La campagne de syndicalisation de Starbucks qui balaie les États-Unis est arrivée au Canada

0
71

Les travailleurs de Starbucks à travers les États-Unis s’organisent. Les travailleurs de plusieurs villes sont engagés dans une campagne de syndicalisation inspirante qui prend de l’ampleur. L’énergie a franchi la frontière et atterrit maintenant au Canada. Les travailleurs du Starbucks dans l’aire de restauration du centre commercial Chinook Centre à Calgary, en Alberta, s’organisent avec les Métallurgistes unis (USW).

En janvier, le Syndicat des Métallos a déposé une demande auprès de la Commission des relations de travail de l’Alberta au nom du restaurant Chinook Centre Starbucks. Le 16 février, des bulletins de vote par correspondance ont été envoyés aux dix-sept employés de l’établissement. Ces bulletins de vote doivent être rendus d’ici le 9 mars. «Les travailleurs en ont juste assez d’être mal traités et comme des citoyens de seconde classe sur leur lieu de travail», a déclaré le porte-parole des Métallurgistes unis Brett Barden à CTV News en janvier. Barden a clairement indiqué que les préoccupations en matière de santé et de sécurité sont une priorité pour les travailleurs qui ont dû endurer la pandémie.

Historiquement, Starbucks s’est battu bec et ongles contre la syndicalisation. L’année dernière, les revenus de Starbucks ont atteint 29 milliards de dollars et son PDG, Kevin Johnson, a gagné 20,4 millions de dollars. L’entreprise n’accédera pas facilement à tout transfert de richesse vers le bas.

Si le vote syndical est couronné de succès, le Chinook Starbucks sera le deuxième établissement Starbucks canadien à se syndiquer. Un emplacement à Victoria, en Colombie-Britannique, a voté en faveur de la syndicalisation à l’été 2020. Cette fois, cependant, comme la candidature syndicale de Calgary coïncide avec les efforts visant à syndiquer environ 100 emplacements Starbucks aux États-Unis, cela pourrait bien marquer le début de davantage de syndicalisation au Canada.

La campagne de syndicalisation aux États-Unis a commencé fin 2021, lorsqu’une candidature syndicale réussie dans un magasin Starbucks à Buffalo a ouvert la voie à un effet domino dans d’autres villes. Cette énergie s’est depuis propagée comme une traînée de poudre, avec d’autres campagnes syndicales à Pittsburgh, en Pennsylvanie ; Mesa, Arizona; et le port d’attache de Starbucks à Seattle, Washington.

Un article approfondi du Poste de Washington sur la campagne de syndicalisation de Buffalo illustre comment une petite main-d’œuvre peut affronter une énorme entreprise et gagner. En janvier de l’année dernière, alors que la variante Omicron se répandait aux États-Unis et au Canada, dix des trente travailleurs du site Elmwood Avenue Starbucks à Buffalo sont tombés malades. Fatigués des risques sanitaires qu’ils étaient contraints d’endurer, les travailleurs ont quitté le travail.

Avant le débrayage, les employés avaient exprimé des inquiétudes au sujet des conditions de travail. Les travailleurs d’Elmwood ont demandé à l’entreprise de leur fournir des masques KN-95, des protocoles améliorés pour les tests COVID positifs parmi le personnel et la possibilité de refuser le service à ceux qui refusaient de se conformer au mandat de masque du comté. À son tour, Starbucks a affirmé que leurs protocoles de santé au travail étaient plus que suffisants. Citant le fait que leurs politiques dépassaient les normes des Centers for Disease Control and Prevention, l’entreprise a laissé entendre que les travailleurs d’Elmwood exigeaient un traitement spécial.

À l’été 2021, Jaz Brisack – un boursier Rhodes de l’Université du Mississippi qui a commencé à travailler sur le site d’Elmwood Avenue en 2020 – a commencé à jeter les bases de l’organisation du lieu de travail. Brisack a approché sa collègue Cassie Fleischer, qui avait posté sur les réseaux sociaux l’impossibilité de vivre du salaire minimum, et lui a demandé si elle voulait se syndiquer. “Est-ce que c’est possible?” Fleisher a répondu “Starbucks est tellement énorme.”

Brisack a tenu à contacter des collègues dont les profils sur les réseaux sociaux indiquaient un intérêt pour l’amélioration des conditions de travail. Elle a également contacté l’organisateur de longue date et ancien directeur de l’organisation de l’AFL-CIO, Richard Bensinger, pour obtenir de l’aide. Peu de temps après, quarante-neuf employés de Buffalo Starbucks ont envoyé une lettre aux chefs d’entreprise les informant de leur intention de se syndiquer. L’entreprise a répondu en envoyant des employés à des réunions obligatoires conçues pour dissuader le personnel de se syndiquer.

En novembre, la société a amené le fondateur de Starbucks, Howard Schultz, lui-même à Buffalo pour donner une conférence aux employés quelques jours à peine avant l’envoi des bulletins de vote. Dans un discours à ses travailleurs, Schultz s’est vanté du «coûteux» de l’offre d’avantages sociaux pour l’entreprise. Inutile de dire que l’optique d’un milliardaire faisant la leçon aux gens de la classe ouvrière sur la qualité de leur situation ne s’est pas déroulée comme prévu. Deux des trois magasins Buffalo qui ont voté sur la syndicalisation ont été certifiés.

Starbucks lutte contre la syndicalisation depuis que Schultz a repris l’entreprise, transformant le vendeur de grains de café en la chaîne de coffeeshops que nous connaissons aujourd’hui. Dans les années 1980, la torréfaction de l’entreprise basée à Seattle et six de ses premiers magasins se sont syndiqués avec United Food and Commercial Workers. Dans ses mémoires de 1999, Schultz a décrit la syndicalisation des travailleurs comme un affront à son autorité. “S’ils avaient confiance en moi et en mes motivations, ils n’auraient pas besoin d’un syndicat”, a-t-il écrit.

Alors que le syndicat négociait son deuxième contrat, les avocats de Starbucks ont tenté de réduire les prestations de santé et d’éliminer leur disposition standard de «juste motif» de licenciement. De plus, l’entreprise a assumé le pouvoir d’apporter des modifications aux conditions de travail sans consulter le syndicat.

En 1987, Schultz a soutenu une campagne de décertification qui a réussi à obtenir l’adhésion de la majorité des membres des magasins de l’entreprise. En 1992, la torréfaction a également été décertifiée. Dave Schmitz, qui était à l’époque responsable du recrutement à la section locale 1001 des TUAC, a déclaré au Huffington Post que le rôle de Schultz était beaucoup plus pratique qu’il ne l’admet dans ses mémoires.

Un autre effort d’organisation a eu lieu en 2004, juste au moment où l’entreprise approchait les dix mille magasins à l’échelle internationale. Pour organiser des manifestations, les Industrial Workers of the World ont créé un syndicat des travailleurs de Starbucks, ciblant les magasins des grands centres comme New York. Daniel Gross, membre de Wobbly, qui a déposé une pétition pour syndiquer l’endroit où il travaillait à New York, a été témoin de la réaction rapide de l’entreprise. Dès que l’entreprise a été informée de la pétition, la direction de plusieurs magasins a publié un message vocal transcrit de Schultz dans lequel le fondateur a exprimé sa désapprobation de l’effort, qui a finalement été bloqué.

Un témoignage lors d’une audience du National Labor Relations Board (NLRB) a révélé une réponse coordonnée de la part de la direction aux efforts de syndicalisation. UNE HuffPo rapport notait que des entretiens avaient été menés avec des employés pour déterminer s’ils soutenaient le syndicat. Des employés indifférents ou opposés à la syndicalisation ont été envoyés travailler dans des magasins tentant de se syndiquer.

Une décision du NLRB de 2008 a déterminé que l’entreprise avait fait preuve de discrimination à l’égard des employés favorables au syndicat en interdisant aux travailleurs de discuter du syndicat à l’intérieur du magasin. Pas plus tard que l’année dernière, le NLRB a décidé que deux travailleurs qui avaient été licenciés d’un Starbucks de Philadelphie en 2019 pour une campagne syndicale devaient être réintégrés avec des arriérés de salaire. Starbucks est en train de faire appel.

Avec le succès de la campagne à Buffalo, les tactiques antisyndicales de l’entreprise sont devenues encore plus effrontées. En janvier de cette année, sept employés ont été licenciés pour leur rôle dans l’organisation d’une campagne syndicale à Memphis. Starbucks affirme que les travailleurs ont été licenciés pour “plusieurs violations de la sécurité”, mais les employés de l’établissement ont déclaré États-Unis aujourd’hui ils n’ont été informés de ces violations que lorsque la campagne a commencé.

“J’ai été licenciée par Starbucks aujourd’hui pour des” politiques “dont je n’avais jamais entendu parler auparavant et sur lesquelles je n’avais jamais écrit auparavant”, a déclaré Nikki Taylor, chef de quart au magasin, dans un communiqué de presse. “Il s’agit d’une tentative claire de la part de Starbucks d’exercer des représailles contre ceux d’entre nous qui dirigent l’effort syndical dans notre magasin et effraient les autres partenaires”

le New York Times signalé que les licenciements provenaient, au moins en partie, des travailleurs permettre à un journaliste dans le magasin après les heures d’ouverture pour leur parler d’un article sur l’effort de syndicalisation. Un autre travailleur licencié, Beto Sanchez, a déclaré au Fois il a été licencié pour avoir ouvert le coffre-fort du magasin – ce qu’il est normalement autorisé à faire en tant que chef de quart – alors qu’il n’était pas à l’heure. Sanchez a expliqué qu’il avait ouvert le coffre-fort pour aider un superviseur de service. Starbucks Workers United, qui mène la campagne syndicale à travers les États-Unis, a déposé une plainte pour pratique de travail déloyale auprès du NLRB au nom des travailleurs de Memphis.

Une entreprise aussi massive que Starbucks fait de la tâche d’organiser des magasins individuels une bataille difficile. Avec toutes les ressources à la disposition de l’entreprise, la syndicalisation est une tâche ardue. Mais à mesure que de plus en plus de magasins s’organisent, la campagne atteindra de plus en plus d’élan et l’entreprise aura de plus en plus de mal à mettre un terme à l’organisation. Tout comme ces campagnes ne peuvent être confinées à un seul magasin, les efforts du syndicat de Calgary montrent qu’elles ne peuvent pas être confinées par des frontières nationales — le mouvement syndical est international. Les mesures de représailles de plus en plus dures de l’entreprise commencent à ressembler à des actes de désespoir pour arrêter l’inévitable.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire