Jeux meurtriers : les victimes du travail de la Coupe du monde au Qatar

0
104

Source photo : Kevorkmail – CC BY-SA 3.0

Une entreprise sordide, sale, grossière et inutile. Mais la Coupe du monde 2022 sera, si quelqu’un prend la peine de la regarder, entachée par l’un des taux de pertes parmi les travailleurs les plus élevés de son histoire, marquée par la corruption et entachée d’une qualité de pharisien. Les sportswashers, agent de nettoyage prêt à l’emploi, seront en force, et les hypocrites tirés à quatre épingles.

Dès le départ, le lien entre la première compétition mondiale de football (ou soccer) et l’État du Golfe était étrange. Le Qatar et la Coupe du monde sont aussi liés que de gigantesques icebergs et des sables arides du désert. Mais l’argent était la colle, le prestige l’objectif, et il y avait beaucoup de colle pour obtenir les droits d’accueillir la compétition. Ce qui manquait, c’était une tradition de football, une absence d’infrastructures sportives et la présence d’un temps torride.

La figure centrale de cet effort de greffe chauve sur le mérite distingué était Mohamed Bin Hammam, le grand footballeur du Qatar et magnat de la construction. Du fait de sa position de membre du comité exécutif de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), il aurait agi, à l’occasion, davantage comme “le chef d’une organisation criminelle” que comme un simple membre du conseil d’administration. Tout le temps, il affirmait de façon risible qu’il était un partisan de la réforme, appelant à “plus de transparence dans la FIFA”.

Il y avait peu de preuves de transparence en ce qui concerne la candidature de Doha. Avec des manœuvres et des incitations en espèces, les votes ont échoué au Qatar en décembre 2010. Le propre comité d’éthique de la FIFA, au nom comique, a innocenté les responsables du pays de tout délit (il a été “vérifié en interne” qu’aucun complot secret n’avait été fait avant le prix), tandis que ayant également des mots durs pour les autres soumissionnaires, notamment l’Angleterre.

L’organisme a également commandé un rapport de 430 pages à l’avocat et enquêteur en matière d’éthique Michael Garcia qui a mis à l’aise l’administration de la Russie et du Qatar. D’une part, Garcia a semblé doux en notant qu'”un certain nombre de membres du comité exécutif ont cherché à obtenir des faveurs ou des avantages personnels qui amélioreraient leur stature dans leur pays d’origine ou leurs considérations”. En référence spécifique au Qatar, Garcia a mentionné l’académie sportive Aspire du pays, alertée sur le fait qu’elle était utilisée pour « s’attirer les faveurs des membres du comité exécutif ». Cela a donné « l’apparence d’une irrégularité. Ces actions ont servi à saper l’intégrité du processus d’appel d’offres. Mais pas assez, semble-t-il, pour invalider le choix.

Dans toutes les racailles, les marchandages et les transactions, le sort de dizaines de milliers de travailleurs migrants est tombé dans le vide, montrant que les choix sportifs, même s’ils sont nourris par une base grossièrement contraire à l’éthique, seront toujours tolérés. Malgré cela, les rapports sur le traitement épouvantable que le Qatar réserve à sa main-d’œuvre importée n’ont pas cessé d’affluer. D’une part, les 2 millions de travailleurs retenus pour construire les différents stades, un nouvel aéroport, les voiries, le métro, sans compter la fourniture de toute une gamme d’autres services (restauration, transport, voire dans certains cas sécurité), compteraient généralement comme indispensable. Le problème avec la traite moderne et les pratiques esclavagistes réside dans le fait qu’elles seront, le moment venu, superflues. La piscine est grande et constamment réapprovisionnée.

Les années qui se sont écoulées depuis que le Qatar a obtenu le droit d’accueillir la Coupe du monde ont vu un degré de laideur qui ferait dresser les cheveux sur le dos de tout militant des droits des travailleurs et des droits de l’homme. Une grande partie de cela est antérieure au début des travaux sur les installations nécessaires à l’événement sportif, un héritage façonné par le système Kafala. Le système d’emploi fondé sur le parrainage engage effectivement le travailleur auprès de l’employeur, ou cafépiégeant le salarié en restreignant la mobilité, le choix de l’emploi et le statut du visa.

En 2017, le Qatar a signé à contrecœur un accord avec l’Organisation internationale du travail (OIT) s’engageant à lutter contre l’exploitation du travail et à “aligner ses lois et pratiques sur les normes internationales du travail”.

Malgré de tels engagements, Le gardien a révélé en février 2021 que 6 750 travailleurs migrants originaires d’Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Sri Lanka avaient péri au Qatar depuis décembre 2010. Un tel total serait encore gonflé si l’on tenait compte d’autres pays sources de main-d’œuvre migrante, dont le Kenya et Les Philippines.

Les circonstances de chaque décès varient du suicide au meurtre dans un logement de travail de mauvaise qualité. Mais les autorités ont fait de leur mieux pour relayer les causes en termes obscurs, souvent aidées par une réticence à procéder à des autopsies. Les «morts naturelles» arrivent en tête de liste en tant que favoris, avec une forte insuffisance respiratoire et cardiaque aiguë.

En mai de cette année, Human Rights Watch, Amnesty International, FairSquare et un certain nombre de groupes internationaux de défense des droits des migrants, de syndicats, d’entreprises et de groupes de défense des droits, ainsi que des fans de football et des survivants d’abus, ont lancé un appel à la FIFA. Dans une lettre adressée à son président Gianni Infantino, le collectif parle de « centaines de milliers de travailleurs migrants » qui n’ont pas encore reçu « de recours adéquat, y compris une indemnisation financière, pour les graves abus de travail qu’ils ont subis lors de la construction et de l’entretien des infrastructures essentielles pour le préparation et livraison de la Coupe du monde au Qatar.

En exhortant Infantino à travailler avec le gouvernement du Qatar, les syndicats, l’OIT et d’autres organismes compétents pour lutter contre les abus au travail, le collectif reconnaît diverses améliorations modestes. Mais les réformes mineures du travail et le Comité suprême pour la livraison et les initiatives héritées sont arrivés «trop tard». Les diverses réformes ont également été appliquées de manière inégale. De nombreux travailleurs essentiels à l’entreprise de la Coupe du monde ne relèvent également pas des initiatives du Comité suprême.

Bref, toute cette entreprise reste tourmentée et ternie par l’insensibilité institutionnelle. Mais une grande partie de cela sera oubliée lors de la cérémonie d’ouverture et perdue parmi les hordes de fans politiquement analphabètes. Le spectacle sportif continuera, et toute personne souhaitant protester contre ses mérites encourra des peines de cinq ans de prison et une amende de 100 000 riyals qatariens (27 000 dollars) pour avoir « attisé l’opinion publique ». C’est puissamment sportif de la part des autorités.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/23/deadly-games-the-labour-casualties-of-qatars-world-cup/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire