La calamité de Colstrip : ils ont l’or, nous avons le manche

0
49

Une fois de plus, les Montananais ont l’occasion de revivre la catastrophe bien connue d’une grande entreprise exploitant une installation industrielle, produisant des quantités prodigieuses de déchets toxiques et dangereux, puis déclarant faillite. Après des centaines de millions de dollars de nettoyages financés par l’État dans des mines et des sites industriels abandonnés, on peut se demander “quand nos politiciens apprendront-ils leur leçon et cesseront-ils de coller aux Montananais les coûts de nettoyage scandaleux ?”

Si vous étiez dans le Montana il y a près d’un demi-siècle, vous vous souviendrez peut-être que la Montana Power Company, aujourd’hui disparue, et son énorme groupe de politiciens sympathiques ont salué Colstrip comme “la chaufferie de la nation”. Oh les prédictions glorieuses de richesse massive, d’électricité bon marché et abondante et, bien sûr, la promesse qu’ils « le feraient bien ».

Et c’est ainsi que les unités 1 et 2 de Colstrip ont été construites, suivies des unités 3 et 4. D’énormes quantités de charbon ont été extraites et brûlées, émettant des quantités massives de pollution – et pas seulement des gaz de réchauffement climatique causant notre catastrophe climatique, mais du mercure et un hôte d’autres métaux toxiques emportés par le vent depuis les hautes piles qui finissent par tomber sur terre, tout comme la pollution sous le vent de la fonderie d’Anaconda.

Tout au long des opérations 24 heures sur 24, les cendres de charbon hautement toxiques devaient aller quelque part – et cet endroit était une série d’immenses étangs qui, nous a-t-on assuré, ne fuiraient pas.

C’est de l’humour noir de se rappeler à quoi les régulateurs du Montana ont cru – mais encore une fois, si l’on considère le nombre de sites Superfund que nous avons dans le Montana, y compris le plus grand du pays, il est juste de dire que nos agences “de réglementation” ont été dupées. et maintes fois – et n’a pas réussi à assurer la sécurité des habitants du Montana ni à respecter la garantie de notre constitution d’un «environnement propre et sain».

Vient maintenant la nouvelle que Talen, une spin-off de la société de services publics Pennsylvania Power and Light qui a acheté la centrale électrique à l’ancienne Montana Power Company, a déposé son bilan. Avec des dettes de 4,5 milliards de dollars, tout ce que nous entendons des dirigeants d’entreprise sur la façon dont les choses vont bien se passer n’est probablement que pure fantaisie. En fait, comme l’entreprise l’a déjà admis, elle est désormais “incapable de financer ses importantes obligations à la fois pour l’assainissement de l’environnement, ainsi que les obligations envers d’autres créanciers tels que le régime de retraite de ses employés et anciens employés”.

Talen, rassurez-vous, s’en ira, tout comme toutes les autres entreprises polluantes qui ont déclaré faillite et laissé derrière elles leurs déchets toxiques. Et comme la Montana Power Company, il semble qu’ils puissent aussi raidir leurs retraités.

Mais ce qui ne disparaîtra pas, ce sont les étangs de cendres de charbon toxiques – et la pollution des eaux souterraines qui a déjà empoisonné les puits des propriétaires de Colstrip. Maintenant, ils doivent utiliser l’eau de la rivière Yellowstone, qui est à 30 miles et acheminée vers la région pour son utilisation industrielle par nul autre que les opérateurs de Colstrip.

Étant donné que la pollution est déjà grave et bien connue, il est juste de se demander pourquoi l’administration Gianforte a réduit la caution de remise en état de l’entreprise d’un énorme 122 millions de dollars l’année dernière. Être « favorable aux entreprises » est une chose : laisser les habitants du Montan sur le dos à cause des actions imprudentes des organismes de réglementation de l’État est un manquement à leur devoir.

Comme l’ont admis ses propriétaires, Colstrip perd des dizaines de millions de dollars chaque année et sa fermeture est imminente. Ce serait maintenant un très bon moment pour le gouverneur de tenir l’entreprise responsable du nettoyage de son énorme problème de déchets toxiques avant qu’elle ne sombre dans la faillite. Mais Gianforte fait exactement le contraire. Et il semble, une fois de plus, que les entreprises polluantes obtiennent l’or et que les Montanais obtiennent le puits.

Georges Ochenski est un chroniqueur pour le Missoulian, où cet essai a paru à l’origine.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/25/the-colstrip-calamity-they-got-the-gold-we-got-the-shaft/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire