La Chine et la Russie opposent leur veto aux sanctions de l’ONU — RT World News

0
93

Les 13 membres restants du Conseil de sécurité ont soutenu à l’unanimité la résolution rédigée par les États-Unis contre la Corée du Nord

Jeudi, le Conseil de sécurité de l’ONU n’est pas parvenu à trouver un terrain d’entente sur de nouvelles sanctions contre Pyongyang. Washington a proposé les sanctions à la suite du dernier test de missile de la Corée du Nord cette semaine, dans la foulée de la tournée asiatique du président américain Joe Biden.

Le vote est intervenu juste un jour après que la Corée du Nord a été accusée d’avoir testé son plus gros missile balistique intercontinental et deux autres. Avant le vote, l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a appelé à l’unité face à “une menace pour l’ensemble de la communauté internationale”.

Cependant, la Chine et la Russie ont opposé leur veto à de nouvelles sanctions pour des raisons humanitaires, soulignant leur futilité et même “inhumanité,” alors que la Corée du Nord luttait pour contenir une épidémie massive de Covid-19.

Le CSNU a imposé des sanctions à la Corée du Nord en 2006, à la suite de son premier essai nucléaire, et les a renforcées au fil des ans. Depuis la dernière série de restrictions en 2017, Moscou et Pékin soutiennent de plus en plus qu’une pression supplémentaire est une voie vers nulle part et qu’il est peu probable qu’elle force Pyongyang à désarmer unilatéralement.




« Nous ne pensons pas que des sanctions supplémentaires seront utiles pour répondre à la situation actuelle. Cela ne peut qu’aggraver la situation », a déclaré jeudi l’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun.

“Nous avons répété à plusieurs reprises que l’introduction de nouvelles sanctions contre la RPDC est une impasse”, a déclaré le représentant de la Russie, Vasily Nebenzya. “Nous avons souligné l’erreur, l’inefficacité et l’inhumanité de la pression des sanctions sur Pyongyang.”

La nouvelle résolution visait à réduire de 25 % les importations déjà limitées de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés de la Corée du Nord, à imposer des sanctions maritimes supplémentaires et à interdire au pays d’exporter des combustibles minéraux, des huiles et des cires. Washington a également proposé un gel mondial des avoirs de la société d’État qui supervise les travailleurs nord-coréens à l’étranger, ainsi que du groupe de piratage Lazarus, accusé de “Cyberespionnage, vol de données, vols d’argent” au nom du gouvernement de Pyongyang.

Pyongyang accuse depuis des années Washington et Séoul de “Politique hostile” vers le Nord, et s’est engagé à maintenir un niveau de dissuasion suffisant. Les tensions régionales se sont quelque peu améliorées sous la présidence de Donald Trump, Pyongyang interrompant temporairement ses essais de missiles. Cependant, les deux sommets très médiatisés entre les dirigeants des États-Unis et de la RPDC en 2018 et 2019 n’ont abouti à aucun accord durable au sujet des sanctions ou de la dénucléarisation.


Biden épargne deux mots au leader nord-coréen

Biden est revenu à la posture plus hostile de ses prédécesseurs, tandis que le Nord-Coréen Kim Jong-Un a réagi de la même manière, en tirant plus d’une douzaine de missiles balistiques cette seule année et en avertissant que la RPDC n’a pas seulement un “volonté ferme” poursuivre son “force de dissuasion nucléaire” programme mais utilisera de telles armes “à titre préventif”, si on y est contraint.

Le nouveau président sud-coréen Yoon Suk-yeol s’est également présenté sur une plate-forme plus belliciste que son prédécesseur Moon Jae-in.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire