La campagne de divulgation de renseignements de Washington complique les plans de Moscou pour l’Ukraine

0
135

À l’aide de cadavres, de clips vidéo de bâtiments explosés, de matériel militaire ukrainien mis en scène et d’acteurs interprétant des endeuillés russophones, le Kremlin prévoit de produire un film graphique qui créerait un prétexte à une intervention en Ukraine. Pendant ce temps, la Russie a prépositionné des agents formés à la guerre urbaine pour mener une attaque sous fausse bannière contre ses forces dans l’est de l’Ukraine, également pour fabriquer une justification de la guerre. Et le Kremlin a élaboré des plans pour installer un dirigeant pro-russe en Ukraine, ayant déjà choisi un candidat potentiel.

Ce sont quelques-unes des révélations extraordinaires faites par les gouvernements américain et britannique ces dernières semaines, en temps quasi réel, dans le cadre d’un effort concerté pour exposer les prochains mouvements du président russe Vladimir Poutine en Ukraine et, ce faisant, les perturber. . Ils révèlent une nouvelle compréhension à Washington et à Londres selon laquelle l’espace de l’information pourrait être l’un des terrains les plus importants que Poutine conteste.

Ce n’était pas toujours le cas. En 2014, les États-Unis et leurs alliés ont été pris au dépourvu, non seulement par l’invasion russe de l’Ukraine, mais par la campagne de mensonges qui l’a accompagnée. Conçues pour déformer les perceptions du public sur l’annexion de la Crimée, délégitimer le gouvernement de Kiev, jeter le doute sur l’existence d’agents russes dans l’est de l’Ukraine et éviter d’être accusés d’avoir abattu l’avion de ligne MH-17, ces opérations d’information ont pris les gouvernements occidentaux par surprise. . Le gouvernement américain a mis du temps à se coordonner avec ses partenaires, et certains journalistes occidentaux, qui n’étaient pas encore au courant du livre de jeu du Kremlin, ont couvert “les deux côtés” des événements, alimentant involontairement l’incertitude et le nihilisme quant à l’existence de la vérité sur laquelle Poutine prospère.

L’administration Biden en particulier semble avoir tiré les leçons de cette expérience. En lançant une campagne proactive pour appeler le Kremlin au bluff, la Maison Blanche espère déjouer les plans de Moscou. Mais même si, comme cela semble probable, cela n’atteint pas cet objectif, la campagne de divulgation de Washington pourrait rendre plus difficile pour le Kremlin de déployer la désinformation pour détourner la culpabilité de ses actions à la suite d’une intervention, et aider à renforcer le soutien du public dans le États-Unis et Europe pour une réponse plus précise. Parce que le concours d’information est de nature asymétrique – le Kremlin, contrairement à la Maison Blanche, fait face à peu de contraintes normatives sur son comportement – l’effort ne peut pas mettre la Russie entièrement sur le dos. Mais il a gardé Moscou sur ses orteils. Le Kremlin s’attendait peut-être à ce que Washington remarque ses préparatifs sous fausse bannière, mais il n’avait probablement pas prévu que l’administration agirait si rapidement pour les dévoiler.

Bien sûr, cette stratégie n’est pas sans inconvénients. En partageant des informations en temps réel, Washington risque d’exposer d’importantes sources et méthodes de collecte de renseignements. Si le Kremlin découvre d’où viennent les fuites, il pourrait les colmater, laissant les États-Unis et leurs partenaires sans certaines informations de haute qualité précisément au moment où ces informations sont le plus nécessaires.

C’est peut-être pour cette raison que les affirmations de l’administration ont été détaillées, mais non étayées par des preuves granulaires, ce qui a suscité un certain scepticisme et au moins un va-et-vient irritable avec un journaliste. À court terme, les affirmations de Washington risquent de rendre beaucoup plus difficile pour le Kremlin de réaliser ses plans et de les justifier par la propagande, même si la méfiance à l’égard du gouvernement américain demeure dans de nombreux milieux.

À long terme, Washington serait avisé de se rappeler que l’un des principaux objectifs de Poutine est de saper la crédibilité du gouvernement américain et de ses déclarations. La Maison Blanche devrait également rendre cette tâche plus difficile, en publiant au fil du temps plus d’informations sur les preuves qu’elle a recueillies. Ce ne serait pas sans précédent. En 2018, le gouvernement britannique a déclaré qu’il était “très probable” que le Kremlin soit à l’origine de l’empoissonnement de l’ancien agent double russe Sergei Skripal et de sa fille Yulia, huit jours après que les deux ont été retrouvés inconscients sur un banc de parc à Salisbury. Il a ensuite partagé des détails supplémentaires pour étayer cette affirmation, compliquant les efforts du Kremlin pour diffuser des théories du complot qui détourneraient la faute.

Pour l’instant, l’administration pourrait résister à adopter un ton combatif avec des journalistes qui, en demandant des preuves, font leur travail. Hier, en s’adressant au Conseil de sécurité des Nations unies, le secrétaire d’État Antony Blinken a fait un clin d’œil aux doutes sur la crédibilité de Washington sur la base des actions passées, soulignant “Je ne suis pas ici aujourd’hui pour déclencher une guerre mais pour en empêcher une”.

La campagne proactive de divulgation de l’administration n’empêchera peut-être pas Poutine d’envahir l’Ukraine ou d’isoler le président Joe Biden des vents contraires politiques qu’un tel développement pourrait déclencher. Mais la Maison Blanche mérite le mérite d’être admirablement agile pour compliquer les plans de Moscou, rendant plus difficile pour le Kremlin de détourner la culpabilité par des mensonges, et peut-être de battre Poutine dans son propre jeu d’information.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire