Joe Biden intensifie la guerre éternelle des États-Unis en Somalie

0
123

Dans une autre indication que l’administration Biden n’a pas l’intention de mettre fin à une guerre sans fin, le New York Times a rapporté le 16 mai que le Commandement américain pour l’Afrique allait redéployer des troupes en Somalie et que la Maison Blanche avait approuvé la demande du Pentagone d’autorité discrétionnaire pour mener des frappes de drones dans le pays.

La Somalie est la cible d’une guerre impériale depuis décembre 2006, lorsque les États-Unis ont soutenu une invasion dirigée par l’Éthiopie qui a délogé le premier gouvernement stable qui avait émergé depuis des années. Alors que les troupes éthiopiennes poussaient les dirigeants somaliens à l’exil, d’autres factions militantes ont émergé à leur place, semant les graines de la croissance de ce qui est maintenant connu sous le nom d’al-Shabab. Le Département d’État a désigné al-Shabab comme une organisation terroriste étrangère en février 2008, ce qui a permis à l’administration Bush de commencer à cibler le groupe depuis les airs.

Peu de temps après l’entrée en fonction du président Barack Obama en 2009, il a autorisé les frappes de drones américains ainsi que le déploiement de forces d’opérations spéciales à l’intérieur du pays. Ensuite, le président Donald Trump a désigné certaines parties de la Somalie comme «zones d’hostilités actives» et a institué des règles de ciblage des zones de guerre lorsqu’il a élargi le pouvoir discrétionnaire de l’armée pour mener des frappes aériennes et des raids. Le sud de la Somalie a ensuite été soumis à une escalade sans précédent des frappes de drones américains, avec entre 900 et 1 000 personnes tuées entre 2016 et 2019. Tout cela s’est produit sans que les États-Unis ne déclarent jamais officiellement la guerre à la Somalie.

Le président Biden a clairement décidé de maintenir l’approche “flexible” de Trump en matière de guerre des drones en Somalie – une approche qui donne aux commandants militaires sur le terrain plus de latitude pour prendre des décisions, exigeant qu’ils obtiennent le consentement du chef de mission du Département d’État plutôt que de la Maison Blanche. En tant que tel, les analystes évaluant l’accalmie temporaire des frappes de drones l’année dernière ont eu raison de l’interpréter comme une accalmie artificielle, car l’engagement de l’administration Biden de s’engager dans un examen complet de la politique du gouvernement sur les frappes de drones n’a clairement pas stimulé un réexamen éthique de la utilisation de drones.

Ce que l’administration a fait, c’est rédiger de nouvelles lois et procédures, offrant des garanties contre la mort de passants civils qui prétendent protéger les hommes adultes ainsi que les femmes et les enfants. En ce sens, l’administration Biden poursuit l’utilisation de la loi par les administrations précédentes comme tactique de guerre, se référant à l’introduction de nouvelles lois et politiques afin de suggérer que les États-Unis s’efforcent davantage de limiter les pertes civiles alors même que il emploie une force mortelle. Comme l’observe l’historien et professeur de droit Samuel Moyn, l’idée que la guerre peut d’une manière ou d’une autre être menée humainement est devenue centrale dans le libéralisme américain, avec de moins en moins d’Américains remettant en question la décision de faire la guerre elle-même.

Dans l’intervalle, les représentations racialisées de la Somalie en tant que pays déchiré par la guerre avec le potentiel présumé de menacer les intérêts américains sont essentielles pour maintenir le soutien public à un engagement renouvelé dans la guerre. Le commandant de l’AFRICOM, le général Stephen Townsend, affirme qu’al-Shabab est “plus grand, plus fort et plus audacieux”, même si ses capacités exactes sont “une question ouverte”. Ce sur quoi cette évaluation est basée n’est pas clair. Tout comme les responsables américains l’ont fait lors de la préparation de l’invasion de l’Irak en 2003, la stratégie d’AFRICOM semble être simple : répéter assez souvent l’affirmation d’une prétendue menace, et – en l’absence de questions critiques de la presse – cela devient la vérité.

À la lumière du plan déclaré d’AFRICOM visant à renforcer la capacité de ses partenaires à cibler al-Shabab, le Congrès et le public américain devraient soulever des questions sur ces mêmes partenaires, de Bancroft Global à la Brigade Danab et à l’AMISOM (récemment remplacée par la Mission de transition de l’Union africaine en Somalie, ou ATMIS), dont les rôles collectifs dans l’exacerbation de la violence ont été largement documentés.

La brigade Danab a été créée en 2014 avec un financement initial du département d’État américain qui a payé les services de Bancroft Global, une société de sécurité privée qui a formé et conseillé l’unité. Depuis lors, il a également reçu un financement et une formation du ministère de la Défense. La dépendance de l’AFRICOM à l’égard de forces de substitution telles que la Brigade Danab est rendue possible par le programme 127e, une autorité budgétaire américaine qui permet au Pentagone de contourner la surveillance en permettant aux forces d’opérations spéciales américaines d’utiliser des unités militaires étrangères comme substituts dans des missions de lutte contre le terrorisme. La Intercepter a documenté des opérations 127e similaires dans plusieurs pays africains, principalement dans des endroits que le gouvernement américain ne reconnaît pas comme des zones de combat mais dans lesquels des troupes américaines sont présentes sur le terrain.

Ironiquement, le New York Fois rapporte que les délibérations de l’administration Biden sur les prochaines étapes en Somalie ont été compliquées par le chaos politique sur le terrain, ce qui implique que les États-Unis se tiennent en quelque sorte en dehors et au-dessus des factions et des loyautés apparemment locales. Mais un examen plus approfondi et plus critique révélerait que l’armée américaine et ses partenaires de sécurité privés sont profondément impliqués dans ce chaos, car les intérêts commerciaux et sécuritaires sont irrémédiablement enchevêtrés des deux côtés de la zone verte de Mogadiscio.

Les prix des armes à feu ont grimpé en flèche avant les élections présidentielles somaliennes le week-end dernier alors que les habitants anxieux de Mogadiscio s’inquiétaient des perspectives d’instabilité. Ce n’est pas un hasard si bon nombre de ces armes sont arrivées via une faille dans un embargo sur les armes de l’ONU qui permet la distribution d’armes aux Forces de sécurité nationales somaliennes au nom de la formation et de la réforme du secteur de la sécurité. Ce n’est pas la première fois que des armes destinées à des fins de sécurité sont détournées vers le marché noir, et à la lumière de la décision de l’administration Biden de doubler son engagement dans une guerre sans fin, ce ne sera probablement pas la dernière.

Les Somaliens ont de quoi s’inquiéter alors que les prix alimentaires montent en flèche avec la fermeture des chaînes d’approvisionnement mondiales et que la pire sécheresse depuis quatre décennies touche plus de 7 millions d’habitants du pays. La dernière chose dont ils ont besoin est plus de guerre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire