Joe Biden a été très bon pour le complexe militaro-industriel

0
125

Cette semaine, Joe Biden a promulgué son premier budget militaire – la loi sur l’autorisation de la défense nationale pour l’exercice 2022 – qui augmente les dépenses de «défense» plus que même sous Donald Trump. Le prix de 778 milliards de dollars du projet de loi confirme que Biden a l’intention de doubler sur le même cadre de «nouvelle guerre froide» que l’administration précédente.

Dans son 2018 Stratégie de défense nationale, le département de la Défense de Trump a promu l’idée que les États-Unis sont enfermés dans une course aux armements avec la Chine et la Russie, déclarant que «[t]Le moyen le plus sûr d’empêcher la guerre est d’être prêt à en gagner une. Pour atteindre cet objectif stratégique mal défini, des personnalités centrales de l’establishment de la politique étrangère ont recommandé d’augmenter le budget militaire de 3 à 5 % par an.

Le budget du Pentagone de Biden satisfait cette demande. À cet égard au moins, c’est comme si Trump n’avait jamais quitté ses fonctions.

La différence entre la course aux armements de Trump et celle de Biden était censée être que cette dernière entraînerait une augmentation proportionnelle des dépenses sociales. Biden a fait campagne pour dépenser 7 000 milliards de dollars sur une décennie – ou 700 milliards de dollars par an, en moyenne – pour les infrastructures civiles, les transports, le climat, les soins de santé, l’éducation et d’autres programmes sociaux.

Une fois au pouvoir, le plan de Biden était de battre le tambour sur la Chine, déclenchant un rassemblement autour de l’effet drapeau qui convaincrait le Congrès – conservateurs inclus – de budgétiser à la fois la compétition militaire et économique. Comme l’a dit un conseiller démocrate au Congrès Vox dans les premiers mois de la présidence Biden, «[t]a meilleure façon d’adopter un programme progressiste est d’utiliser la Chine [as a] menace.”

L’administration Biden a fait de son mieux pour mettre cette théorie en pratique. Lorsque Biden a présenté son projet de loi sur les infrastructures en mars, il a mentionné la Chine plus que le climat. Plus récemment, le porte-parole de la Maison Blanche, Andrew Bates, a décrit le Build Back Better Act comme un élément essentiel de la concurrence américano-chinoise, avertissement que « la Chine nous dépasse » dans les investissements comme la pré-K. Le projet de loi, a déclaré Bates, “constituerait l’un des investissements les meilleurs et les plus décisifs dans la compétitivité américaine imaginables”.

Mais l’expérience Cold Warrior de Biden a échoué. Alors que les dépenses militaires augmentent comme prévu – le budget de Biden alloue près de 40 milliards de dollars de plus que l’administration Trump, 170 milliards de dollars de plus que le dernier budget d’Obama et 5 % de plus que ce sur quoi il a fait campagne – moins de 8 % du financement que Biden cherchait pour son pays. l’ordre du jour est passé.

Ajusté sur une moyenne annuelle, Biden n’a livré que 55 milliards de dollars des 700 milliards de dollars promis pour les infrastructures humaines et physiques pour l’exercice 2022. Le projet de loi sur les infrastructures a été adopté, mais seulement après avoir été réduit de plus des trois quarts. Le Build Back Better Act a été réduit de moitié pour qu’il soit adopté par le Congrès, mais a ensuite été mis de côté alors qu’il ne le serait pas. Biden n’a réussi à convaincre aucun républicain – ainsi que certains de son propre parti – de le soutenir.

Dans sa déclaration s’opposant à Build Back Better, le sénateur Joe Manchin (D-WV) a inversé le scénario sur Biden en citant la concurrence avec la Chine comme raison de s’opposer le projet de loi. Manchin a affirmé que cela entraverait la capacité des États-Unis à répondre à “l’incertitude géopolitique croissante à mesure que les tensions augmentent avec la Russie et la Chine”.

Se battre contre la Chine pour des gains intérieurs était une idée horrible dès le départ. Mais le fait que cela n’ait même pas fonctionné devrait encourager les progressistes du Congrès à s’opposer à la posture de la guerre froide de Biden. À sa place, les progressistes devraient proposer une alternative qui comble l’écart entre les dépenses militaires et non militaires – et indique clairement laquelle des deux catégories peut réellement assurer la « sécurité ».



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire