La chaîne de café “ progressiste ” du Kentucky combat les efforts de syndicalisation du personnel

0
171

Les cafés à travers le pays se sont syndiqués dans ce qui est devenu une vague historique d’activité syndicale, y compris environ 300 établissements Starbucks qui ont déposé une demande de syndicalisation au cours des six derniers mois. Le 26 mai, le premier Starbucks du Kentucky, dirigé par de jeunes organisateurs de Louisville, a voté 19 contre 5 pour un syndicat.

Mais Starbucks n’est pas la seule chaîne de café à Louisville où les travailleurs se syndiquent. Les employés de la chaîne de cafés du Kentucky Heine Brothers ont annoncé en avril leur intention de former un syndicat, composé d’environ 200 travailleurs, avec le Service Employees International Union (SEIU). Cette organisation s’est heurtée à une certaine résistance de la part de l’entreprise soi-disant «progressiste», et les travailleurs soupçonnent que la résistance a joué un rôle dans la fermeture en juin d’un magasin populaire à Louisville, où travaillaient plusieurs partisans virulents du syndicat.

Alors que les travailleurs de Heine Brothers sont dynamisés par les efforts de syndicalisation de Starbucks à l’échelle nationale, leur propre organisation n’a pas été initialement inspirée par eux. “Cela a en fait commencé indépendamment [of Starbucks]», a déclaré le barista Aaron Bone, qui a participé à l’effort de syndicalisation. “Ce n’était que deux baristas de deux magasins différents, en fait, qui ont juste dit:” Hé, nous aimerions un seul syndicat. Alors ils ont cherché “syndicat” sur Google, puis ils se sont présentés à la porte du SEIU.

“Ce n’était que deux baristas de deux magasins différents, en fait, qui ont juste dit:” Hé, nous aimerions un seul syndicat. Alors ils ont cherché “syndicat” sur Google, puis ils se sont présentés à la porte du SEIU.

Aaron Bone, travailleur-organisateur chez Heine Brothers’ Coffee

Heine Brothers ‘Coffee, une chaîne locale de Louisville depuis 1994, compte 18 magasins dans la région de Louisville. L’entreprise est quelque chose d’une rareté : une réussite de chaîne locale dans un monde où Starbucks est de plus en plus la seule chaîne de café avec plusieurs emplacements sur un seul marché. Le succès de Heine Brothers est dû au moins en partie à son marketing en tant que café soucieux de la communauté locale. Leur site Web met en évidence leurs dons à des organisations à but non lucratif locales, avec une liste de près de 75 organisations qu’ils ont soutenues. Ils font également la promotion de leur consommation de café équitable et de leur engagement envers les causes environnementales.

Mais l’engagement déclaré de Heine Brothers envers les valeurs progressistes ne s’est pas toujours traduit par le fait qu’ils traitent mieux leurs travailleurs. “Est-il ironique qu’une entreprise qui prétend être progressiste et soutenir la communauté LGBTQ + paie des salaires inférieurs à la norme à une communauté qui est souvent marginalisée et fait face à des barrières sociétales accrues”, a déclaré Jasmin Bush, une barista impliquée dans l’effort de syndicalisation, à TRNN. “Nous avons un ensemble incroyablement diversifié de travailleurs chez Heine Brothers, et en ce moment, nous n’avons pas l’impression que nos identités sont respectées.”

Les organisateurs ont souligné que les taux de rémunération chez Heine Brothers n’atteignent souvent pas le niveau d’un salaire décent à Louisville, et que les baristas dépendent des pourboires des clients pour combler l’écart de rémunération – un système qui se traduit par un salaire net variable et un manque de stabilité.

“Lorsque vous commencez à postuler pour un appartement, le propriétaire voit, ‘Oh, le salaire de cette personne fluctue d’environ 200 $ par mois, c’est une diminution assez substantielle.’ Cela vous donne simplement l’impression que vous n’êtes pas un locataire très stable », a déclaré Bone. “Cela peut s’appliquer à tous les aspects de votre vie, parce que tout d’un coup vous vous dites : ‘Eh bien, j’essaie de faire un budget, mais je ne sais pas exactement combien je vais pouvoir payer mes courses ce mois-ci.””

En plus des problèmes de rémunération, les organisateurs ont souligné le manque d’accès à des soins de santé de qualité et les horaires incohérents comme principales raisons pour lesquelles ils organisent.

“Je pense vraiment que nous avons besoin de plus de soins de santé, d’un salaire décent, [and] nous avons besoin de plus de cohérence dans notre programmation. Nous avons du mal à nous assurer que nos heures fonctionnent avec nos horaires et à essayer de planifier la vie en fonction de cela également », a déclaré Bush. «Nous voulons juste plus de respect de la part de la haute direction. Nous méritons le respect et nous méritons d’être écoutés.

“Est-il ironique qu’une entreprise qui prétend être progressiste et soutenir la communauté LGBTQ+ paie des salaires inférieurs à la norme à une communauté souvent marginalisée et confrontée à des barrières sociétales accrues.”

Jasmin Bush, barista et travailleur-organisateur chez Heine Brothers’ Coffee

Les organisateurs ont également souligné la manière suspecte dont le magasin Heine Brothers dans le quartier de Douglass Loop a été soudainement fermé le 30 juin, ce qui, selon eux, est révélateur de la manière dont les travailleurs n’ont pas été respectés par la direction. L’organisateur Gami Ray a déclaré qu’ils travaillaient lorsque la direction est arrivée et leur a demandé de vider le magasin des clients au milieu de la journée avant d’annoncer au personnel que le magasin fermerait immédiatement.

“[Management announced]”Vous avez deux options : vous pouvez obtenir une indemnité de départ si vous souhaitez quitter votre emploi… ou [you can] choisir de transférer vers un autre magasin.’ Elle n’a pas mentionné à l’époque que nous n’aurions aucune délibération ni aucun choix quant à l’endroit où nous allions… Je [later] compris que [my coworkers and I] avaient tous été affectés à différents magasins », a déclaré Ray, qui a refusé l’indemnité de départ et accepté un transfert, à TRNN. “L’allocation indiquée dans mes papiers n’est pas aussi importante que le chèque que je recevrais pour deux semaines de travail.”

Ray a souligné que de nombreux travailleurs de l’emplacement de Douglass Loop avaient fait partie intégrante des efforts de syndicalisation. Ils ont souligné que cet emplacement était l’un des premiers magasins à atteindre un soutien à 100 % pour le syndicat et à signer la pétition pour lancer le processus formel d’organisation pour former un syndicat. « Nous étions l’un des deux premiers [stores] pour y parvenir, nous avons été l’un des deux premiers à assister aux réunions syndicales, nous sommes certainement l’un des magasins qui a eu le plein soutien et le soutien de tout le monde au magasin », ont-ils déclaré.

La fermeture de l’emplacement de Douglass Loop n’était pas seulement impopulaire auprès des employés, elle était également très impopulaire auprès de la communauté locale. Les habitants et les clients se sont rendus sur la page Facebook des frères Heine pour soutenir les travailleurs et se plaindre de la fermeture du magasin, qui était ouvert depuis près de vingt ans et était un lieu de rencontre fréquent pour les habitants du quartier.

L’organisateur Gami Ray a déclaré qu’ils travaillaient lorsque la direction est arrivée et leur a demandé de vider le magasin des clients au milieu de la journée avant d’annoncer au personnel que le magasin fermerait immédiatement.

« Ouais, je n’achète pas dans des magasins antisyndicaux. En tant que résident du centre-ville, je pense que je vais prendre mon café ailleurs et conseiller à mes voisins de faire de même », a déclaré un commentateur local.

Un autre commentateur de Facebook s’est adressé directement au PDG Mike Mays, en disant: «Désolé Mike, fermer le site de Douglas Loop si soudainement et ne pas prévenir les employés n’est tout simplement pas conforme à l’image progressiste et axée sur l’équité que vous avez créée. Ça pue les représailles. Je vais chercher mon café ailleurs.

Ray, qui dit que les affaires étaient très régulières à l’endroit et qu’ils avaient un grand nombre d’habitués, est affligé par le trou que la fermeture du magasin laisse dans la communauté : «[I feel] le cœur brisé pour la communauté que nous sommes obligés de quitter si brusquement sans un au revoir approprié.

Mary, une ancienne employée de Heine Brothers qui travaillait au siège de l’entreprise et a demandé que son nom complet ne soit pas divulgué, a déclaré qu’elle ne se souvenait pas qu’aucun magasin ait été fermé dans un délai aussi court, mais a déclaré que la direction apportait fréquemment de grands changements sans consulter les employés. ou leur donner le temps de répondre. “C’est assez sur la marque pour [Heine Brothers’] faire de grands changements et informer les employés à la dernière minute », a-t-elle déclaré à TRNN. “Ils ont tellement peur de toute réaction de la part des employés, d’autant plus que [Mays] écoute parfois, qu’ils ne leur laissent pas le temps de réagir exprès.

Ray pense également que la direction crée souvent délibérément un sentiment d’incertitude chez les employés, ce qui rend plus difficile la coordination et le partage d’informations. « Nous n’avions pas vraiment le lien que nous avions avec d’autres magasins pour savoir ce qui se passait jusqu’à ce que nous commencions à nous syndiquer. Nous avons eu tellement de contexte que nous étions dans le noir », ont-ils déclaré.

De nombreux employés actuels et passés de Heine Brothers désignent la pandémie de COVID-19 comme un catalyseur de leurs efforts d’organisation. “Les conditions ont été difficiles pendant un certain temps”, a déclaré Bush. «Mais depuis le début de la pandémie, on a l’impression que les choses ont empiré. Nous méritons une communication régulière de nos managers et des supérieurs hiérarchiques de l’entreprise sur ce qui se passe et sur la manière dont notre sécurité est prise en compte.

Evelia Jones, une ancienne barista des Heine Brothers, a été impliquée dans un arrêt de travail sauvage qui a eu lieu au début de la pandémie. Les baristas ont fermé plusieurs endroits avec ce débrayage et ont négocié une augmentation de la prime de risque de 2 $ de l’heure en plus d’assurer certains protocoles de sécurité.

“Être un barista est un travail hautement qualifié et souvent très stressant, en particulier avec un service au volant”, a déclaré Jones. “Pendant l’arrêt de travail, afin d’éviter d’avoir à fermer le site de Hikes Lane, le propriétaire Mike Mays a pris quelques quarts de travail au volant pendant environ trois jours de suite.”

“Les employés étaient aux caprices de ce que je décrirais comme des proto-adultes blancs de la classe moyenne supérieure, pour la plupart intitulés.”

Mary, ancienne employée de Heine Brothers

Jones a déclaré que Mays “paniquait” à cause de la charge de travail et qu’il était parti tôt ce jour-là : “Donc, si c’est un travail si” peu qualifié “que Heine Brothers ne le voit que 8 $ de l’heure, comment l’ensemble pourrait-il Le PDG n’a même pas pendu pendant un quart de travail ? »

Jones soutient les efforts de syndicalisation des employés actuels et pense qu’un syndicat aurait grandement aidé leurs efforts pendant l’arrêt de travail.

«Je dirai que si nous avions eu un syndicat formel, ou si nous avions même pu faire plus d’organisation syndicale, avant le moment de crise de COVID avec des blocages, etc., j’ai l’impression que nous aurions pu exercer plus de solidarité les uns avec les autres et auraient probablement eu encore plus de succès que nous ne l’avons été avec l’arrêt de travail.

Mary, qui soutient également les efforts des travailleurs pour se syndiquer, a déclaré qu’elle pensait qu’un syndicat aiderait à garantir que les travailleurs des différents magasins soient traités équitablement. “Outre le fait que nous avions partagé des recettes et une image de marque, chaque magasin était géré de manière assez différente”, a-t-elle déclaré. “Les employés étaient aux caprices de ce que je décrirais comme des proto-adultes blancs de la classe moyenne supérieure, pour la plupart intitulés.”

“Je pense vraiment que nous avons besoin de plus de soins de santé, d’un salaire décent, [and] nous avons besoin de plus de cohérence dans notre programmation. Nous avons du mal à nous assurer que nos heures fonctionnent avec nos horaires et à essayer de planifier la vie en fonction de cela également.

Jasmin Bush, barista et travailleur-organisateur chez Heine Brothers’ Coffee

Mary a déclaré que les difficultés des baristas avec la direction de différents magasins ont également été repoussées par le propriétaire Mays.

“Chaque fois qu’il y avait des murmures de plainte ou des troubles généraux parmi les baristas, il était clair que Mike le prenait particulièrement personnellement”, a-t-elle déclaré. «La façon dont ils payaient leurs gérants de magasin faisait généralement de tous les gérants de magasin un type particulier de personne: le genre de personne qui n’a pas de dette étudiante, dont les mères et les pères ont acheté leur Subarus et qui était assez naïf pour penser qu’ils faisaient partie d’une entreprise familiale étonnante et progressiste.

Les employés des frères Heine espèrent que leurs efforts de syndicalisation, qui ont déjà recueilli le soutien du candidat au Sénat du Kentucky Charles Booker et le candidat démocrate au Congrès de Louisville, Morgan McGarvey (qui ont tous deux assisté au récent rassemblement à l’extérieur du magasin fermé de Douglass Loop) – alignez les valeurs déclarées de l’entreprise avec la réalité vécue par les travailleurs au travail.

“Si vous traitez mieux vos employés, ce genre de bonheur se répand partout”, a déclaré Bush. « Nous aimons déjà nos emplois, mais nous avons du mal à joindre les deux bouts. Donc, en nous éliminant de cette lutte, de notre stress, cela va simplement rendre ces magasins encore plus lumineux et plus heureux et une expérience encore plus agréable.

Source: https://therealnews.com/progressive-kentucky-coffee-chain-fights-staff-unionization-effort

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire