La Chine envisage un pacte de sécurité dans les pourparlers avec les îles du Pacifique aux Fidji | Nouvelles

0
152

Le plus haut diplomate chinois s’entretient avec 10 pays du Pacifique à Fidji pour discuter du renforcement des liens économiques et sécuritaires.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi s’entretient avec ses homologues de 10 nations insulaires du Pacifique à Fidji dans le cadre d’une tournée diplomatique qui a suscité de vives inquiétudes occidentales.

La réunion de lundi discutera des propositions pour Pékin d’augmenter radicalement son implication dans la sécurité, l’économie et la politique du Pacifique Sud.

Les frontières étant fermées dans toute la région en raison de la pandémie de COVID-19, la plupart des ministres des Affaires étrangères assistent à la réunion des Fidji par liaison vidéo. Dans plusieurs pays du Pacifique, le ministre des Affaires étrangères est également Premier ministre.

Avant la réunion de lundi, le président Xi Jinping a envoyé un message selon lequel la Chine serait “un bon frère” pour la région et qu’ils partageaient un “destin commun”, selon la chaîne de télévision publique CCTV.

Sur la table se trouve un accord confidentiel – obtenu par les agences de presse AFP et Reuters – qui verrait la Chine former la police locale, s’impliquer dans la cybersécurité, étendre les liens politiques, effectuer une cartographie marine sensible et obtenir un meilleur accès aux ressources naturelles sur terre et dans le l’eau. En guise d’incitation, Pékin offre des millions de dollars d’aide financière, la perspective d’un accord de libre-échange entre la Chine et les îles du Pacifique et l’accès au vaste marché chinois de 1,4 milliard de personnes.

Mais le projet de communiqué a suscité l’opposition d’au moins une des nations invitées, les États fédérés de Micronésie (FSM), selon une lettre divulguée la semaine dernière. David Panuelo, président du FSM, a écrit que son pays soutiendrait le rejet du communiqué car il “menace la stabilité régionale”.

S’exprimant avant la réunion de lundi, Robert Bohn Sikol, un ancien législateur de Vanuatu, a déclaré qu’il était difficile de savoir dans quelle mesure la Chine réussirait à accroître son influence alors que les nations insulaires du Pacifique sont habituées à être courtisées par de plus grandes puissances.

« Les pays du Pacifique Sud savent jouer le jeu de l’aide. L’argent chinois sera accepté, mais souvent les pays du Pacifique Sud ne restent pas achetés ! Bohn Sikol a déclaré à Al Jazeera. “Il faudra plus d’une visite pour changer d’avis.”

Il a ajouté: “L’Occident doit être concerné, mais pas frénétique.”

La dernière proposition de la Chine intervient des semaines après la signature d’un pacte de sécurité avec les îles Salomon que l’Australie et la Nouvelle-Zélande craignent d’ouvrir la porte à une présence militaire chinoise dans la région.

Celsus Irokwato Talifilu, conseiller politique du Premier ministre de la province de Malaita aux Îles Salomon, s’est dit inquiet de la poussée d’influence de la Chine dans la région.

“Dans l’ensemble, il s’agit de savoir si les pays du Pacifique pourraient se débrouiller à la lumière de ces nouvelles propositions faites par les Chinois”, a déclaré Talifilu à Al Jazeera. “Sinon, le Pacifique sera chinois dans la prochaine décennie ou deux.”

Les puissances occidentales se sont également hérissées des mesures prises par la Chine, les États-Unis avertissant les îles du Pacifique de se méfier des “accords sombres et vagues avec peu de transparence” avec Pékin.

Le nouveau gouvernement australien du Premier ministre Anthony Albanese a entre-temps fait des îles du Pacifique une priorité de politique étrangère pour contrer la poussée de Pékin, envoyant le ministre des Affaires étrangères aux Fidji avec le message que l’Australie accorderait une nouvelle priorité au plus grand défi de sécurité de la région, le changement climatique, et annonçant un nouveau programme de visas pour permettre aux citoyens des îles du Pacifique de migrer.

Seuls les pays du Pacifique qui reconnaissent la Chine plutôt que Taïwan participent aux pourparlers de lundi, y compris ceux que Wang a déjà visités lors de sa tournée régionale – Îles Salomon, Kiribati, Samoa et Fidji.

Les Palaos, un pays du Pacifique qui entretient des relations diplomatiques avec Taïwan, ont également exprimé leur inquiétude face aux accords proposés, le président Surangel Whipps exhortant lundi ses voisins à “agir avec prudence” et suggérant que l’accord avec la Chine pourrait mettre en péril la paix et la sécurité dans la région.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/30/china-eyes-security-pact-in-talks-with-pacific-islands-in-fiji

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire