Joe Biden n’a «pas l’intention» de rencontrer le MBS saoudien au sommet du G20 | Nouvelles du pétrole et du gaz

0
48

Le ministre saoudien de la Défense, quant à lui, s’est dit “étonné” par les accusations selon lesquelles le royaume “se tient aux côtés de la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine”.

Le président américain Joe Biden n’a “pas l’intention” de rencontrer le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman lors du sommet du G20 du mois prochain en Indonésie, a déclaré un haut responsable américain, alors que les tensions autour de la décision de l’OPEP+ de réduire la production de pétrole continuent de se faire sentir.

Biden agira “méthodiquement” pour décider comment répondre à l’Arabie saoudite concernant les réductions de la production de pétrole et les options incluent des modifications de l’aide américaine à la sécurité, a déclaré dimanche le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan.

S’exprimant sur CNN, Sullivan a déclaré qu’aucun changement dans la relation américano-saoudienne n’était imminent alors que Biden la réévalue.

“Le président ne va pas agir précipitamment”, a-t-il déclaré. “Il va agir méthodiquement, stratégiquement, et il va prendre son temps pour consulter les membres des deux partis et aussi pour avoir l’opportunité pour le Congrès de revenir afin qu’il puisse s’asseoir avec eux en personne et travailler sur les options.”

Les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite sont sur une glace mince en raison des réductions de la production de pétrole. La semaine dernière, le cartel de l’OPEP dirigé par Riyad et un groupe supplémentaire de 10 autres producteurs de pétrole dirigé par la Russie ont décidé de réduire la production mondiale jusqu’à deux millions de barils par jour à partir de novembre.

Cette décision devrait entraîner une hausse des prix du pétrole, ce qui aiderait la Russie à payer son offensive en Ukraine.

Le ministre saoudien de la Défense s’est dit “étonné” par les accusations selon lesquelles le royaume “se tient aux côtés de la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine”.

Le prince Khalid bin Salman a déclaré que la décision de l’OPEP+ avait été prise à l’unanimité et pour des raisons purement économiques. “Il est révélateur que ces fausses accusations ne viennent pas du gouvernement ukrainien”, a écrit le fils du roi Salmane sur Twitter.

“Toujours de la place pour la flexibilité”

Biden a averti l’Arabie saoudite qu’il y aurait des “conséquences” non précisées si elle se rangeait du côté de la Russie pour soutenir les coupes. La décision de l’OPEP+ sape les projets des pays occidentaux d’imposer un plafond sur le prix du pétrole russe en réponse à la guerre de Moscou en Ukraine.

Cette décision pourrait entraîner une flambée des prix de l’énergie, suscitant des inquiétudes au sein du Parti démocrate de Biden quant à la façon dont il se comportera lors des élections de mi-mandat de novembre.

Washington a laissé entendre que les producteurs du Golfe s’alignaient sur la Russie aux dépens des États-Unis et de leurs alliés occidentaux.

La Russie a félicité l’OPEP+ pour avoir accepté de réduire la production de pétrole et de lutter contre ce qu’elle a appelé le “chaos” semé par les États-Unis sur les marchés mondiaux de l’énergie.

Interrogé dimanche sur l’examen de la réduction de la production, le secrétaire général de l’OPEP, Haitham al-Ghais, a déclaré dimanche “dans l’OPEP, il y a toujours un espace pour la flexibilité”.

Il a également déclaré lors d’une conférence de presse que les décisions de l’OPEP+ étaient purement techniques et que le groupe de producteurs avait pris une décision préventive.

Arrêt des ventes d’armes ?

La décision de réduire la production de pétrole a été considérée comme une gifle diplomatique après le voyage de Biden en Arabie saoudite pour rencontrer le prince héritier en juillet.

Le sénateur américain Bob Menendez, un démocrate qui préside la commission sénatoriale des relations étrangères, a appelé à l’arrêt de la plupart des ventes d’armes américaines à l’Arabie saoudite après la décision de l’OPEP+.

La querelle américano-saoudienne a dégénéré en pourparlers entre les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 à Washington, qui se sont terminés jeudi sans communiqué conjoint. Le groupe était déjà divisé sur le conflit en Ukraine.

Les chefs d’État et de gouvernement du G20 se réuniront en novembre à Bali pour un sommet qui pourrait voir Biden partager le même lieu que le président russe Vladimir Poutine.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/10/16/biden-has-no-plans-to-meet-with-saudi-prince-at-g20-summit

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire