Kate Debs sur le « droit de vote des femmes »

0
110

À mon avis, il n’y a pas d’argument valable contre le droit des femmes de voter sur un pied d’égalité avec les hommes. La proposition va de soi que la femme, étant un être humain citoyen de la communauté, au même titre que l’homme, a droit à l’égalité des droits, des privilèges et des opportunités.

Permettez-moi de poser cette simple question : quelle justice y a-t-il à contraindre les femmes à obéir à des lois qu’elles n’ont pas voix au chapitre pour les promulguer ? Cette question n’a jamais reçu de réponse et ne peut jamais être répondue que d’une seule manière.

Si la femme est moins qu’un être humain, moins qu’un citoyen, un débile mental, nécessitant l’homme comme tuteur ; si elle n’est que l’appendice de propriété et la commodité de son seigneur et maître, alors je soutiens qu’elle ne devrait pas avoir le droit de vote, mais qu’elle devrait en toute douceur se résigner à son sort divinement (?) désigné, l’écho de son mari, le servante de son souverain, satisfaite de passer tous les jours de sa vie dans les royaumes de l’infériorité mentale et de l’inexistence politique.

Mais la femme a toutes les qualités essentielles de l’homme, sans en excepter la mentalité et l’initiative, et si elle veut développer le meilleur qu’il y a en elle, elle doit être libre et elle doit être l’égale de l’homme en ce qui concerne tous les droits et toutes les opportunités requises. pour l’expression libre de sa voix et de sa volonté.

Lester F. Ward, le plus grand des sociologues américains, dit : « Nous n’avons aucune idée de la quantité réelle de talent ou de génie que possède la femme. Non, pour la raison que la femme n’a jamais eu la chance de s’épanouir, de développer ses pouvoirs et ses énergies latentes et de montrer ce qu’elle est réellement capable d’accomplir.

Mais il y a eu un merveilleux changement de sentiment sur la question des femmes au cours des dernières années et ce changement sera encore plus grand au cours des années qui nous précèdent immédiatement. Les vieux préjugés, les coutumes ignorantes et les traditions barbares sont balayés. L’esprit nouveau, l’esprit de la social-démocratie à venir, s’affirme partout et le monde commence à écouter son cri et à refonder ses institutions, fondées sur les intérêts économiques mutuels et l’égalité absolue des sexes.

En tant que socialiste, je ne vois aucune raison pour que la femme ne soit pas la camarade de son mari sur un pied d’égalité dans toutes les affaires sociales, morales et politiques de la vie ainsi que dans la lutte pour l’existence, et je suis fier que le parti socialiste, le Ce parti qui se répand si rapidement dans le monde entier, proclame comme l’un de ses principes cardinaux que la femme est, doit être et sera l’égale de l’homme sous tous les rapports essentiels, et son inférieure en aucun.

Ceux qui déclarent que faire de la politique dégraderait la femme me pardonneront si j’ose suggérer qu’ils feraient mieux de changer leur politique. Le genre de politique qui dégrade une femme dégradera également un homme, et aucun homme ne devrait s’engager dans le genre de politique qui dégrade sa femme et sa mère.

Quant aux femmes qui protestent qu’elles n’ont pas besoin et qu’elles ne veulent pas du scrutin, je pense qu’elles offrent inconsciemment les preuves les plus solides possibles en faveur du scrutin.

Mais c’est surtout au nom des cinq millions de femmes salariées aux États-Unis que j’élève ma voix en faveur du droit de vote illimité des femmes. Ces femmes doivent sortir dans le monde et rivaliser avec les hommes dans l’industrie, dans les affaires, dans la vie éducative et professionnelle, et pourquoi n’auraient-elles pas les mêmes droits et privilèges politiques ? En règle générale, elles sont les victimes de la discrimination la plus injuste en matière de salaire et de traitement, car elles manquent même des moyens limités d’autodéfense dont leurs concurrents masculins disposent grâce à leur suffrage universel.

Si les animaux de compagnie choyés de la société ne veulent pas voter, les femmes qui travaillent le font, et pour des raisons qu’aucune reine de la société, telle que Mme Stuyvesant Fish, avec tous ses brillants sophismes, ne peut nier avec succès.

Il y a trente ans, Susan B. Anthony, la noble championne du suffrage féminin aux premiers jours du mouvement, était traitée avec un mépris presque brutal par le « meilleur élément » de la société, dans la ville de Terre Haute ; aujourd’hui son nom est honoré dans le monde civilisé.

La cause des droits de la femme progresse avec la cause de l’intelligence de l’homme, et quels que soient les obstacles que l’ignorance, les préjugés et les intérêts sordides dressent sur son chemin, le temps vient où la femme sera l’égale de l’homme, où tous deux seront libres, lorsque la société s’élèvera à un niveau supérieur et entrera dans une vie plus large et plus noble.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire