Joe Biden a bâclé le Sommet des Amériques

0
139

Jusqu’à présent, le Neuvième Sommet des Amériques, qui se tiendra à Los Angeles du 6 au 10 juin, ne se déroule pas comme prévu. Ce n’est certainement pas la célébration du leadership américain dans l’hémisphère occidental que voulait l’administration de Joe Biden.

C’est en grande partie parce que de nombreux gouvernements d’Amérique latine et des Caraïbes sont mécontents de la décision du gouvernement américain d’exclure Cuba, le Venezuela et le Nicaragua du sommet. Les pays de tout l’hémisphère se sont habitués aux doubles standards américains où la démocratie et la protection des droits de l’homme sont bafouées. Qui peut oublier que les États-Unis ont réussi à faire expulser Cuba de l’Organisation des États américains (OEA) mais n’ont jamais jeté un œil sur les adhésions du Chili sous Augusto Pinochet, de l’Argentine sous Jorge Rafael Videla ou du Guatemala sous Rios Montt, pour ne citer qu’eux quelques gouvernements meurtriers ?

Et cette pratique de politisation de la démocratie et des droits de l’homme reste largement inchangée. Les dernières élections en Haïti ont eu lieu en 2016 ; son gouvernement n’a aucune légitimité démocratique et, de plus, fait face à de très graves accusations. Mais Haïti n’a pas été mis sur la liste noire du sommet des Amériques. Ni, bien sûr, la Colombie, l’un des alliés les plus proches des États-Unis, malgré son bilan historique et actuel catastrophique en matière de droits de l’homme.

Pour ce sommet, cependant, l’application sélective par les États-Unis de critères glissants s’est heurtée à des problèmes, en particulier compte tenu du contexte de glissement lent mais soutenu vers la gauche politique dans l’hémisphère ces dernières années. Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador (AMLO) a mené la charge, affirmant à plusieurs reprises, tant au Mexique que lors de sa récente visite à Cuba, qu’il n’assisterait pas au sommet si certains pays en étaient exclus.

La présidence argentine de la CELAC (la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, qui comprend tous les pays de l’hémisphère à l’exception des États-Unis et du Canada) a également appelé le gouvernement américain à n’exclure aucun pays. La CARICOM (la Communauté des Caraïbes) a publié un communiqué exprimant qu’elle “attendait avec impatience” que tout le monde soit invité au sommet. Le président du Honduras, Xiomara Castro, tweeté que « si toutes les nations ne sont pas présentes, ce n’est pas un Sommet des Amériques ». président bolivien Louis Arcé a annoncé qu’il n’assisterait pas à la réunion si Cuba, le Venezuela et le Nicaragua étaient exclus.

Le Chili a annoncé, pour sa part, que le président Gabriel Boric participerait au sommet. Mais la ministre des Affaires étrangères, ancienne membre de la Commission interaméricaine des droits de l’homme connue pour ses critiques virulentes du Nicaragua, a déploré l’exclusion de certains pays et une politique d’isolement qui “n’a pas donné de résultats”.

Même le président de droite du Guatemala, Alejandro Giammattei, a annoncé qu’il sauterait le sommet, bien que dans son cas, cela n’ait pas grand-chose à voir avec l’exclusion d’autres États et beaucoup plus avec la réprimande publique du Département d’État pour son choix de procureur général. , que les États-Unis considèrent comme corrompu. Mais Giammattei était sans aucun doute enhardi par le camouflet régional croissant.

En réponse à tout cela, le gouvernement américain est passé en mode de contrôle total des dégâts. Le 16 mai, l’administration Biden a annoncé qu’elle levait certaines interdictions de voyager et d’envoyer des fonds à Cuba. Le lendemain, il a déclaré qu’il assouplirait certaines sanctions de l’ère Donald Trump contre le Venezuela. Ces étapes préliminaires effleurent à peine la surface des mesures économiques draconiennes et coercitives que les États-Unis ont imposées aux deux pays, mais elles signalent une certaine volonté politique de commencer à annuler certaines des sanctions imposées par l’administration Trump.

L’administration Biden a alors dépêché une délégation diplomatique à Mexico pour tenter de convaincre AMLO, perçu comme menant la « rébellion » sur cette question, d’assouplir sa position. Le gouvernement américain semble croire que plaider en faveur de la politique intérieure – et souligner la forte opposition des républicains, et même de certains démocrates, à la levée des sanctions (parmi ces derniers, le sénateur du New Jersey Bob Menendez en est un exemple) – être suffisant pour apaiser l’hémisphère.

Les Latino-Américains comprendront, on s’y attend, les contraintes de l’administration. Et il peut y avoir une part de vérité dans cette supposition. Le représentant de la CARICOM à l’OEA, le diplomate chevronné Sir Ronald Sanders, a adouci le ton et a même appelé à la présence des États caribéens après les annonces américaines. Mais il reste à voir si les modestes ouvertures des États-Unis suffiront à apaiser les gouvernements latino-américains les plus mécontents.

Les États-Unis pourraient encore réussir à sauver leur sommet en s’assurant la présence d’un nombre important de chefs d’État. Ce que cet épisode a cependant illustré, c’est que de nombreux dirigeants latino-américains sont de plus en plus découragés par l’administration Biden. Après les années Trump, beaucoup avaient nourri des attentes pour des changements palpables, même s’il ne s’agissait que d’un retour à certaines des politiques de l’ère Obama. Beaucoup se sont sentis terriblement déçus.

Cette querelle diplomatique démontre également une fois de plus que lorsque les pays d’Amérique latine formulent des revendications collectives, ils peuvent obtenir des gains très concrets. En 2012, le président équatorien Rafael Correa a refusé d’assister au Sixième Sommet des Amériques en Colombie au motif que Cuba n’y avait pas été invité. En raison de plusieurs facteurs contributifs, dont la position de l’Équateur, Cuba a ensuite été accueillie, pour la première fois, aux septième et huitième sommets, tenus respectivement au Panama et au Pérou; c’est en marge du septième sommet que les présidents Barack Obama et Raúl Castro se sont serré la main pour la première fois en 2015.

S’il est peu probable que l’administration Biden revienne sur sa décision d’exclure Cuba, le Venezuela et le Nicaragua, chaque niveau de sanctions américaines abrogé contribue de manière très tangible à sauver des vies. À cet égard, les protestations des gouvernements latino-américains ont déjà eu des conséquences positives.

Une troisième leçon est que le défi latino-américain à l’hégémonie américaine dans la première décennie et demie du XXIe siècle ne représente peut-être pas une simple relique lointaine du passé. Le cycle conservateur qui a dominé l’Amérique latine au cours des sept dernières années semble s’essouffler, avant même le probable retour à la présidence de Lula da Silva au Brésil. Au-delà de la question de savoir qui assiste au Sommet des Amériques et qui n’y assiste pas, l’administration Biden pourrait constater que le dernier réalignement de l’Amérique latine avec les États-Unis est déjà en déclin.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire