bezos parvient à ses fins, encore une fois, les gens n’ont plus qu’une protestation symbolique.

Ce n’est pas l’histoire à tous les niveaux, cependant. Bezos peut obtenir son superyacht, mais les travailleurs de ses entrepôts américains ripostent avec leurs efforts de syndicalisation. Amazon fait tout ce qu’il peut pour l’arrêter, car il sait qu’une main-d’œuvre syndiquée serait une menace existentielle pour l’hyper-exploitation qui fonctionne à la base des bénéfices de l’entreprise. Le dernier tour de scrutin intervient après qu’Amazon a été reconnu coupable d’avoir enfreint la loi en s’opposant à la syndicalisation l’année dernière.

Une main-d’œuvre organisée n’est qu’un début, mais c’est une base nécessaire à tout effort visant à rééquilibrer l’économie afin que la richesse et le pouvoir reviennent entre les mains des travailleurs. Qu’il s’agisse de rémunération et de conditions de travail, d’une stratégie industrielle verte ou du respect de la culture et du patrimoine locaux, les campagnes de syndicalisation des travailleurs d’Amazon sont une source d’inspiration pour nous tous, car elles sèment la peur dans le cœur des milliardaires et de la classe capitaliste.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire