La Chine a abandonné Zero Covid – peut-être qu’elle n’aurait pas dû

0
59

Source photo : David290 – CC BY-SA 4.0

Pendant des années, la Chine a battu les États-Unis sur le covid. Alors que des millions de personnes sont mortes de la maladie dans le monde occidental et plus d’un million aux États-Unis, la Chine a institué une politique soi-disant autoritaire du zéro covid, qui a réduit le nombre de décès à quelques milliers. C’était d’autant plus remarquable, étant donné la taille gigantesque de la population chinoise. Mais ensuite, fin novembre, des manifestations ont éclaté. Les Chinois – ou certains d’entre eux – en avaient assez des confinements, des tests constants, des restrictions de voyage et des quarantaines. Ensuite, dans un choc pour les élites occidentales salivant à l’illusion que ces manifestations renverseraient le gouvernement, la Chine a éliminé zéro covid début décembre, mettant fin aux mesures de quarantaine à partir du 8 janvier. Et les manifestants ont obtenu ce qu’ils voulaient. Deux cent cinquante millions de Chinois ont été infectés quelques semaines après avoir abandonné zéro covid. Des millions de personnes vont maintenant mourir et le système de santé est débordé. N’oubliez pas que même les vaccinés tombent malades en grand nombre. Il s’avère qu’imiter l’Occident, en matière de santé publique, est une très, très mauvaise idée.

C’est parce que l’Occident, incarné par les États-Unis, n’a pas de système de santé publique. Il a un racket criminel en matière de soins de santé, comme il sied à un gouvernement qui se comporte de la même manière dans ses aventures partout dans le monde. Qu’est-ce qui vous fait penser qu’il se comporterait différemment ici à la maison ? Ce n’est pas le cas. Mais cela ne l’a pas empêché de proclamer joyeusement qu’il ne testera désormais que les arrivées de covid en provenance de Chine. Il serait beaucoup plus efficace du point de vue de la santé publique d’exiger des masques dans les avions, dans les aéroports et autres espaces publics fermés. Mais Dieu interdit aux génies de Washington de faire quoi que ce soit de vraiment utile. De plus, ils sont trop occupés à vanter leur prétendue victoire sur la Chine et à la vanter en testant ceux qui s’y rendent.

Ici, dans l’Empire d’exception, le covid était mauvais pour les affaires. La santé publique est, pour de nombreux idiots d’Américains, un complot de coco. Ce non-sens convient aux hommes d’affaires américains, jamais les ampoules les plus brillantes de la boîte de toute façon, très bien. Cela permet à notre oligarchie capitaliste tardive de mentir que le covid est sous contrôle et que vous n’avez pas à vous en soucier. Sauf bien sûr quand vous le contractez et mourez. Mais bon, ce n’est que le coût de notre classe de milliardaires qui continue de gagner de l’argent, et en effet cette classe s’est comportée comme les bandits qu’elle est depuis que le covid a frappé pour la première fois. Ils se sont enrichis du sang de gens ordinaires qui croyaient que le virus n’était pas pire que la grippe, qu’ils devaient se présenter au travail fébriles et que les vaccins étaient un complot communiste pour insérer des puces dans leur circulation sanguine.

La Chine abandonnant le zéro covid pourrait bien finir par se classer comme l’une des catastrophes majeures de l’histoire humaine. Potentiellement au nord d’un milliard de personnes contracteront désormais le virus. Que de nombreuses personnes malades signifient de nouvelles variantes, certaines probablement plus mortelles que toutes celles que nous avons vues. C’est en effet une piètre consolation que ces hypocrites occidentaux qui, pendant des années, ont réprimandé la politique saine de la Chine en matière de covid – comment les Chinois ont-ils osé contrôler le covid ! les élites des médias venimeuses – souffriront désormais d’infections dues à des permutations peut-être plus virulentes. C’est une piètre consolation, car ils ne seront pas seuls. Covid ne joue pas les favoris. Il tue tout le monde qu’il peut. Pas seulement les menteurs occidentaux qui ont explosé dans les pages du New York Times qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec Pékin pour protéger son peuple. Ces fibres ont accès aux vaccins et aux antiviraux. Mais les victimes d’hallucinations médicales de droite ne le font pas. Les pauvres Blancs du sud et du Midwest, morts de peur pour se faire vacciner, ont peu de défense contre la maladie ou les nouvelles variantes à venir. Eh bien plutôt, maintenant ils ont Paxlovid. Ceux qui le prendront.

Pendant ce temps, ils sont sans doute en train de casser le champagne à Washington. Les manifestations qu’ils convoitaient ont fait des ravages. Pas les ravages que nos dirigeants espéraient, à savoir un changement de régime, mais le chaos de la santé publique. L’équipe Biden est sans aucun doute heureuse de se contenter de cela. En outre, cette évolution malheureuse bannit les vérités problématiques que la politique zéro covid de la Chine nous a si manifestement fait éblouir, à savoir que la médecine socialisée est supérieure à la variété capitaliste. Il sauve plus de vies, comme l’a fait zéro covid, car il donne la priorité aux patients et non aux profits. Désormais, l’Occident peut ignorer l’éléphant dans la pièce, à savoir ses millions de cadavres par rapport aux milliers de la Chine. Parce que l’éléphant est parti. Pékin s’est montré flexible et sensible aux préoccupations de ses peuples. Malheureusement, des millions de personnes pourraient mourir. D’où les merveilles de la soi-disant démocratie, qui n’est souvent qu’une simple propagande capitaliste déguisée.

Ce n’est pas un argument pour zéro covid pour toujours. Il s’agit plutôt d’affirmer l’évidence, que l’approche de la Chine a réussi, et c’est une honte et une tragédie de voir le pays poussé à l’abandonner à la hâte, avant qu’il ne soit prêt, et les millions de morts qu’un tel abandon causera. Malheureusement, Pékin n’a peut-être pas utilisé le temps acheté par zéro covid pour promouvoir un programme de vaccination total avec, disons, les vaccins de Cuba, ou pour préparer les hôpitaux à l’inévitable bousculade de patients, ou pour s’approvisionner en traitements et en fournitures médicales. Les dirigeants chinois ont peut-être fait une partie de cela – nous ne le saurons jamais, car cela ne serait jamais rapporté dans les médias occidentaux – mais il est déjà clair que quel que soit le plan de secours qu’ils avaient, il était trop maigre.

Jusqu’à 37 millions de personnes peuvent contracter le covid par jour en Chine actuellement, selon Bloomberg le 23 décembre, citant des estimations des autorités sanitaires de Pékin. Cela fait beaucoup de monde rapidement. “Plusieurs modélisateurs prédisent plus d’un million de décès de covid en Chine en 2023”, s’est empressé de nous informer le Washington Post le 31 décembre, avant de déplorer le “peu d’informations” émanant de Pékin. Sous-entendu tacite : sans notre glorieuse presse libre, ho, ho, nous ne saurons jamais ce qui se passe réellement en Chine. Traduction : si Pékin sort de cette situation en beauté, nos médias institutionnels l’ignoreront, mais toute catastrophe, même une simple mauvaise nouvelle, sera claironnée sur les toits.

“La Chine affirme que son taux de vaccination officiel contre le Covid-19 est d’environ 90%”, a rapporté NPR le 9 décembre, mais a ensuite, bien sûr, insinué que ce nombre était trop élevé. Parce que le ciel me pardonne ! Que penserait un lecteur américain qui aurait appris que, contrairement à tant de ses compatriotes, soit des crétins, soit trompés par la folie de droite pour refuser le vaccin, la plupart des Chinois adoptent une approche saine, rationnelle et médicalement sophistiquée de l’inoculation ?

Nous ne pouvons pas avoir cela, et NPR n’allait pas le tolérer. Il s’est donc concentré sur la sape des affirmations du gouvernement en citant l’hésitation à la vaccination due à… ta dum ! “Problèmes de qualité des produits.” Parce que bien sûr un pays communiste a de tels problèmes. Il doit! C’est ce que nous avons tous été endoctrinés à croire pendant des décennies, comme s’il n’y avait eu aucun développement médical dans le monde communiste et socialiste depuis la médecine plutôt arriérée de l’Union soviétique. Juste, euh, ne dites pas ça aux Cubains, qui ont proportionnellement plus de vaccins covid et de citoyens vaccinés que les résidents américains. Oh, et sans surprise, les Cubains ont également de meilleurs résultats en matière de santé globale. Mais c’est une autre histoire. Vous ne le lirez pas dans les médias américains.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/01/06/china-ditched-zero-covid-maybe-it-shouldnt-have/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire