Keir Starmer veut combattre les guerres d’hier

0
327

Même au milieu de la rhétorique croissante sur l’impasse russo-ukrainienne, le récent « débat » sur la politique étrangère de la Grande-Bretagne a semblé singulièrement déséquilibré. Les tentatives de la secrétaire aux Affaires étrangères Liz Truss de projeter la capacité d’affronter Vladimir Poutine se sont effondrées en farce alors qu’elle identifiait à tort deux régions russes comme faisant partie de l’Ukraine – ce qui a incité son homologue Sergueï Lavrov à décrire la réunion comme «comme un muet qui parle à un sourd.” Plus risible encore a été la posture du leader travailliste Keir Starmer, combinant des coups de sabre défiant la parodie avec des coups de McCarthy contre la gauche anti-guerre. Il n’y a, a-t-il dit au rédacteur politique de la BBC dans une explication auto-importante de ses bouffonneries, “rien que la Russie ne souhaite plus que voir que la division au Royaume-Uni entre les partis politiques”.

Un tel bellicisme théâtral est tellement en décalage avec les dures réalités de la multipolarité et de l’effondrement écologique que l’observer peut presque être considéré comme une forme d’évasion. L’une des raisons de ce dérangement de Westminster est évidente, en raison des souvenirs encore frais de la contestation malvenue de l’orthodoxie atlantiste de 2015 à 2019. La perspective de voir Jeremy Corbyn devenir Premier ministre a induit une panique qui n’a pas encore cessé, malgré sa défaite. Au cours de ces années, trois des figures les plus importantes du mouvement anti-guerre britannique dirigeaient le parti travailliste, menaçant, à tout le moins, de démocratiser le débat sur la politique étrangère et d’opposer l’opinion populaire à son consensus dominant. La direction de Starmer a apporté une restauration, qui continue encore aujourd’hui.

Il y a cependant une autre cause de ces pathologies dans le discours sur la place de la Grande-Bretagne dans le monde : une crise intellectuelle et politique tacite face à la vision du monde atlantiste. Pour les atlantistes travaillistes, au moins, la politique étrangère a longtemps été d’une simplicité réconfortante. Leur maxime est celle d’une déférence irréfléchie envers les États-Unis, fondée sur la reconnaissance que la capacité de la Grande-Bretagne à exercer le pouvoir impérial repose sur son statut de pilier de soutien de l’empire américain. Sous le New Labour, ce partenariat junior s’est transformé en une subordination totale. Que faire alors lorsque l’hégémonie mondiale semble battre en retraite, avec ses capacités agressives tempérées et contraintes ?

Au cours du débat totémique sur la question de savoir si la Grande-Bretagne devait rejoindre la coalition dirigée par les États-Unis contre l’EI en novembre 2015, John Bew, le principal champion intellectuel de l’atlantisme travailliste, a condensé le cœur de la tradition : « Nos amis veulent savoir dans quelle mesure nous sommes avec eux.” En d’autres termes : Pourquoi bombarder Raqqa ? Parce que Washington l’a dit. La biographie largement lue de Clement Attlee en 2016 par Bew cherchait – pas tout à fait injustement – à le réclamer pour la droite du travail, reconstruisant avec admiration son rôle fondateur au sein de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Le tome peut être trouvé dans de nombreux bureaux de Westminster – notamment, le Observateur approbateur rapporté récemment, sur la table basse de l’archi-blairite Wes Streeting.

Une diatribe récente de Keir Starmer dans les pages toujours plus maccarthystes du Gardien prend l’exemple de Bew – actuellement le principal conseiller en politique étrangère de Boris Johnson à Downing Street – en tenant l’engagement d’Attlee et Ernest Bevin à aider la domination mondiale américaine comme leur principale vertu et en claironnant l’engagement envers l’OTAN comme critère crucial d’alignement avec les Américains dans le cadeau. Mais, dépourvus qu’ils sont de tout réel pensée En matière de politique étrangère, la vénération de la métropole par des personnalités de la droite travailliste prend souvent des formes peu dignes.

La principale qualification de David Lammy pour le poste de secrétaire aux Affaires étrangères de l’ombre, par exemple, semble être ses relations avec les membres médiocres du personnel de l’administration de Barack Obama. Ayant précédemment organisé des appels stratégiques pour Starmer avec Ben Rhodes – un responsable de la sécurité nationale d’Obama devenu podcasteur – lors de sa nomination, les instructions rapportées de Lammy étaient «d’amener Keir dans le bureau ovale avant les prochaines élections». Pour Starmer, l’importance de l’élection de Joe Biden était avant tout la promesse que la Grande-Bretagne (lire : Starmer) pourrait se tenir aux côtés de l’Amérique alors qu’elle reprendrait le flambeau du « leadership mondial ». Alors que la fantaisie politique obséquieuse tient lieu de grande stratégie, l’essence de l’ambition de la politique étrangère de la droite travailliste semble être le désir de servir de figurants dans un aile ouest reconstitution.

De tels fantasmes sont mûrs pour la moquerie. Mais ils font corps avec un malaise intellectuel plus profond : les atlantistes travaillistes sont attachés à une idée des États-Unis figés dans le passé unipolaire, et ils sont insensibles à l’échec catastrophique du « projet d’un nouveau siècle américain ». Cela a commencé à entraîner une désorientation importante, car la tectonique géostratégique changeante du XXIe siècle et les fissures dans le consensus sur la politique étrangère à Washington même rendent le monde réel moins intelligible pour les aspirants faucons travaillistes.

Prenez août 2021, lorsque la Chambre des communes a été rappelée au milieu de la crise liée à l’ordre de retrait de Biden en Afghanistan. À bien des égards, le débat entre députés s’est déroulé de manière prévisible. L’hystérie de l’abandon, la mélancolie de la défaite et les hymnes à la mission civilisatrice tout abondait. Mais à un autre égard, le débat était particulier : une grande partie de la colère confuse des bellicistes de Westminster était dirigée à Washington. Starmer était “profondément préoccupé” par le retrait de Biden (“pas la bonne décision”), remettant en cause son “erreur de jugement catastrophique”. Il appartenait aux anti-atlantistes proverbiaux – une petite poignée de députés socialistes – de défendre efficacement la décision de la Maison Blanche de mettre fin à la plus interminable des «guerres éternelles» de l’Amérique. La direction travailliste aspirait aux certitudes et à la droiture d’octobre 2001.

Alors que la crise ukrainienne s’intensifie, Biden lui-même a parfois été relativement mesuré, reconnaissant que les Russes ont une “supériorité écrasante” dans la situation militaire et insistant sur le fait que Vladimir Poutine est “un individu informé”, faisant des calculs sérieux sur “ce que l’immédiat . . . les conséquences à court terme et à long terme » de toute incursion seraient pour la Russie. Emmanuel Macron et Olaf Scholz continuent de pousser sérieusement pour une solution diplomatique. Et un expert russe de la Rand Corporation appelle le Financial Times pour une déclaration de l’OTAN reconnaissant qu’elle n’a “pas l’intention d’offrir l’adhésion à l’Ukraine pour le moment” en échange “d’un retrait tangible des forces russes à la frontière”. Ces positions reflètent différentes perspectives stratégiques, mais toutes sont ancrées dans la réalité.

Starmer, quant à lui, affirme sauvagement que la Russie est « sur le point de annexer Ukraine », et déclare qu’il sait que « les intimidateurs ne respectent que la force ». Sa visite gonflée au siège de l’OTAN à Bruxelles la semaine dernière était, dans cet imaginaire, vraisemblablement signifiée comme une démonstration de force au Kremlin. Alors que Paris, Berlin et maintenant même Downing Street se bousculent dans une certaine mesure pour une solution diplomatique, Starmer fustige ceux à sa gauche en conseillant un compromis en des termes qui singent les Cold Warriors et les grands prêtres néoconservateurs.

Le détachement des atlantistes travaillistes de la réalité ne fera que s’aggraver à mesure que les défis à la domination de Washington – de l’intérieur, par les partisans d’une posture militaire américaine plus restreinte dans le monde, et de l’extérieur, à travers l’enracinement d’un ordre mondial plus multipolaire – s’intensifieront. Déjà, ces pressions (sans parler de la perspective imminente du retour de Donald Trump) rendent la politique étrangère américaine plus contestée et moins prévisible. Si ce n’est pas déjà le cas, « suivre les Américains » ne sera bientôt plus un mot d’ordre praticable pour les décideurs britanniques. Malheureusement pour les héritiers de Tony Blair, il n’y aura pas de retour au Crawford Ranch.

Cette conjoncture semble ouvrir deux voies, grosso modo, pour la politique étrangère britannique, toutes deux impliquant une plus grande autonomie vis-à-vis des États-Unis que celle qui prévaut depuis des décennies. Le premier fonctionne comme un précurseur méga-faucon vers Washington, encourageant l’intervention et attisant les flammes de la tension avec la Chine. Cette option a été saisie avec zèle par une grande partie du parti conservateur. Le président conservateur de la commission parlementaire des affaires étrangères, Tom Tugendhat, a averti après le retrait de l’Afghanistan que “l’interdépendance ne doit pas devenir une dépendance excessive”. Tugendhat est le partisan le plus influent de la nouvelle guerre froide avec Pékin. À la fin la plus absurde des choses, le secrétaire à la Défense Ben Wallace – qui a lancé sa propre crise de colère à propos de la décision de Biden en Afghanistan – a récemment comparé la diplomatie européenne avec Moscou à l’apaisement d’Adolf Hitler (attirant une réprimande du gouvernement ukrainien).

La deuxième voie est une orientation qui renonce aux prétentions impériales et, embrassant correctement l’autonomie, cherche une sorte de refonte réaliste de la place de la Grande-Bretagne dans le monde – élevant la diplomatie et la retenue militaire tout en centrant la menace de l’effondrement du climat. Plus ou moins, c’est une itération progressive de cette voie à laquelle Jeremy Corbyn, la gauche travailliste au sens large et la Stop the War Coalition souscrivent. Il est difficile d’échapper au sentiment que les calomnies maccarthystes de plus en plus effrénées à leur encontre visent à occulter une réalité plus dangereuse : le programme anti-atlantiste est lucide, pragmatique et populaire.

À première vue, peu de choses distinguent les atlantistes travaillistes des faucons conservateurs. Mais en y regardant de plus près, il est clair que les premiers sont particulièrement embourbés dans le déni du crépuscule de la puissance américaine unipolaire. Personne n’est plus pitoyablement enthousiasmé par la perspective de servir de subalterne à Washington que les atlantistes travaillistes – et donc personne n’a été laissé plus à la dérive alors que les conditions de possibilité d’un tel rôle commencent à reculer. L’hystérie de Starmer n’est donc pas seulement le produit de son conformisme établi, mais le résultat d’une confusion sous-jacente – et d’un refus de tenir compte du monde tel qu’il est.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire