Jénine attaquée | Drapeau rouge

0
249

« On aurait dit qu’un tremblement de terre avait frappé le camp de Jénine. Les routes étaient complètement effacées, les ambulances ne pouvaient pas passer, les blessés devaient marcher. Les gens à l’intérieur de leurs maisons étaient accroupis et regardaient par les fenêtres. Vous pouviez juste voir le haut de la tête des gens parce qu’ils essayaient d’éviter de se faire tirer dessus à travers les fenêtres.

Ameed Shahada, un journaliste de la télévision Al Araby, se trouvait dans le camp de réfugiés de Jénine lorsque les forces israéliennes ont attaqué la ville lundi matin. Son récit de témoin oculaire, rapporté dans Middle East Eye, a détaillé l’attaque brutale.

Les bulldozers israéliens ont labouré la ville de Cisjordanie occupée, rasant la plupart des rues entourant le camp de réfugiés. Un millier de soldats, appuyés par des tireurs d’élite et des drones, ont pris pour cible des infrastructures civiles. Des bombardements aériens ont fait sauter des maisons et coupé l’accès à l’eau et à l’électricité pour des centaines de Palestiniens.

La Société du Croissant-Rouge palestinien a indiqué qu’elle avait dû évacuer 3 000 personnes du camp, alors que beaucoup sont toujours piégées dans des maisons en ruine et sous des décombres. Le directeur du Croissant-Rouge, Ahmed Jebril, a déclaré à l’organisation caritative britannique Medical Aid for Palestine que “des ambulances ont essuyé des tirs directs” alors qu’elles tentaient d’entrer à Jénine pour aider des civils blessés. Le nombre de morts serait passé à dix, avec au moins 100 blessés.

Le mois dernier, Israël a mené des frappes aériennes sur Jénine pour la première fois depuis 2006. L’offensive de lundi a été décrite comme l’une des plus importantes attaques contre Jénine depuis des décennies. L’ampleur des destructions évoque le souvenir de l’attaque israélienne de 2002 contre la ville, au cours de laquelle au moins 52 Palestiniens ont été tués.

Cette attaque a été un tournant pour Jénine. Le camp de réfugiés surpeuplé est devenu un symbole de la résistance palestinienne. Aujourd’hui, la résistance populaire armée se développe en Cisjordanie, avec des groupes militants comme la Brigade de Jénine qui gagnent en popularité.

Alors qu’ils lançaient initialement des opérations défensives contre les raids militaires, ils se sont tournés vers des actions de délit de fuite contre les soldats israéliens. Cela s’est accompagné d’une augmentation de la répression militaire par les Israéliens.

Le gouvernement israélien a lancé publiquement la campagne “Break the Wave” en mars de l’année dernière. Cela a permis des raids militaires quasi quotidiens à travers la Cisjordanie et a entraîné des arrestations massives. Ce fut l’année la plus meurtrière pour les Palestiniens depuis le début de la deuxième Intifada il y a deux décennies. La violence militaire israélienne a continué de s’intensifier, avec au moins 185 Palestiniens tués au cours du premier semestre de cette année.

L’escalade dramatique de la violence israélienne reflète également la dynamique politique plus large qui façonne la politique israélienne, à savoir une extrême droite insurgée. Des personnalités comme Itamar Ben Gvir, un fasciste condamné pour incitation à la haine raciale, dirigent l’appareil de sécurité nationale d’Israël.

La semaine dernière, Ben Gvir s’est adressé à un groupe de colons au sommet de l’avant-poste illégal d’Eviatar, en Cisjordanie. Il a appelé les colons – colonisateurs illégaux des terres palestiniennes – et l’armée à travailler ensemble. “Il faut coloniser le terrain… et en même temps lancer une campagne militaire, faire sauter des bâtiments”, aurait-il dit. « Assassinez les terroristes. Pas un, ou deux, mais des dizaines, des centaines ou, si nécessaire, des milliers.

Des politiciens comme Ben-Gvir approuvent et encouragent les attaques des colons contre les Palestiniens, tandis que l’armée israélienne les facilite. Le mois dernier, des gangs de colons ont saccagé la ville de Turmusaya, au nord de Ramallah, deux fois en une semaine, incendiant au moins 30 maisons palestiniennes. Quatre cents colons ont pris d’assaut le village sous la protection de l’armée. Omar Jabara Abu Al-Qattin, un Palestinien de 25 ans, a été tué pendant le saccage.

La violence des colons sanctionnée officieusement s’inscrit dans la politique officielle de colonisation d’Israël. À la mi-juin, le gouvernement a approuvé des plans pour plus de 5 000 nouveaux logements en Cisjordanie.

Le ministre des Finances fasciste et chef des implantations Bezalel Smotrich s’est vu accorder des pouvoirs étendus pour accélérer la construction de colonies illégales. Il a depuis promis de doubler la population de colons en Cisjordanie et de légaliser rétroactivement certains avant-postes illégaux.

Le gouvernement a été accueilli par les applaudissements des dirigeants des colons. Yisrael Gantz, le chef du Conseil régional de Benjamin en Cisjordanie, a déclaré que la décision de Smotrich « transformerait la construction dans les implantations en quelque chose qui n’est pas digne d’intérêt mais plutôt routinier ».

Face à l’escalade de la violence des colons, à l’assaut des attaques militaires et aux arrestations massives, les Palestiniens continuent de résister à l’occupation. Des centaines de Palestiniens de la bande de Gaza assiégée ont organisé un rassemblement de solidarité avec Jénine, debout sur la clôture séparant Gaza d’Israël.

Les magasins ont été fermés dans la plupart des régions de Cisjordanie alors que les Palestiniens appelaient à une grève de solidarité. Les manifestants ont défilé par centaines dans le camp de réfugiés de Deheishe à Bethléem, tandis que de plus petites manifestations parsemaient plusieurs quartiers de Jérusalem-Est occupée.

Source: https://redflag.org.au/article/jenin-under-attack

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire