La barbarie de la contre-révolution en Russie

0
27

L’anniversaire de la Révolution russe, le 25 octobre 1917, est un jour de commémoration pour les socialistes. La révolution reste la seule fois où les travailleurs ont renversé l’ordre dominant et, ce faisant, ouvert la possibilité du socialisme. Cela représentait tout ce que les classes dirigeantes du monde craignent et méprisent, et elles ont déclenché une horrible barbarie en réponse. Alors, en même temps que la célébration de la révolution, il ne faut jamais oublier ce qui a été fait pour écraser l’esprit de rébellion.

Il y a ceux qui pontifient que si les bolcheviks avaient été plus raisonnables, la guerre civile qui a fait rage au lendemain de la révolution, entre 1918 et 1921, aurait pu être évitée. Beaucoup condamnent les bolcheviks pour les mesures qu’ils ont prises pour défendre l’Etat ouvrier. Mais la brutalité des Blancs ne leur laissait guère le choix.

Victor Serge, un libertaire, rejoint les bolcheviks après son arrivée en Russie en janvier 1919. Ses intuitions, inspirées par un désir passionné de contrer les mensonges de la contre-révolution et de voir la victoire des ouvriers et des paysans, combinées à sa superbe prose font de lui un chroniqueur vivant.

Dans Première année de la Révolution, il documente les atrocités des armées blanches, soutenues jusqu’au bout par les puissances occidentales supposées civilisées. Le premier massacre après le soulèvement du 25 octobre s’est produit quatre jours plus tard à Moscou, où les travailleurs étaient moins préparés à l’insurrection qu’à Petrograd. Les dirigeants des travailleurs défendant le Kremlin se sont rendus après que des officiers blancs leur aient assuré que la vie de leurs hommes serait épargnée.

Des dizaines d’hommes qui n’avaient même pas participé aux combats ont été mitraillés. Celui qui s’est échappé a parlé du tas de corps criblés de balles jusqu’à ce que les derniers cris se soient tus, et a décrit : « Les murs des bâtiments environnants sont éclaboussés de sang et de morceaux de chair ».

“Ce massacre n’est pas un acte isolé”, écrit Serge. « Rappelons-nous ces faits. Ils montrent la ferme intention des défenseurs de la [capitalist] Gouvernement provisoire pour noyer la révolution ouvrière dans le sang. La terreur blanche avait commencé.

En Finlande, les Blancs ont pris le dessus en avril 1918. Plus de 100 000 personnes ont été tuées ou condamnées à de longues peines de prison, l’équivalent d’au moins un quart de l’ensemble de la classe ouvrière. Femmes, enfants, toute personne accusée d’être rouge était sommairement fusillée. Même des parlementaires socialistes modérés ont été exécutés.

Ces faits documentés montrent que la terreur blanche, comme le dit Serge, « précède et est la cause de [the Red terror], qui n’a d’autre but que de briser la résistance d’une minorité. C’est pourquoi la terreur rouge est de loin la moins sanglante ». Expliquant pourquoi les Blancs ont déclenché une terreur horrible, Serge a soutenu «[it] est en réalité le résultat d’un calcul… Les classes possédantes sont parfaitement conscientes qu’elles ne peuvent assurer leur propre domination au lendemain d’une bataille sociale qu’en infligeant à la classe ouvrière un bain de sang assez sauvage pour l’affaiblir pendant des dizaines d’années après . Et comme la classe en question est bien plus nombreuse que les classes aisées, le nombre de victimes devoir être très grand … Jusqu’à ce moment, la révolution russe avait presque partout fait preuve d’une grande indulgence envers ses ennemis. Il n’avait pas utilisé la terreur ».

Serge était à Petrograd lorsqu’il apparut que les Blancs allaient conquérir ce centre de la révolution. Ses écrits traduisent les terribles attentes d’une telle calamité. On connaissait la terrible vengeance de cet ennemi mortel : pogroms antisémites, tortures et massacres d’ouvriers et de paysans.

Cela a changé la façon dont les ouvriers abordaient la guerre. Le 10 juin, Serge a observé un régiment d’ouvriers à peine formés, hommes et femmes portant tous les armes, se dirigeant vers le front, maintenant dans un faubourg extérieur de la ville. Il écrit : « Les hommes ne partent plus au front ivres, chantant des chansons patriotiques, la panique dans le cœur et la folie dans la tête. C’était bien pour l’autre guerre [WW1], pour la guerre folle. Celui-là, où ils comprennent pourquoi ils se battent, c’est un sale boulot, rien de plus, qu’ils acceptent sans faiblesse – mais avec tristesse, car maintenant il ne s’agit plus d’être des soldats mais simplement d’être des hommes ».

Dans les jours qui ont précédé et suivi le deuxième anniversaire de la révolution d’Octobre, Red Petrograd s’est mobilisé pour repousser l’avancée des Blancs. Serge ne peint pas les bolcheviks, désormais nommés Parti communiste, comme des héros sans tache. Mais son récit, réuni dans un recueil intitulé Ville en voie de disparition publié en octobre 1919, réfute l’idée qu’ils sont perpétrés par leurs ennemis comme simplement destinés à un régime dictatorial.

Il défend les contrôles qu’ils ont imposés sur la vie quotidienne, y compris le rationnement, le travail forcé et la prise en otage des familles d’officiers blancs pour protéger les prisonniers capturés par les Blancs. Sa défense était qu’une question fondamentale était en jeu : la nécessité de défendre l’État ouvrier en tant que présage d’une future société humaine.

L’alternative était de revenir à l’ordre ancien, dont même les classes moyennes – qui méprisaient les bolcheviks et haïssaient la révolution – ne voulaient pas. Il n’y avait tout simplement pas de terrain d’entente. Soit vous avez soutenu la révolution et fait ce que vous deviez pour la défendre, soit vous avez cédé et êtes devenu un traître.

Serge compare les forces de la contre-révolution, “convaincues du droit divin des riches”, au “rebelle idéaliste, qu’on peut certes provoquer à la violence, mais qu’on ne peut transformer en bourreau complaisant et heureux d’être à la hauteur”. le service de ‘l’ordre’ ».

Cette différence explique pourquoi, malgré leur force matérielle écrasante, les Blancs pouvaient être repoussés, car « les rivalités internes inhérentes à la société capitaliste » affaiblissaient leurs efforts. Par exemple, leurs généraux ont concouru pour des récompenses pour la conquête de Red Petrograd. L’un, dans sa hâte, n’a pas réussi à s’arrêter et à détruire les lignes de chemin de fer, sapant son propre camp.

Les ressources et les combattants ont atteint la ville relativement sans entrave en réponse à l’appel de Trotsky au pays. Et surtout, les réactionnaires étaient « face à la plus grande force matérielle et morale du siècle : les intérêts et la conscience d’une classe à laquelle appartient l’avenir ».

Il décrit le travestissement absolu qui régnait dans une région sous un gouvernement mis en place par les généraux blancs, où, « libérés des bolcheviks, ils appliquaient les lois en vigueur en temps de guerre ». dans les pays ennemis occupés”. Selon un politicien respecté du camp blanc, ce territoire « libéré » est « une orgie et c’est une ruine quasi totale. Partout, c’est l’arbitraire des chefs bandits ». L’armée profitait des ventes de farine pendant que les gens mouraient de faim. Et dans plusieurs villes « ils exécutaient dans la rue des personnes soupçonnées de sympathiser avec les rouges ; ceux-ci mouraient par centaines, torturés puis pendus ». Le gouvernement britannique a dépensé des sommes énormes pour soutenir cette iniquité.

Lorsque Trotsky arriva à Petrograd dans son célèbre train d’où il avait mené l’Armée rouge à travers des batailles infernales, il s’adressa au Soviet. Il a énoncé sa stratégie en phrases froides et logiques. Ils attireraient l’armée blanche dans la ville si nécessaire et la combattraient rue par rue, là où les communautés ouvrières pouvaient être et étaient mobilisées.

Tous les hommes et toutes les femmes de la classe ouvrière jusqu’à l’âge de 45 ans ont été conscrits. Le désespoir qui avait commencé à s’installer s’estompa. Des barricades ont été construites, des tranchées creusées et des barbelés enchevêtrés déroulés par des milliers de prolétaires, femmes et hommes. Une fois prêts, ils ont pris l’offensive sous le commandement de Trotsky. Il a été question de détruire toute la ville plutôt que de la livrer à la « racaille », le mot « éloquent » utilisé par un ouvrier avec qui Serge a discuté de la question.

La Ville rouge, centre de la révolution, a été sauvée sans destruction totale.

Serge, ancien anarchiste, précise le rôle indispensable du Parti communiste tel qu’il le conçoit désormais : « Tout le parti a fait un effort immense, soutenu par toute la population ouvrière… Cet effort, et les causes sociales et morales qui en sont responsables pour cela, expliquez tout. Le parti est en ce moment la seule organisation capable d’inspirer, de canaliser et d’orienter les énergies qui viennent de triompher… Le parti est en quelque sorte le système nerveux de la classe ».

Le parti était honnête avec ses partisans, expliquant la réalité brutale à laquelle la ville était confrontée, ce qui justifiait ce qui, dans d’autres circonstances, serait condamné comme autoritaire. Les traîtres ne pouvaient être tolérés si la révolution devait survivre.

En revanche, Serge méprisait le centre anarchiste qui refusait toute discipline. Comme on pouvait s’y attendre, il est devenu un aimant pour les espions blancs. Les anarchistes ont été confrontés à ce que Serge a décrit comme “le dilemme absurde de l’anarchisme et de la réalité” – ils étaient horrifiés à l’idée de devenir exactement comme la Cheka (police de sécurité) s’ils emprisonnaient les espions, et encore moins les tiraient. Mais leur permettre de continuer à espionner était inadmissible. Confrontés à « la nécessité brutale de mépriser leurs propres… principes métaphysiques », ils les livrèrent à la Tcheka, sachant pertinemment qu’ils seraient fusillés.

La tragédie ultime de la révolution viendra plus tard, lorsque Joseph Staline mènera une contre-révolution de l’intérieur. Encore une fois, l’Occident a joué un rôle dans ce retour au pouvoir de classe en maintenant un blocus qui a empêché l’aide d’atteindre les millions de personnes affamées ainsi que les matériaux pour aider à reconstruire la capacité industrielle presque totalement détruite de la Russie.

La dévastation a réduit la classe ouvrière, la seule force sociale capable de maintenir en vie les structures démocratiques des soviets, à une fraction de sa taille antérieure. Staline, un bolchevik, a construit une bureaucratie dirigeante vicieuse pour sortir la Russie de ce chaos en utilisant la force brute pour imposer une exploitation extrême à la classe ouvrière.

Paradoxalement, ce renversement de tout ce pour quoi les bolcheviks avaient combattu confirma leur thèse centrale, résumée par Lénine en janvier 1918 : « La vérité absolue est que, sans révolution en Allemagne, nous périrons ».

Alors que nous commémorons la promesse d’octobre 1917, il convient de célébrer les réalisations de la classe ouvrière en octobre 1919. Vivant sous le siège, la faim traquant leurs rues, le monde capitaliste tout entier soutenant les suceurs de sang de la vieille Russie impériale et des centaines de des milliers de leurs plus conscients de classe sont morts sur les champs de bataille de la guerre civile, ils ont néanmoins réussi à sauver la révolution d’une destruction certaine. Ce faisant, ils ont donné aux socialistes européens le temps de renverser leurs propres dirigeants et de se joindre à eux pour construire le socialisme.

L’échec des socialistes réformistes à travers l’Europe à mener à la victoire les révolutions qui ont éclaté a laissé la Russie dans un isolement désastreux. Sans l’émergence d’autres États ouvriers dans les pays plus avancés, le soutien matériel et politique nécessaire pour permettre au pouvoir ouvrier de survivre et d’avancer vers le socialisme manquait. Soyons solidaires de ceux à qui Victor Serge a dédié son Ville en voie de disparition collection et imitent leur philosophie de vie : « au siècle du dollar et du gaz moutarde, la vie ne vaut la peine d’être vécue que si elle est consacrée à une seule grande cause : celle du prolétariat ».

Source: https://redflag.org.au/article/barbarity-counter-revolution-russia

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire